Nature en ville : le syndrome du manque de nature

Cette semaine, la parole à Nicole Brès Laprade qui mérite le titre de jardinière-exploratrice tant elle aime partir à la découverte de nouveaux endroits, de nouvelles personnes qui participent au rapprochement des êtres humains et de la nature. Vous pouvez joindre Nicole (natureenvilletherapie (at) gmail.com).

 

 

Ce mois de juillet m’a permis de découvrir deux initiatives pour lutter contre le syndrome du manque de nature en région parisienne. Je vous en parle ?

Le Jardin du Monde de la Cité Internationale Universitaire de Paris

Début juillet, la sortie d’été avec mes résidents de Simon de Cyrène Vanves s’est faite à la Cité Internationale Universitaire de Paris (CIUP). Dans le parc du campus (34 hectares), à côté de nouvelles plantations, les étudiants ont créé un jardin partagé. Entièrement conçu et aménagé en 2015 par les étudiants de la Cité Internationale, il répond à un objectif principal : créer un nouveau lieu de rencontre comprenant une dimension environnementale et pédagogique.

Olivier nous en a ouvert la porte et fait la visite. Il habite à la CIUP et étudie à l’école d’AgroParisTech. En plus, Olivier a choisi de faire un Service Civique dans les écoles quelques heures par semaine. Envoyé dans le plus gros collège du centre de Paris, sa mission fût de sensibiliser les collégiens à la Nature. Ces enfants du béton et du web avaient peur d’une fourmi et ne voulaient pas toucher la terre. Patience et connaissances furent les outils d’Olivier. Dans la cour bétonnée, des jardinières ont été installées et, à la fin de l’année, certains collégiens parlaient de biodiversité et de plantes nourricières !

A la CIUP, le jardin est devenu un lieu de rencontre apprécié. Le compost regorge de nourriture apportée par les différentes maisons (la Cité Internationale compte 40 maisons et 5 800 chambres). Du houblon a été planté en collaboration avec Houblon de France. Le jardin semble coller parfaitement à l’esprit des lieux (« La Cité internationale poursuit le rêve utopiste de ses fondateurs et offre à ses résidents un espace d’échange qui favorise la tolérance et la réflexion », indique le site).

 

Into the woods

A la mi-juillet, j’ai découvert le site « intothewoods.fr ». J’ai flashé sur la proposition de Caroline Guy d’immersion dans la nature pour lutter contre le syndrome du manque de nature. Et je suis allée la voir à Pailly dans l’Oise. Autodidacte, elle se réjouit d’avoir aujourd’hui trouvé comment œuvrer pour « protéger l’innocence qui émane à la fois des enfants et de la Nature. » Cela passe par l’observation et l’écoute bienveillante.

Elle propose donc des semaines de « jeu libre et activités » avant de pouvoir ouvrir son jardin d’enfant. Ces temps de vacances sont l’occasion d’envoyer nos enfants « grandir en Nature » chez Caroline Guy. Elle accueille les enfants entre 6 et 10 ans dans la forêt à côté de chez elle à Pailly. C’est un immense terrain de jeu où les petits aventuriers sont accompagnés, mais pas guidés : Caroline les laisse s’imprégner du lieu à leur rythme, sans obligation mais avec beaucoup d’attention. La seule règle est : « Ici, tu vas où tu veux du moment que tu peux me voir. Si tu me vois, je te vois. »

Laisser nos enfants en liberté nous demande de vaincre nos peurs et d’avoir confiance en eux. Dans la Nature bienveillante, les enfants s’amusent et s’autonomisent. Caroline a accueilli un enfant très introverti qui n’avait jamais été en forêt : après une journée, ses parents ont vu un changement positif. C’est lui qui, depuis, les entraîne à sortir de leur logement.

Cédric Gratia, jardinier dans des écoles maternelles écrivait : « Personnellement, je suis d’avis que partir des enfants est un excellent moyen pour sensibiliser le plus grand nombre de personnes aux bienfaits d’un jardin et de la nature en général. » (Groupe Jardins de soin sur Facebook, 14 juin).

Savez-vous qu’en France il est plus facile d’ouvrir un jardin d’enfants qu’une école maternelle ? Les expériences de Caroline dans des écoles « normales» ont fortifié son envie de créer un jardin d’enfants dans la nature. Elle est inspirée par le travail de Céline Alvarez (« Les lois naturelles de l’enfant » ), par la méthode pédagogique Steiner- Waldorf et par le réseau « école et Nature ». Son travail évoque également celui de Richard Louv, l’auteur de « Last child in the woods : Saving Our Children From Nature-Deficit Disorder » (2005). Caroline a tissé son réseau de créateur d’école et construit petit à petit son projet. Nous lui souhaitons de le réaliser rapidement pour faire grandir en Nature plein de petits aventuriers des bois bien dans leur corps et dans leur tête…

Je vous souhaite un bel été, le cas échéant avec vos enfants et petits-enfants, et en compagnie de Dame Nature évidemment !

