A propos isabelleboucq

Journaliste professionnelle, j'ai découvert la thérapie horticole en vivant aux Etats-Unis. Ce blog en français a envie d'inspirer tous ceux qui s'intéressent à cette discipline dont le coeur est d'utiliser le jardinage comme outil thérapeutique. A l'aide d'exemples, d'interviews, d'études de cas.

Nature et insertion : la philanthropie raisonnée de Green Link

Dominique du Peloux

Dominique du Peloux de Green Link « Je me suis intéressé aux bienfaits de la nature pour l’homme qui va bien, mais encore plus pour l’homme qui va mal. »

Créé fin 2013, Green Link est un fonds de dotation qui a déjà accompagné une douzaine de projets. Un fonds animé par une conviction, « la nature est un lieu privilégié pour mettre en œuvre des actions de réinsertion sociale et professionnelle ». La nature ne se résume pas ici aux jardins, elle comprend la ferme, la forêt, la montagne, peut-être un jour la mer. Grâce à des financements sur trois ans allant de 5 000 à 30 000 euros, Green Link soutient des projets auprès de quatre publics : les personnes désocialisées ou éloignées de l’emploi, les jeunes en décrochage, les personnes en situation de handicap ou de longue maladie et enfin les personnes détenues ou sous main de justice.

Dominique du Peloux, le fondateur de Green Link, est un financier. Il n’en fait pas mystère. Après 30 ans d’expérience, notamment en tant que fondateur du fonds d’investissements Chequers spécialisé dans les PME, il a créé Green Link sur le principe d’un fonds distributif. Précisons en passant que Green Link est membre d’Un Esprit de famille, une association qui regroupe les animateurs de fonds d’initiative familiale. L’idée de Dominique du Peloux est de sélectionner des associations en accord avec la mission de Green Link, « des associations qui tiennent la route et qui apportent un retour sociétal même si on ne sait pas encore bien le mesurer », explique-t-il.

« Beaucoup d’associations travaillaient déjà autour de la protection de la nature et de la biodiversité. Puis, j’ai rencontré le fondateur des Jardins de Cocagne. Je me suis intéressé aux bienfaits de la nature pour l’homme qui va bien, mais encore plus pour l’homme qui va mal. » Cependant, il souhaite apporter à la philanthropie une approche professionnelle. « Je veux sortir d’une logique qui fonctionne à l’émotion et aux liens personnels à des causes. Je veux sortir de la bienfaisance. Il faut devenir professionnel et efficace. Les associations doivent expliquer clairement leurs actions. » C’est son conseil d’administration, actuellement composé de trois personnes, qui tranche. Nouvellement arrivée en tant que directrice du développement, Emmanuelle Berthomier aide à amplifier l’action de Green Link.

Focus sur quelques projets

Capture d_écran 2018-01-28 à 13.46.14

Les missions de Green Link

 

En partenariat avec l’Association Nationale des Visiteurs de Prison (ANVP), Green Link contribue au financement d’un livre blanc qui va répertorier les jardins déjà implantés dans les lieux de détention et mettre en évidence les bonnes pratiques. Dans le monde pénitentiaire qui fait la Une en ce moment avec ses fortes tensions, les jardins ont commencé à entrer tout doucement (au centre pénitentiaire de Nantes, dans la maison centrale de Saint-Maur à Châteauroux,…) et a procuré des effets apaisants pour les détenus et les surveillants. Auprès de détenus toujours, la Ferme de Moyembrie est une ferme et un lieu de vie où des personnes en fin de peine travaillent au maraichage, à l’élevage ou à l’entretien des bâtiments.

Green Link soutient également Teragir, une association qui œuvre dans le domaine du développement durable. « A l’occasion de la Journée Internationale des Forêts qui aura lieu le 21 mars, Green Link, en partenariat avec Teragir, organise, du 8 janvier au 15 février 2018, un concours s’adressant aux associations œuvrant en faveur de l’insertion à travers les métiers de la forêt, du bois et des espaces verts », explique le site du Green Link.

La Lendemaine, c’est une association et un Foyer d’Accueil Médicalisé qui accueillent des adultes sur le spectre de l’autisme. Dans cette ferme en pleine nature située en Essonne, les résidents participent à des activités agricoles et artisanales pour une insertion ayant du sens, une meilleure qualité de vie au contact de la nature et une autonomie améliorée.