 

Je vous souhaite un bel été, le cas échéant avec vos enfants et petits-enfants, et en compagnie de Dame Nature évidemment !

Références :

https://www.facebook.com/jardin.du.monde.ciup/

http://allianceinternationale.org/cite-internationale-universitaire-de-paris/naissance-du-jardin-collectif-de-la-cite/

http://www.into-the-woods.fr/

https://www.celinealvarez.org/17-videos-pour-demarrer

http://reseauecoleetnature.org/system/files/le_syndrome_de_manque_de_nature-130925.pdf

L’esprit qui anime Nicole Brès

Depuis notre première rencontre en 2014, Nicole Brès est intervenue plusieurs fois pour rapporter des rencontres et pour nous parler de sa propre pratique. Un exemple avec ce billet où elle décrivait comment elle fusionne l’art-thérapie et l’hortithérapie. Si je devais répertorier les effets positifs de ce blog depuis cinq ans, devenir amie avec Nicole serait sans aucun doute en haut de la liste. Dans ce nouveau billet, elle revient sur sa pratique actuelle dans quatre lieux franciliens. Nicole Brès est joignable à natureenvilletherapie (at)gmail.com.

Faire le point à Simon de Cyrène : J’ai passé la phase d’adaptation à cette structure pilote de lieux de vie pour personnes handicapées cérébro-lésées. Adaptation des deux côtés : eux à moi et moi à eux. Elle a été facilitée par les déjeuners communautaires du lundi où je suis invitée. J’y rencontre tous ceux qui participent à ce projet pilote et je réponds volontiers à ceux qui me demandent « ce qui se passe dans le jardin ». Et « C’était pas gagné d’avance », comme m’a dit le responsable médico-social il y a un an.

Les ateliers ont un cadre fixe : la périodicité (hebdomadaire), le jour (lundi), l’heure 10h-11h30 et 14h-15h30), le nombre maximum de soignés par groupe (5) et la présence à mes côtés d’une assistante travaillant dans l’établissement. Les comptes-rendus hebdomadaires (texte et photos), envoyés aux responsables, ne sont pas des récits de ce que l’on a fait au jardin, mais des observations phénoménologiques sur les soignés. Ils sont le lien entre moi, prestataire extérieure, et l’équipe. Ils viennent nourrir la prise en charge 24 heures sur 24 qu’assurent les jeunes services civiques, les stagiaires et les salariés de Simon de Cyrène Vanves. J’y mets des questions sur les soignés et des informations sur « ce qui se passe au jardin ». Je reçois des réponses orales ou écrites. En juillet et en décembre, une réunion avec l’équipe de direction permet de parler des objectifs et de l’organisation de mes interventions.

Les plus sont les sorties (une par saison, un lundi) et les invités que l’on reçoit. Ils découvrent le jardin et/ou viennent nous aider ponctuellement (construction de la cabane, arrachage de buissons, montage de la pergola).

Pendant mes ateliers, c’est notre lien avec la Nature qui est visité, dans toutes ses dimensions : observation, plantation et compréhension des écosystèmes mais aussi landart. L’hiver, confection de tablier de jardiniers, de terrarium, d’empreintes de végétaux dans du plâtre et temps d’imprégnation de la Nature qui nous entoure quelque soit la saison. S’émerveiller est pour moi l’objectif à atteindre, celui qui ouvre la porte sur la santé au sens de la Salutogenèse (1).

Prendre le temps de ressentir, et parfois de dire ou d’écrire ce que nous fait cette visite à Dame Nature. S’ancrer ainsi dans le réel quand la maladie ou le handicap vous est tombé dessus, vous déracinant de votre quotidien et vous interrogeant sur le sens de la vie. Voir dans les cycles de la nature que chacun a sa place et que « rien ne se perd, tout se recycle ». Toucher au jardin le sol qui vit des végétaux et insectes morts pour nourrir une autre vie. La Nature est un livre ouvert, un livre vivant et bienveillant qui donne sens à notre propre vie. Au jardin, c’est le plaisir qui est convoqué, certainement pas le labeur subi ou l’endroit où « rien ne va comme je veux ». Dans notre jardin on essaye, on cherche, on regarde et on se réjouit de ce que l’on a créé avec le végétal. Cela demande de collaborer avec la nature, de reconnaître ses dons et de la laisser faire. Nous construisons ensemble petit à petit un jardin naturel, sans intrants (éléments venus de l’extérieur).

Pas facile pour nos esprits cartésiens qui ont peur de s’en remettre à un élément qu’ils ne maîtrisent pas ! La fréquentation depuis deux ans de têtes qui ne fonctionnent plus « dans la norme » m’a aidée à lâcher prise. Je continue à m’émerveiller de leurs réponses à mes sollicitations, je me nourris de leurs sourires et de leur incroyable vitalité.