Quant à la Bergerie de Berdine dans le Luberon, il s’agit d’accueillir et d’accompagner des personnes en situation de grande exclusion, souffrant souvent de dépendances à des substances. Depuis 1977, « Les personnes accueillies travaillent sur différents ateliers domestiques ou de production en lien avec la ferme et le plein air (coupe de bois, maraîchage, cuisine, buanderie, chèvrerie, fromagerie…) afin de reprendre goût au travail et à l’effort ».

Green Link soutient aussi Seuil, une association qui propose aux jeunes de 14 à 18 ans de longues marches de rupture ou Cheval Espérance qui propose des activités d’équitation adaptée dans un milieu naturel ressourçant à des personnes en situation de handicap. Pour la nouvelle année, Green Link s’engage aux côtés de Veni Verdi dont j’avais déjà dit un mot et dont le nouveau projet est ambitieux : une ferme urbaine expérimentale sur 2 500 m2 au sein du collège Flora Tristan dans le 20e arrondissement de Paris.

Si vous avez un projet dans un des domaines cibles de Green Link et que vous cherchez un soutien financier, vous savez ce qui vous reste à faire. Pour plus d’information sur d’autres sources de financement, je vous renvoie à une série publiée en 2016 (1, 2, 3 et 4).

 

Lectures d’hiver

L’hiver, un bon moment pour lire pendant que les activités au jardin sont en sourdine et que les nuits sont longues. Pour ce premier billet de l’année, je vous propose une balade en trois temps : des livres de jardinage, quelques liens vers toutes sortes de jardins qui font du bien et l’annonce d’une nouvelle association dédiée à la biophilie et à l’écothérapie.

 

Jardiniers accomplis ou novices, que lisez-vous ?

Voici une sélection de livres et de magazines qui aideront les animateurs de jardins de soin à s’informer. Des lectures à partager avec les usagers des jardins.

Le Guide du Jardin Bio de Brigitte Lapouge-Déjean et Jean-Paul Thorez chez Terre Vivante. Le potager, le verger et les plantes ornementales, bichonnés façon bio. Un livre incontournable recommandé par Paule Lebay.

L’Agenda du jardinier bio 2018 de Xavier Mathias avec les jolies illustrations de Joël Valentin. Accompagné d’un calendrier lunaire et d’explications pour comprendre l’influence de la lune, cet agenda écrit avec humour est un guide à annoter. Pour la 1e quinzaine de janvier, quelques tâches : commander ses graines, poser des nichoirs à oiseaux, faire ses plantations d’arbres et d’arbustes ou encore taillez les branches mortes. N’hésitez pas à créer votre propre journal de bord dans un simple cahier avec commentaires, photos et dessins.

Le magazine Les 4 saisons du jardin bio et ses hors séries. Tous les deux mois des idées nouvelles pour animer le jardin. Ces deux livres et le magazine sont publiés par Terre Vivante qui possède aussi un centre en Isère que l’on peut visiter et où se déroulent des stages et formations.

La Permaculture dans un petit jardin – Créer un jardin auto-suffisant de Kurst Forster. La permaculture adaptée aux petits espaces par un pionnier de la méthode en Europe chez un autre éditeur à connaître, les Editions Ulmer.

Les potagers surélevés. De la construction à la plantation. Jardinez n’importe où! Par Tara Nolan. Très utilisés dans les jardins de soin, les bacs surélevés sont une excellente solution à plusieurs difficultés (manque de place, absence de bonne terre) et partie intégrante d’un projet DYI.

Que planter à l’ombre, Jardins, terrasses et balcons de Didier Willery. Des solutions pour un autre type de problématique. Du même auteur, on peut aussi signaler Dingue de plantes qui a reçu en 2016 le prix Redouté, qui récompense les meilleurs livres de botanique et de jardin en français.

Cultiver des plantes mellifères en ville et au jardin de Jacques Piquée. Un dernier ouvrage parmi le vaste catalogue des éditions Ulmer.