A part quelques pieds de tomates l’été, nous ne plantons pas de légumes mais des fleurs pour l’agrément de tous. Un jour peut-être il y aura une serre et des semis et un lien avec la cuisine. Pour l’instant le compost se met en place. Le lundi avec moi, le jeudi les résidents s’impliquent sans moi dans cette tâche : c’est un grand pas vers l’appropriation du jardin.

Savoir, comme les plantes, s’adapter à son milieu tout en gardant son ADN 

La première année fût celle de l’installation, la deuxième est celle de l’appropriation. La troisième, je crois bien, sera celle de l’aménagement puisqu’un budget d’investissement a été demandé. Nous attendons la réponse du Conseil général pour des travaux de terrassement qui permettront une circulation aisée et un boulodrome.

En mars 2015, ma proposition d’aménagement a un peu affolé la direction. Les ateliers jardin devaient s’organiser dans le lieu tel qu’il était, avec ce qui était. J’ai squatté un premier espace et montré le bénéfice de ce temps d’atelier. Faire et faire savoir, chercher l’aval de tous et avancer lentement est ma méthode. Tout en tenant le cap, ce premier plan d’aménagement est revisité, questionné et parfois changé : je le reprends régulièrement en me posant des questions et en y marquant ce qui a été installé : la cabane, un premier bac de plantation inamovible, deux bancs, les deux bacs à compost, etc. Savoir, comme les plantes, s’adapter à son milieu tout en gardant son ADN ! Ce jardin existait quand je suis arrivée, il est modifié petit à petit pour devenir un lieu où l’on a envie d’être. Et être est déjà tout un programme.

Dans toute la France s’ouvrent des maisons Simon de Cyrène. A Rungis et à Angers je suis allée parler des bienfaits des ateliers jardin et expliquer que le dehors peut être pensé avec les bâtiments, pas après comme un plus que l’on rajoute… ou que l’on doit modifier parce que, à l’usage, le chemin est impraticable en fauteuil ou le terrain est fait de trous et de bosses.

L’ESAT Ecodair

J’ai d’autres ateliers jardin avec d’autres populations.

A l’ESAT Ecodair (Paris, porte d’Aubervilliers), j’emmène un petit groupe de travailleurs avec des handicaps psychiques retrouver la Nature au square Rosa Luxemburg, dans le jardin partagé géré par l’association Vergers Urbains. Là, nous avons un bout de terrain et plantons des fleurs et des légumes à côté d’autres groupes. Ce jardinage dans un lieu public se fait au contact d’enfants, de curieux, de jeunes qui se promènent, qui viennent voir ce qui pousse et nous poser des questions. Cet atelier type 2 (2) sort les travailleurs de leur contexte : ils marchent jusqu’au jardin et ils acceptent de s’exposer à l’inconnu.

La Nature est un sujet d’observation et d’émerveillement, et un bol d’oxygène dans leur journée de travail. Le temps d’atelier se termine toujours par une infusion et un temps de mémorisation de ce que l’on a fait. Régulièrement je remplace l’atelier par une balade dans la ville, le plan de Paris en poche et les yeux grands ouverts. Nous cherchons les clins d’œil que la Nature nous fait dans la ville : à chaque coin de rue, à chaque interstice entre deux pavés, dans chaque craquelure de béton, sur les façades des bâtiments. L’un des participants m’a dit récemment : « Ce que j’aime c’est qu’on fait pas toujours la même chose. » Et un autre : « Maintenant je remarque plein de choses quand je marche dans la rue. » Ils vivent le contact avec la terre et les végétaux dans la ville comme un temps d’oxygénation pour le corps et l’esprit.

En mars, nous avons fait, dans l’ESAT, nos premiers semis en serre-bouteille parce qu’un encadrant de l’ESAT nous a apporté des graines de son jardin. C’est un premier lien entre la structure et mon petit groupe appelé « les courageux qui sortent même quand il pleut ». Ces graines germées en serre-bouteille seront replantées dans des jardinières que nous sommes en train d’installer sur une petite terrasse de leur bâtiment. Et nous y mettrons des graines données par Rustica dont les bureaux sont…devant cette terrasse !

Le potager de la ferme du Parc des Chanteraines

Dans le potager de la ferme du Parc des Chanteraines (à Villeneuve-la-Garenne) depuis septembre 2016, je retrouve régulièrement Claude Drothière (voir ce billet de juin 2016) et deux groupes d’adultes venant de CME (centre médico éducatif). Je co-anime les 2 ateliers au potager avec Claude. Tous sortent de leur centre pour venir jardiner, c’est une autre démarche. Nous ne sommes pas « chez eux » mais dans un lieu qu’ils investissent puis quittent.

Avec Claude, j’apprends les gestes classiques au jardin : faire des semis, préparer le sol pour des plantations etc.. A côté de nous, les jardiniers de la ferme apprennent à faire des buttes de permacultures, à tailler les fruitiers d’une autre manière, à gérer leurs plantations dans la serre autrement. Et c’est ce qui m’intéresse : voir plusieurs façons de jardiner et vivre une période de questionnement sur l’organisation des ateliers et la création d’un potager pédagogique ou/et thérapeutique. L’association Terr’happy a été mandatée pour y évaluer les bénéfices et présenter des pistes d’orientation.