Mon jardin de plantes médicinales de Serge Schall. Une référence pour cultiver achillée,ail, bleuet, passiflore, raifort, coquelicot, livèche, rhubarbe, basilic, fenouil, lavande, mélisse officinale, menthe poivrée, romarin, origan, sarriette, sauge, souci, thym, verveine…

 

Où on parle de jardins qui soignent

Une collection d’articles glanés ici et là sur Internet. On parle de plus en plus des jardins à but thérapeutique dans la presse régionale, nationale, professionnelle…

Au CHU d’Angers, un jardin planté par les Incroyables Comestibles. Un jardin pour les résidents d’une unité d’hébergement temporaire et transitionnel à Fontenay-le-Comte en Vendée. Dans un Ehpad de Grabels dans l’Hérault, un jardin extraordinaire qui devrait fleurir au printemps 2018 tandis que celui-ci créé par Terr’Happy a déjà vu le jour à Saint-Germain-en-Laye. Le Parisien encore qui s’intéresse aux jardins thérapeutiques de l’hôpital psychiatrique de Montesson. Et un autre hôpital psychiatrique, le CH Laborit à Poitiers, qui inaugure il y a quelques mois son jardin dans une unité de géronto-psychiatrie. Et une troisième initiative dans un hôpital psychiatrique, le CHD Georges Daumezon à Fleury-les-Aubrais dans le Loiret, un projet dont j’ai déjà parlé à son inauguration en 2014 qui a reçu en 2017 un prix de l’ANFH (organisme collecteur de fonds de formation pour la fonction publique hospitalière) avec ce reportage en vidéo.

Et enfin un dossier sur les jardins qui soignent dans le magazine de l’Union nationale des entreprises de paysage, dossier auquel j’ai contribué en espérant que les paysagistes traiteront les jardins de soin avec respect.

 

Association Française de Biophilie et d’Ecothérapie (A.F.B&E)

Association

 « Observer, rencontrer, comprendre et protéger la Nature, c’est être Humain ». En août 2017, France et Dominique Pringuey convoquaient une assemblée générale constitutive de leur association en ces termes.

« Chacun d’entre vous a pu expérimenter les bienfaits d’une résidence à la campagne, d’une balade en forêt, d’une séance de jardinage… Ce profond ressourcement physique, mental et spirituel au contact de la nature est inné et nous concerne tous. Le monde scientifique l’appelle biophilie, une sympathie et un attrait irrésistible pour le vivant à l’origine de notre humanité. Cultiver notre biophilie, « en prendre soin » est indispensable à notre santé. Comprendre la biophilie c’est aussi prendre conscience de l’indispensable nécessité du respect et de la protection de l’environnement naturel. L’écothérapie s’appuie sur la biophilie pour la prise en charge du développement personnel et de certains problèmes psychologiques ou psychosomatiques. Elle est conduite par un thérapeute qui va proposer des activités ciblées en interaction avec la nature et/ou des éléments de la nature.

Cette association a donc pour objet de :

« Promouvoir la relation à la nature dans la vie quotidienne dans le but d’améliorer la santé des personnes. Encourager ainsi des comportements de respect et de protection de la nature. »

Pour ce faire elle propose de :
– Communiquer, partager et former aux fondements scientifiques de la biophilie, à ses applications pratiques individuelles, collectives et professionnelles.
– Agir pour la conservation de la biodiversité en explicitant ses rapports à la santé.

Et porter un autre regard sur l’écologie par la sensibilisation à l’écothérapie.
– Proposer des activités pratiques variées au contact de la Nature qui visent le bien-être physique, mental et social (définition de la santé par l’OMS)

– Organiser des ateliers pédagogiques et des actions créatives et participatives pour l’amélioration et la protection de l’environnement naturel privé ou public.

– Créer un réseau local de jardins, d’espaces naturels, de professionnels qui s’inspirent des messages de l’association. Organiser des visites, des journées portes ouvertes.

– Développer des partenariats locaux et nationaux

– Participer à la vie de la commune d’Escragnolles, à l’évolution de l’éco-tourisme dans les Alpes Maritimes et obtenir des labels dans le domaine écologique. »

On peut s’informer sur la page Facebook de l’association ou auprès de France Pringuey (france.pringuey (at) gmail.com). Un premier événement est programmé pour le  samedi 26 mai 2018 sur le thème des prairies fleuries dans notre environnement.

Symposium Jardins & Santé 2017 : un symposium fédérateur 2/2

On continue avec quelques interventions marquantes du deuxième jour et une synthèse par Béatrice Marteau de l’Association pour le Développement de l’Hortithérapie (ADHT). Je signale que Jardins & Santé vient de mettre en ligne des enregistrements audio des présentations et des tables rondes. C’est un énorme effort de rendre l’intégralité de la conférence accessible à ceux qui ne pouvaient pas être présents.

 

Thérèse Jonveaux et le JAZ (Jardin Alzheimer) de Nancy

La neurologue du CHU de Nancy a présenté l’avancée des recherches sur l’utilisation du jardin « Art, mémoire et vie », qui fête ses 10 ans. Conçu pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et leur entourage, il est adapté à des séjours brefs de 3 ou 4 semaines (le jardinage y est une activité mineure). On attribue au jardin une diminution des coût de santé (moins de psychotropes sédatifs) et de la iatrogénie médicamenteuse (effets indésirables). Plus de 3 000 patients et proches, plus de 100 professionnels en ont déjà bénéficié. Avec 755 participants inclus dans le programme de recherche, il a déjà fait l’objet de neuf articles internationaux (sur les critères de conception par exemple). L’intervention de Thérèse Jonveaux a suscité l’intérêt de Science et Avenir. Les jardins ont besoin de publications scientifiques et d’articles grand public. Le Figaro avait également envoyé une journaliste au symposium.

Des bénéfices en pagaille:

  • Pour les soignés : autonomie, sommeil, nutrition, troubles psycho-comportementaux et capacités cognitives (réminiscence, orientation temps et espace, communication et interaction)
  • Pour les soignants : amélioration de l’environnement, facteur d’attractivité, prévention du burn out, restauration des capacités attentionnelles (un meilleur soignant), diminution de l’absentéisme.
  • Pour les familles.

Le jardin se décline en plusieurs programmes :

  • JAZ-TOP : les principes de base pour organiser les éléments d’un jardin afin d’y favoriser l’orientation dans l’espace. Quels sont les éléments pertinents pour se repérer ? un effet d’apprentissage qui se maintient dans le trajet retour a pu être démontré. Les patients ont des capacités d’apprentissage dans cet environnement riche en repères.
  • JAZ-ART : les œuvres d’art dans les jardins ont un impact émotionnel positif sur les visiteurs. La perception des éléments artistiques sollicite les différents registres de mémoire (mémoire sémantique, mémoire épisodique, mémoire collective)
  • JAZ-LOR : étudie la prise en compte, dans la conception du jardin « Art, mémoire et vie » des références à la mémoire culturelle régionale (vitraux par exemple).
  • JAZ NOCT : une thèse de médecine étudie les effets sur le sommeil des patients. Apparemment, plus les patients passent de temps au jardin, plus leurs nuits sont apaisées.
  • JAZ SELF : une autre thèse de médecine en cours sur le thème de conscience de soi qui montre que la conscience du corps au jardin utilise des mécanismes différents de la conscience du corps dans la musicothérapie.
  • JAZ-BURN : le jardin comme remède au syndrome de burnout professionnel qui menace les équipes de soins. Un espace vert, c’est mieux qu’un parking, mais lmes avantages sont encore plus nets avec un jardin adapté. Les relations sont meilleures et plus riches dans le jardin entre résidents et soignants. Les médecins parlent aux familles dans le jardin quand les choses sont tendues. Le jardin permet l’échange.
  • JAZ ATT : quand les infirmières font une pause dans une pièce ou dans le jardin, que montrent des tests d’attention aléatoires ?
  • JAZ FAM : une étude sur les relations familiales via le jardin commencera au printemps 2018. On apprend que le jardin est accessible en lit médicalisé pour l’Unité de Soins Palliatifs.

Thérèse Jonveaux envisage des cursus courts pour des formations professionnalisantes et un cursus pluridisciplinaire pour former des chercheurs à l’évaluation.