La Pitié-Salpêtrière

Et puis, il y a mes rendez-vous à la Pitié-Salpêtrière dans la cour de pédopsychiatrie avec Anne Ribes. J’y suis nommée stagiaire depuis trois ans. La magie continue d’opérer quand j’arrive dans ce vieil hôpital qui est, en plein Paris, un jardin immense. Je le vis comme un pèlerinage qui passe devant le lieu où enseignait Charcot, devant les maisonnettes où étaient enfermés les « fous », puis je rentre avec Anne dans le bâtiment moderne de pédopsychiatrie pour accéder dans la grande cour au jardin qu’elle a créé il y a 19 ans. Il est comme la relique du lien qui unissait autrefois Nature et psychiatrie. Quand retrouverons-nous une médecine qui intègre les bienfaits du contact avec la Nature?

Ces ateliers m’ont appris la patience et la juste présence qu’il faut pour être disponible aux enfants autistes qui viennent dans ce jardin clos. Être aux côtés d’Anne avec l’équipe encadrante me donne des pistes et nourrit ma réflexion. C’est souvent un échange sur l’actualité des jardins de soin et sur nos pratiques holistiques. Je mesure la chance que j’ai de pouvoir venir et d’être intégrée par l’équipe du centre de jour pour ce temps dans le jardin d’Anne. Sur place Stéphane, éducateur, a aussi la clef du jardin et ouvre parfois la porte du jardin pour d’autres moments « sans Anne ».

Etre en communion avec le lieu reste primordial pour moi et j’aime la diversité de ma pratique. Habitant dans Paris, je vais y chercher le végétal et j’accompagne et j’aide des personnes porteuses de handicaps à s’imprégner de la Nature solide, vivante et généreuse, à interagir avec elle et à exprimer leur ressenti. Et c’est aujourd’hui cette sève qui m’épanouit.

Chaque atelier fonctionne quand il intègre deux pôles : un dispositif (regroupant la définition des objectifs et l’organisation des conditions matérielles) et la disposition interne de chaque personne soignée comme soignante. On vient avec ce que l’on est et l’on s’imprègne du lieu et du groupe avant de commencer. Parfois, il suffit de franchir en conscience la porte du jardin.

3 livres : « La sagesse du jardinier » de Gilles Clément, « La révolution d’un seul brin de paille » de Masanobu Fukuoka et « La part de la Terre » de Louise Browaeys et Henri de Pazzis.

3 sites web : Jardiner malin, Rustica et Le bonheur est dans le jardin.

3 lieux : Les Granges de l’Abbaye de Port-Royal des Champs (Magny-les-Hameaux, 78), la maison du jardinage du parc de Bercy (12e arrondissement) et le Parc Martin Luther King (17e arrondissement).

(1) La salutogenèse, Petit guide pour promouvoir la santé. B. Lindström et M. Eriksson. 4ème tirage 2014, Presse universitaire de Laval. La salutogenèse cherche l’origine de la santé en se concentrant sur les facteurs favorisant la santé et le bien-être (physique, mental, social, etc…) et sur les ressources de la personne, plutôt que d’étudier les causes des maladies (pathogenèse).

(2) Un atelier type 2 en ESAT a pour but l’épanouissement social du travailleur handicapé et son intégration dans la société en relation avec son projet personnalisé.

 

Au Parc des Chanteraines, des ateliers jardin cultivent l’autonomie

Depuis 2009, dans le vaste potager de la ferme du non moins vaste Parc des Chanteraines à Gennevilliers (92), un carré est réservé à des jardiniers assidus venus de deux établissements locaux, le CITL (*) Le Castel de Gennevilliers et l’ESAT (**)/CITL Les Voies du Bois de Colombes. Claude Drothière, jardinier professionnel, prodigue instructions et conseils pour les semis, plantations, arrosages et les mille soins nécessaires à l’épanouissement des plantes. Plus important peut-être, il est un accompagnant régulier, une figure de confiance qui connait bien chaque jardinier. Le mercredi matin à la Ferme du Parc des Chanteraines, on jardine.

Nicole et une jardinière

Nicole et une jardinière

Courant mai, à l’invitation de Florence Pougheon Pultier du conseil départemental des Hauts de Seine et ancienne stagiaire de la formation de Chaumont, je suis allée rendre visite à Claude et à ses jardiniers avec Nicole Brès. Sous un ciel menaçant qui présageait les crues à venir, Nicole et moi avons participé à l’atelier. Le petit groupe, après avoir mis ses bottes à l’abri sous la serre, s’est dirigé vers le carré où il y avait fort à faire : arracher de l’herbe, semer des salades, planter des courges, courgettes et concombres, arroser, cueillir des salades et des radis pour les ramener au centre. Pour tout vous dire, en quelques semaines, j’ai oublié ce que nous avions planté exactement. Mais je garde un vif souvenir d’un profond sentiment de bonheur, simple et puissant. Avec Claude et ce groupe de jeunes femmes, nous avons passé un moment joyeux à toucher la terre, à discuter, à nous extasier. Je suis reconnaissante à toutes et à tous pour cette belle rencontre.