 

Le centre horticole de l’EPSM de Lille

L’EPSM, l’Etablissement Public de Santé Mentale de l’agglomération lilloise, possède 4 000 m2 de jardins. C’est là que des centaines de personnes – ailleurs ce sont des patients – deviennent passer un moment. Didier Mahé, responsable du secteur socio-éducatif, s’est battu pour sauver le centre horticole qui était voué à la démolition en 2011. « Les gens sont ici chez eux », dit-il du centre qui est ouvert jour et nuit. « Un jardin pour les enfants, espace pour les contes, labyrinthe, tunnels végétaux, cabanes. Chacun apporte sa trace ». Le lieu est ouvert vers la ville et les écoles, accueille des manifestations culturelles. La petite équipe du centre horticole, au grand complet pendant le symposium, forme aussi des membres des équipes soignantes pour essaimer au cœur des unités. L’objectif affiché est de changer le regard sur le psychiatrie…

 

Quelques pistes en vrac

  • Le jardin de soin et la biodiversité. Lucile Chapsal a présenté son travail sur la typologie des espaces au sein de l’hôpital Saint-Louis à Paris et leur diversité. Pourquoi la biodiversité dans les jardins de soin (pour être claire, il n’y a pas de jardin pour les patients à Saint-Louis) ? Pour stimuler la curiosité.
  • Le texte « Le droit de rêver» de la philosophe Martine Laffon qui a clôt le symposium.

 

Pour conclure, je partage une synthèse de Béatrice Marteau, la présidente de l’Association pour le Développement de l’Hortithérapie (A.D.H.T). Elle a mis en regard les freins et les leviers à la diffusion des jardins de soin tels qu’ils ont été décrits pendant le symposoium. Merci, Béatrice.

 

Freins Leviers
 

Faible implication des pouvoirs publics

 

Absence de financement public

 

 

Absence de réglementation en France

 

Programmes de l’ARS

(Santé et environnement / Santé et alimentation…)

Loi sur Développement Durable

 

 

 

Travaux de recherche non coordonnés en France

 

 

 

 

Offre de formations reconnues rare

 

 

Développement d’une notion de droit au risque

 

 

Implication du directeur d’établissement et d’une équipe pluridisciplinaire à qui il est nécessaire d’expliquer l’intérêt du projet

Nécessité de revoir le sens du soin, l’organisation du travail, la formation…

 

 

Peut devenir un « lien vert » dans un projet d’établissement (approche participative) si accompagnement sur le long terme

 

Difficulté de démontrer l’intérêt « global » du projet (cloisonnement des spécialités médicales et sociales)

 

 

Nécessité de mettre en place un partenariat avec les entreprises autour

 

 

Permet le développement d’un réseau riche

 

Déconnexion de l’être humain à la nature

Difficultés à analyser les besoins et les attentes, les possibles…

 

 

Mise en évidence des bienfaits sur l’être humain (études aux Etats Unis – expérience aux Pays Bas…)

 

Importance de la conscience du soi

 

 

Bienfaits pour les professionnels

(diminution absentéisme, turnover, augmentation concentration…)

 

 

Bienfaits pour les aidants

 

 

Moyens nécessaires à l’entretien de cet espace pas toujours pensés dans le projet initial

 

 

Analyse et réajustement difficile

 

 

 

 

Valorisation des JT sous l’aspect à la fois écologique, économique et social

Et en terme de diversité alimentaire

 

 

 

En 2017, Jardins & Santé a donné des bourses à quatre projets pour appuyer la création ou l’amélioration de jardins à but thérapeutique (JABT) :

Aménagement d’un JABT sécurisé pour les résidents âgés désorientés, EHPAD Boucicaut à Mont-Saint-Aignan, CHU de Rouen.

Aménagement d’un potager de cucurbitacées pour de jeunes adultes autistes, ITEP LeChâtelier-Henry Ey à Saint Florent sur Cher.

Ccréation de jardins de fleurs et jardins potagers pour adultes atteints d’épilepsie sévère, FAM à St. Etienne de St. Geoirs dans l’Isère.

Complément d’un aménagement de transformation des produits jardiniers pour de jeunes autistes, IME La Bourguette à Perthuis dans le Vaucluse.

Retrouvez tous les projets financés depuis 2009 sur cette carte.

Symposium Jardins & Santé 2017 : un symposium fédérateur 1/2

Trois semaines après la clôture du symposium de Jardins & Santé, il est temps de faire un point. Le morceau est trop gros : il faudra bien deux billets pour en faire le tour. L’association s’apprête à mettre en ligne certains enregistrements (la conférence comme si vous y étiez !) et une étude réalisée par des élèves directeurs de l’Ecole des hautes études de santé publique (EHESP) de Rennes sur les aspects juridiques et politiques publiques de la mise en place de jardins dans les établissements de santé. A retrouver en intégralité sur le site de Jardins & Santé.