Un atelier de jardinage dans une ferme à disposition du public

Le jour de notre visite était aussi le jour de la tonte des moutons.

Le jour de notre visite était aussi le jour de la tonte des moutons.

« La ferme du parc des Chanteraines propose depuis 2009 des ateliers de jardinage pour accompagner des adultes en situation de handicap mental léger. Ces ateliers proposés deux fois par mois permettent aux personnes accueillies d’établir une passerelle d’apprentissage ou de développer des acquis professionnels qui les aideront à retrouver une autonomie. Les ateliers sont encadrés par un jardinier professionnel recruté par le conseil départemental et les éducateurs spécialisés qui accompagnent les groupes de deux centres d’initiation au travail et aux loisirs de Colombes et Gennevilliers », explique Florence Pougheon Pultier de la Direction des parcs et jardins- Service territorial nord. Quant à la Ferme des Chanteraines, elle remplit plusieurs objectifs : s’inscrire dans le schéma départemental de soutien à l’autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées conduit par la direction de l’Autonomie pour développer cette action sur d’autres sites en collaboration avec le PSOL, former les agents volontaires à l’accueil des personnes en situation de handicap et développer l’accueil de groupes sur la médiation animale (la ferme est l’occasion de découvrir poules et lapins, moutons et ânes, cochons et chèvres).

Un jardin, de multiples objectifs

IMG_8412Pour le CITL Le Castel, l’activité jardinage se déroule de septembre à juin (une fois par mois durant l’automne/hiver et deux fois par mois au printemps) à raison de deux heures en petits groupes de 5 ou 6 personnes en situation de handicap mental. Comme le fait remarquer l’éducatrice qui accompagne les participants, la mise en pratique dans le potager et la serre est mise en regard avec des activités théorique comme la visite des serres du Jardin des Plantes ou d’apprentissage du noms des plantes et outils. Dans cet atelier, les jardiniers poursuivent plusieurs objectifs pédagogiques : civiques et sociaux d’abord (s’approprier et pérenniser des actes écologiques dans leur vie quotidienne, favoriser le travail en équipe et le respect des règles, développer la communication, la socialisation et l’entraide,…), mais aussi cognitifs (concentration, observation, écoute, mémorisation, prise d’initiatives, structuration du temps et aménagement d’un espace, assimilation des consignes,…), moteurs (psychomotricité fine, fatigabilité, goût de l’effort,…). Les bénéfices pour les participants sont donc multiples.

Pour le CITL Les Voies du Bois, l’atelier est une façon d’aider les personnes accompagnées à dépasser leurs angoisses au sujet du monde extérieur. Comme le note une responsable, cet atelier est devenu pour certains participants la seule activité où ils parviennent à s’inscrire activement dans la dynamique du groupe et à être investi. « Ce que nous avons observé durant ce temps de jardinage c’est que le côté apaisant de cette activité apporte de la sérénité aux personnes les plus agitées. Au fil des séances une complicité s ‘installe entre les personnes et le jardinier. Ce qui n’est pas négligeable quand on parle de personnes autistes pour qui le rapport à l’autre est synonyme d’angoisse. » Dans le lien avec l’ESAT qui travaille justement sur les espaces verts, l’atelier est une initiation et une découverte d’un potentiel métier. Les jardiniers et les responsables du CITL Les Voies du Bois aimeraient bien venir plus souvent et avoir une plus grande parcelle…

* CITL (Centre d’Initiation au Travail et aux Loisirs)

** ESAT (Etablissement et Service d’Aide par le Travail)

Rétrospective

Un des cinq jardins au Legacy Emanuel Medical Center à Portland (Oregon).

Un des cinq jardins au Legacy Emanuel Medical Center à Portland (Oregon).

Je vous souhaite une belle année, pleine de projets et de bonheur, de sérénité et de victoires. Avant de rentrer pleinement dans la nouvelle année, jetons un œil sur les 12 derniers mois. J’ai choisi deux thèmes pour me souvenir de 2015 sur le Bonheur est dans le jardin : les pays que nous avons visités ensemble et les contributeurs qui nous ont fait le plaisir de partager leur expérience. Un grand merci à eux et avis à ceux qui voudraient suivre leur exemple. La porte est ouverte…Merci aussi aux plus de 19 000 lecteurs qui ont visité le blog l’année dernière.

En 2015, nous avons rencontré Fiona Thackeray et son association Trellis en Ecosse, nous sommes retournés aux Etats-Unis pour faire un état des lieux de la thérapie horticole, nous avons découvert la discipline telle qu’on la pratique et qu’on l’enseigne au Japon, un projet de mur végétal dans un hôpital pour enfants au Canada, un grand jardin dans un hôpital psychiatrique en Belgique, l’association Thrive en Angleterre, un jardinier français installé en Suisse, une infirmière qui parle de deuil et de nature aux Etats-Unis et un tas d’initiatives en Suisse, Suède et Belgique grâce à une lectrice partageuse.

Du côté des contributeurs, nous avons rencontré Romain Rioult, ingénieur en paysage sensible aux vertus thérapeutiques du jardin en particulier grâce à son expérience à la maison médicale Jeanne Garnier à Paris, Carole Nahon et son association Le Jardin des (S)âges à Draguignan, Tamara Singh, horticultural therapist formée à New York qui nous a raconté son expérience en plusieurs épisodes, y compris son travail au Rusk Institute, Nicole Brès qui combine art thérapie et hortithérapie et qui nous a également fait découvrir un healing garden à Philadelphie, Stéphane Lanel qui nous a parlé de sa formation en parallèle de son travail à la maison des Aulnes et Romain Pommier qui a lancé tambour battant un jardin thérapeutique au CHU de Saint-Etienne.

La semaine prochaine…

A Philadelphie, un « healing garden » en mémoire d’une pionnière de l’horticulture

Aujourd’hui, nous partons à Philadelphie avec Nicole Brès de Nature en Ville Thérapie pour visiter un « healing garden » à la mémoire d’Ernesta D. Ballard. A la fin de son billet, parcourez le jardin en photos. Nicole Brès est joignable à natureenvilletherapie (at)gmail.com.

 

« The world is a better place when everyone is included. » The Pennsylvania school of horticulture for women, class of 1954.

J’ai eu la chance d’aller quelques jours à Philadelphie. Là, à la Temple University, est dispensée une formation d’hortithérapie. Sur le campus à Ambler, à la « School of Environmental Design », on découvre plusieurs jardins qui servent de support aux cours d’horticulture, de design et d’hortithérapie (voir le programme du certificat).

Certains ont été dessinés et construits par les étudiants (Formal Native Plant Garden, Woodland Garden, the Wetland Garden and the Ernesta Ballard Healing Garden). Healing garden peut être traduit par jardin cicatrisant. Par une magnifique journée d’automne, j’ai découvert le « Healing Garden », jardin à la mémoire d’Ernesta Ballard, pionnière en horticulture qui, après une attaque cérébrale, s’est beaucoup intéressée au labyrinthe.

Ici, le sol est tapissé d’ardoise fortement pilée qui fait ressortir les pierres claires. Un thym rampant (thymus serpyllum variété albus) dessine le labyrinthe et recouvre petit à petit tout le minéral. Le muret de pierre sèche encadrant le jardin est bordé d’un côté de graminées, de l’autre de buissons. À l’entrée du jardin, en haut des deux marches, notre vue englobe l’ensemble. On peut faire un premier parcours visuel de l’entrée au centre du labyrinthe, c’est rassurant. J’ai aimé suivre le chemin de ce labyrinthe, où l’on ne se perd pas, jusqu’à la pierre plate qui marque le centre et repartir en enjambant le thym. .. avec des souvenirs de cours de récréation en asphalte gris bleu comme ici et des sautillement au-dessus de dessins à la craie.

Ce jardin est empreint d’une grande simplicité, les courbes atténuent le côté anguleux des pierres brutes, le végétal joue avec le minéral. Il a comme toile de fond des arbres qui ferment l’espace. Derrière on trouve des espaces ouverts et d’autres jardins.

Si l’entrée se fait par une allée peu couverte, on repart par un sous-bois où se cache un pont en bois au dessus d’une rivière sèche.

C’est un jardin où l’on vient sans outil, pour trouver un repos de l’âme et du corps, pour se mettre en relation avec la Nature, observer et ressentir.

Dans le livre de Clare Cooper Marcus et Naomi Sachs, « Therapeutic Landscapes », les « jardins cicatrisants » tiennent une place importante. Avant tout acte de jardinage, ils sont le premier lieu investi par ceux qui ont subi un traumatisme. Car, dans une nature apaisante et accueillante, devant certains paysages, nos souffrances se taisent. C’est pour moi un pan de l’hortithérapie peu mis en avant en France : être là, seulement là sans rien faire.

 

IMG_4364

IMG_4356 IMG_4359

Quand l’art-thérapie rencontre l’hortithérapie

Les lecteurs réguliers commencent à bien connaître Nicole Brès qui a déjà écrit plusieurs billets pour Le Bonheur est dans le jardin. Dans un billet très personnel, elle nous raconte son parcours et comment elle conçoit la fusion entre l’art-thérapie et le jardin. Aujourd’hui, elle travaille aux côtés d’Anne Ribes à la Pitié-Salpétrière et elle a initié deux ateliers avec les personnes de Simon de Cyrène et celles de l’ESAT ECODAIR. Vous pouvez joindre Nicole à  natureenvilletherapie (at) gmail.com.