Comme les autres années, le symposium a permis de sortir des frontières et de rencontrer des porteurs de projets intéressants venus de toute la France. Ca continue à bouillonner. Ca bouillonne même de plus en plus, avec les mêmes frustrations : la formation, la reconnaissance, le besoin d’évaluation, ces trois aspects étant intiment liés. D’ailleurs, le symposium 2017 restera peut-être dans les mémoires comme celui où une bonne dizaine d’acteurs ont posé les premières bases pour créer une fédération dans le but de promouvoir les jardins qui soignent et apportent du bien-être. Plus sur ce sujet très bientôt sans doute.

Voici un bref aperçu, nécessairement parcellaire, de quelques interventions de la première journée. Dans 15 jours, la suite.

  • Annie Pollock, architecte paysagiste du Dementia Center HamondCare, a présenté les régulations britanniques qui impactent la réalisation de jardins thérapeutiques: régulations sur la construction, sur la sécurité, sur le handicap.
    • « Design enables or disables people », dit-il.
    • Les paysagistes doivent comprendre les besoins des personnes (personnes âgées dans son cas) et ne pas créer pour se faire plaisir.
    • On signale son livre « Designing Outdoors Spaces for People with Dementia ».

 

  • Le rapport de l’Ecole des hautes études de santé publique: on attend avec impatience la mise en ligne du rapport. A signaler que l’EHESP abrite un Jardin des Potes Agés où se rencontrent élèves de l’école et résidents d’une maison de retraite. Un bon signe !
    • Le jardin thérapeutique n’a pas d’existence juridique (en Argentine, si!).
    • Manque de soutien à travers les politiques publiques. Certains plans pourraient se transformer en appuis pour le jardin (loi 2015 sur l’adaptation de la société au vieillissement par exemple).
    • Pour mettre en place un jardin, les directeurs d’établissements peuvent prendre la loi comme soutien (projet d’établissement, le règlement intérieur, le contrat de séjour) ou comme contrainte (pas de disposition spécifique, assurances, responsabilité, bénévoles et associations, PLU, droit des plantes, choix de plantes/toxicité).
    • Si le jardin est trop normé, on risque de l’aseptiser.
    • Est-on toujours dans le thérapeutique? Le jardin participe aussi au social et au bien-être.

 

  • Bram de Boer, docteur en psychologie de l’Université de Maastricht, travaille depuis plusieurs années au sein du Living Lab of Ageing and Long-Term Care. Il vient de terminer une thèse de doctorat sur la prise en charge de la démence dans différents types d’établissements dont les très originales « green care farms ». Il en existe un millier en Hollande, dont quelques-uns ouverts 24h/24 pour accueillir les personnes âgées. La philosophie : un modèle psychosocial du soin, une approche centrée sur la personne avec des activités chargées de sens dans un environnement familier et à taille humaine. Dans ces « green care farms », un soignant accompagne 7 résidents. La qualité de soins y est comparable, mais la vie est plus active.

 

  • Tatiana Theys (directrice de la Communication et du Mécénat des Hôpitaux universitaires Saint-Louis, Lariboisière, Fernand Widal) a partagé ce constat ahurissant. « J’ai essayé par le prisme de la recherche universitaire, mais un un rhumatologue m’a dit qu’il n’était pas intéressé même si on peut diviser les antalgiques par deux. L’évidence-based medecine ne marche pas nécessairement le mieux. Il a fallu convaincre par d’autres arguments. »
    • Prendre le jardin comme frontière entre la ville et l’hôpital, faire rentrer les gens bien portants dans l’hôpital et faire sortir les malades.
    • Un autre prisme d’entrée est le développement durable.
    • Des médecins s’intéressent au jardin à cause de l’explosion des pathologies pulmonaires dans les villes.
    • Pour rentrer à l’hôpital, penser plus large que le jardin thérapeutique et s’affranchir des problèmes d’espace quand pas de place pour un jardin.

 

  • La fondation Médéric Alzheimer est en train de réactualiser son rapport sur les jardins qui date de 2013 (Olivier Coupry est le porteur de ce projet).
    • Les équipes ne formulent pas nécessairement des objectifs thérapeutiques (c’est parfois un mot clé pour des financements). Mais on peut observer des effets pouvant être thérapeutiques. Ces jardins visent un mieux-être.
    • Il constate une prise de conscience grandissante dans le monde gérontologique même si on limite encore la liberté de circuler, surtout pour les personnes avec troubles neurocognitifs.