A 20 ans j’étais étudiante à l’école du paysage de Versailles et à 21 ans, je suis partie pour Denver au Colorado (c’était avant la création de l’ Horticultural Therapy Institute de Rebecca Haller).

20 ans après, habitant à Bruxelles, j’ai suivi là des études d’Art-thérapie ainsi qu’une formation d’entrepreneur de jardin.

Aujourd’hui à Paris je suis une art-thérapeute au jardin ou une art-thérapeute dans la Nature ou une éco-art-thérapeute (terme du docteur Theresa Sweeney) ou natureenvilletherapie…

Art-thérapie et hortithérapie ont beaucoup de points communs. Les processus thérapeutiques en jeu sont les mêmes, les problèmes de formation et de reconnaissance de la profession aussi. Voici quelques réflexions à la lumière de mon parcours et des expériences que j’ai vécues en France et en Belgique en milieu psychiatrique (psychogériatrie, pédopsychiatrie, psychiatrie adulte).

Revenons tout d’abord sur les processus en jeu en Art-Thérapie : c’est bien plus que les cahiers de coloriage qui sont aujourd’hui un grand succès commercial et qui prétendent réduire votre stress. Personnellement, colorier bien dans le cadre donné, sans dépasser ne m’a jamais apaisée.

Le processus de soin est fondé sur le mouvement de la vie créative, accompagné (et non pas guidé) par le thérapeute. Il faut être trois : le soigné, le soignant et la vie créative.

« Le soin consiste à offrir à un patient, un contenant actif, un transformateur d’émotions brutes en sentiments, un lieu psychique où les éprouvés corporels ou mentaux du patient trouvent un sens. Cela à travers l’investissement dont ils sont l’objet de la part des soignants », écrit A. Evers dans Le grand livre de l’art-thérapie (p. 11).

L’art-thérapie propose aux patients des mises en situation de création qui ne nécessitent aucune capacité ou talent artistique particulier.

L’art-thérapeute possède des connaissances en psychopathologie clinique, contrôle régulièrement son travail avec des professionnels de santé, a une pratique artistique personnelle et utilise une ou plusieurs médiations, parmi lesquelles on peut citer les arts plastiques, la danse, la musique, le cinéma, la vidéo, le théâtre, l’écriture, le conte. Ces modalités d’expression vont servir à redonner une dynamique entre psychisme et relationnel, entre sujet et maladie.

C’est la triade soigné/soignant/média qui est mise en place. L’objectif de l’utilisation de la médiation est de créer du lien et du sens en renouant avec la communication non-verbale et verbale. Elle travaille à structurer la pensée, le discours, les comportements, en enrichissant l’imaginaire et en développant la capacité de symbolisation.

L’art-thérapie aide à améliorer l’estime de soi par le sentiment de croissance des capacités créatives personnelles et par le partage avec les autres. Elle peut réhabiliter des capacités endommagées et des zones psychoaffectives endolories par des traumatismes.

Dans la prise en charge art-thérapeutique, la mise en place d’une bonne relation thérapeutique est la première étape. Pour cela nous mettons en place un cadre physique (règles de bon fonctionnement de l’atelier) et un cadre moral (confidentialité, respect de soi et des autres) qui sont énoncés clairement dès le départ et sur lequel on pourra s’appuyer et qui sera revisiter si besoin. Le cadre a une fonction de contenance. En psychiatrie, sa permanence lui donne la capacité de contenir les expressions plus ou moins destructrices des douleurs psychiques.

L’alliance thérapeutique est présente quand la confiance est établie entre soignant et soigné. Bienveillante et dynamique, elle est ouverte au plaisir d’être dans le jeu créatif. Ce jeu, D.W.Winnicott le définit comme impliquant le corps avant l’esprit. Sans jeu et sans plaisir, la relation thérapeutique ne peut se déployer.

Pour tenir le cap, attention aux transferts et contre-transferts qui s’opèrent dans la relation, ce qui implique de se connaître suffisamment pour décoder nos réactions et garder la bonne distance entre nous thérapeute et l’autre. Être dans l’empathie tout en gardant la bonne distance.

Les cadres, l’alliance et les transferts comme outils dans la poche, nous passons à la vie créative. Ce terme winnicottien est une traduction de « creativity » qui, contrairement à créativité, reflète un mouvement vers, plus important que l’objet produit par l’acte créateur.

Ce mouvement peut se concevoir en trois temps : l’impression (préalable à la création), l’expression (d’une forme qui s’est imposé) et le devenir de l’œuvre (l’après création). Et là, l’art-thérapeute qui choisit la Nature comme terrain de jeu créatif, aura un matériau inépuisable d’impression et d’expression en touchant au lien imémorable entre l’Homme et la Terre qui le porte et le nourrit.

Quand la création est un objet, que va-t-on en faire ? L’Art-thérapie introduit une distance entre soi et sa production qui n’est pas « moi » mais « de moi ».

Cette mise à distance, ce recul, ce détachement renvoie à une multitude de rapports complexes qui vont interpeller le sujet et le transformer. Entre le soignant et le soigné, il y a l’œuvre qui est tierce et qui va introduire des mouvements d’attachement et de détachement. Le devenir de l’œuvre fait partie du processus thérapeutique. Cela introduit la réalité de l’éphémère, de la disparition de l’objet et du souvenir et de notre condition d’humain mortel. Quand l’œuvre est avec et dans la Nature, les mêmes réalités sont introduites.

L’Art-thérapie met en mouvement la vie créatrice de chacun et apporte une ouverture au sujet muré dans ses symptômes. Aller dehors accentue ce mouvement et cette ouverture.

2015.03.19 (2)La Nature peut être le cadre physique de la thérapie, l’objet d’inspiration (rien que par la vue que nous en avons à travers les fenêtres de l’hôpital), l’objet d’impression à son contact, l’objet de création par le matériau qu’elle nous fournit, les archétypes qu’elle appelle, le lien immuable, sécurisant et cicatrisant entre l’Homme et la Nature. Les soins art-thérapeutiques en psychiatrie, sans s’attacher à une pathologie particulière, rétablissent l’intégrité physique, mentale et créatrice du sujet. En s’organisant autour du végétal, ils s’enracinent alors dans une force vivante, accessible et peu coûteuse.

Lors d’une balade dehors, des enfants en pédopsychiatrie ont ramassé des végétaux et dans l’atelier ils les collent sur une feuille de couleur.

05.03 vendredi  groupe C (4) 05.03 vendredi  groupe C (6)

En psychogériatrie, voici une empreinte de végétaux fait sur de la pâte à modeler puis dans le plâtre ET réalisation avec des végétaux récoltés dehors et de l’argile.

atelier d'arthérapie HDJ (D-4 (2)

atelier d'arthérapie HDJ (F-3) (2)

Orsay

Orsay

atelier d'arthérapie HDJ (F-3) (5)

Rencontre au Jardin Martin Luther King

Parc Clichy-Batignolles Martin Luther King

Parc Clichy-Batignolles Martin Luther King, Paris, 17e.

Ce blog n’est pas qu’un exercice virtuel, il débouche souvent sur des rencontres, des mises en relation, des ouvertures inattendues. Dans cet esprit d’échange, Nicole Brès m’a contactée en octobre dernier après avoir lu le billet sur le jardin d’Anne Ribes à la Pitié-Salpêtrière. Cette grande voyageuse qui a vécu pendant des années à l’étranger venait de s’installer de nouveau à Paris depuis trois semaines. Son précédent point de chute avait été la Belgique où elle avait suivi une formation d’art thérapie au Centre Rhapsodie à Bruxelles assortie d’un stage en pédopsychiatrie à l’hôpital Saint-Luc. Je l’ai mise en relation avec Anne et, si je comprends bien, Nicole travaille maintenant régulièrement à ses côtés. Quant à Nicole, elle m’a présentée la jardinologue belge Ariane Ansoult. Quoi de plus logique que de se rencontrer à notre tour…dans un jardin bien sûr.

Nicole est adepte des sentiers pieds nus, elle en a d’ailleurs fait le sujet d’un mémoire en prenant l’exemple de Lieterg dans le Limbourg belge. En France, j’ai eu l’occasion il y a plusieurs années d’aller marcher à même la terre, la boue et les cailloux dans les Jardins de Brocéliande. Une expérience à recommander tellement elle est dépaysante pour nous qui sommes isolés de la terre par les chaussures que nous avons toujours aux pieds.

Mais malheureusement pas de sentier pieds nus à Paris. Par contre, il y a toujours de nouveaux jardins à découvrir. Nous nous sommes rencontrées par une belle après-midi ensoleillée de décembre dans le Parc Clichy-Batignolles Martin Luther King dans ce quartier en pleine transformation. Cette promenade-découverte ne s’est pas faite avec un carnet de notes à la main et je ne vais pas vous livrer une interview en règle de Nicole ou une visite guidée de ce jardin accueillant qui m’a fait penser à un Parc Bercy en plus petit : une impression de plusieurs mondes dans une même bulle, des plantes laissées dans une certaine liberté, tout l’opposé du jardin du Palais Royal, par exemple, que j’aime pourtant beaucoup aussi malgré sa nature plus « policée ». Et en bordure du jardin Martin Luther King, un jardin partagé de belle taille, le Jardin de Perlimpinpin dont nous avons rencontré une des membres par hasard. Une jardinière légèrement inquiète que l’afflux de nouveaux habitants prévus dans les immeubles encore en chantier ne vienne surcharger le parc et le jardin d’ici peu malgré son agrandissement prévu.

Le reste de la promenade avec Nicole en photos.  Et vous aussi, partez à la découverte d’un jardin que vous ne connaissez pas…

IMG_4802

IMG_4801

IMG_4803IMG_4805IMG_4808IMG_4810IMG_4811IMG_4804