 

 

  • Décidemment, les docteurs en psychologie étaient en force cette année. Jérôme Pélissier a réveillé la salle avec un discours détonnant.
    • Arrêtons d’être dans le sécuritaire: il est plus facile d’imaginer et craindre une chute,que l’isolement qui fait de beaucoup plus gros dégâts.
    • Patient : prise en compte de l’autonomie. D’où le besoin de participation. La culture soignante et paysagiste : on forme les gens à une expertise, mais pas à rencontrer les gens avec lesquels ils font travailler.
    • Il n’y a pas de moyen pour les personnes âgées.
    • Les Ephad sont en train de se transformer en maisons spécialisées dans la maladie d’Alzheimer. On n’y fait pas la même chose qu’il y a 30 ans. On incite les soignants à faire un jardin, mais on ne les aide pas à comprendre de quoi on parle. Ca concerne la gérontologie de façon générale. Au passage, gérontologie =tout ce qui concerne la vieillesse, bonne et mauvaise santé. Gériatrie = la médecine des personnes âgées.
    • On signale, s’il en est encore besoin, son livre « Jardins thérapeutiques et hortithérapie » et son site qui continue à s’étoffer, notamment de présentations de spécialistes du jardin de soin.

 

L’association présentait le livre de témoignages qu’elle vient de publier : « Jardins & santé : des thérapies qui renouent avec la terre » (2017, Petit Génie – La nef des livres). On peut le trouver en ligne.

Dans 15 jours, la suite des présentations.

Romane Glotain murit son projet de jardin de soins

En mai 2016, nous avions fait connaissance avec Romane Glotain, jeune diplômée en production horticole qui venait de faire grande impression au Concours d’Avenir de la Fondation Truffaut avec un projet très abouti. Depuis 18 mois, elle n’a pas chômé. Après un Service Civique dédié à la création d’un jardin de soins en milieu psychiatrique, elle vient de se lancer avec enthousiasme dans une licence professionnelle dans le domaine du social et de l’animation. Autant de briques qui ont pour but d’enrichir le projet qui lui trotte dans la tête depuis plusieurs années : lancer un jardin de soins pour accueillir des publics vulnérables du côté de Nantes. Elle nous raconte…(Pour joindre Romane, romane.glotain (at) gmail.com).

 

 

Je tiens avant tout à me présenter : Romane Glotain, 20 ans et nantaise. Il y a maintenant quelques années que je tiens à réaliser mon propre projet professionnel : celui de créer un jardin de soins entre Nantes et St-Nazaire en Loire-Atlantique, pour accueillir des publics vulnérables (enfants, personnes âgées, handicapés, personnes anxieuses…) afin de leur proposer des ateliers à médiation, c’est-à-dire des animations en complément de leurs soins conventionnels grâce à un support qui est le jardin et le végétal en général. C’est ce qu’on nomme l’hortithérapie. Vous vous demandez sûrement d’où vient l’idée ?

 

Remontons il y a 6 ans. A mon arrivée au lycée Jules Rieffel de Saint-Herblain (44), je me suis investie pendant mon temps libre au sein d’une association d’élèves écoresponsables où étaient proposé divers projets liés au développement durable. Un projet m’attirait plus que les autres, celui du « Jardin pour tous » qui consistait à proposer des ateliers « jardin » à des personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer, deux fois par mois au sein d’un jardin de soins dans l’enceinte du lycée. Le jardin était un lieu pour accompagner, créer du lien, travailler les cinq sens et la mobilité chez ces personnes devenues dépendantes. J’ai suivi ce projet avec d’autres élèves pendant trois ans en me rendant compte que le lien entre l’humain et le végétal était indispensable et amenait beaucoup de bien-être. C’est la devise de l’hortithérapie… et c’est devenu la mienne ! On m’a toujours répété que mon futur métier devait être une passion pour que je puisse m’y épanouir. A cette époque, j’avais trouvé ce métier qui n’a jamais changé jusqu’au moment où j’écris ce texte.

J’ai poursuivi par un BTS en Production Horticole au lycée du Fresne d’Angers (49) que j’ai obtenu en 2016 et grâce auquel j’ai pu acquérir des connaissances dans la détermination des plantes, les conditions de culture …J’ai eu aussi la chance de remporter le concours national « Projet d’avenir » de la Fondation Truffaut dont le but était de proposer un jardin de soins pour un public spécifique sur dossier et à l’oral. Un vrai coup de pouce pour booster mon réseau, mes financements et mon projet en général.

Le Service Civique : un détour très utile

Tout me réussissait jusque là… J’ai voulu poursuivre par une licence professionnelle « Techniques d’intervention et d’animation psychosociales auprès des publics vulnérables » qui était proposée à Tours pour avoir des connaissances sur les différentes pathologies entre autres. Malheureusement, je n’ai pas été retenue à cette formation et je me retrouvée lâchée, sans rien…Dur, dur quand tout est planifié dans sa tête et que la ligne dévie…

J’avais entendu parler du Service Civique, certes. Mais pour moi la formation avait plus de valeur et d’importance… Bien sûr, j’ai navigué quelques jours sur le site à taper tous les mots clés possibles pour trouver une mission qui me conviendrait. Et j’ai trouvé « THE » mission : « Participer à l’accompagnement des personnes en situation de handicap : participation à la promotion d’une démarche écocitoyenne par la création d’un jardin potager ». Je m’y retrouvais complètement tant pour l’objectif que je m’étais fixé professionnellement que pour mes valeurs personnelles.

Direction la Sarthe dès le mois de septembre 2016. L’Établissement Public de Santé Mentale de la Sarthe basé à Allonnes (72) m’intégrait dans une mission de 10 mois au Mans (72) au sein d’ un foyer de vie pour handicapés mentaux accueillant au quotidien 30 résidents. Le but était d’aménager un jardin sur les extérieurs du foyer et de proposer des animations en lien.

Je vous avoue qu’il n’est pas facile de se retrouver confrontée à des personnes qui souffrent de symptômes psychotiques et de schizophrénie du jour au lendemain même si les résidents étaient très accueillants et l’équipe (aides médico-psychologiques, cadre de santé, une tutrice monitrice-éducatrice et secrétaire) très à l’écoute.

Il n’était pas facile non plus pour les résidents de situer mon rôle qui n’était pas celui de soignante. Mais très vite, j’ai proposé des plans de jardin avec des résidents et une équipe très ouverte me laissant autonome sur le projet. Je l’ai réalisé en fonction des envies des résidents. Au fil des mois, un verger est apparu, des framboisiers, une palette d’aromatiques… Jordan, également Service Civique au sein de l’EPSM m’a prêté main forte pendant 4 mois pour construire un compost, installer une arche d’entrée…

S’en est suivi une aide précieuse d’un collègue Aide médico-psychologique qui a pris le relais et m’a soutenue dans le projet pour construire une tonnelle en bois, des bacs à hauteur pour les personnes les plus fatigables, une terrasse en bois pour poser des transats, une serre à tomates et qui m’a surtout apporté son regard en tant que soignant.

10 mois pour créer un jardin en psychiatrie

J’étais venue au foyer pour lancer le projet, mais je comptais sur les résidents pour s’y impliquer et aménager leur jardin ! Celui-ci devait être varié et surtout adapté à la maladie. Tout était délimité (carré potager, bordures autour de la jachère fleurie…) avec différentes zones observables. Les délimitations, le choix des végétaux, les aménagements ont été très importants dans la construction du jardin. En effet, la maladie mentale fait perdre conscience de son environnement et les personnes se retrouvent vite dans leur bulle.

« Tu travailles avec des schizophrènes ? T’as pas trop peur ? » Combien de fois ces questions m’ont été posées lorsque j’expliquais mon Service Civique. J’ai pu remarquer que la maladie mentale, que certains appelleraient « la folie », fait peur, très peur… et c’est quand on côtoie un public comme celui-ci qu’on a une véritable envie de prouver le contraire à son entourage. Le handicap mental reste encore trop tabou et surtout beaucoup trop occulté par rapport au handicap physique que ce soit dans l’esprit des personnes, dans l’aménagement de l’environnement, dans la sensibilisation…Au final, qu’est ce que le handicap ? Une inadaptation, un frein face à notre environnement et aux codes de notre société… C’est la définition… en y réfléchissant, nous avons donc tous un handicap à un degré plus ou moins élevé…

Les résidents étaient sans emploi, et le temps qu’ils passaient à fumer, et à déambuler dans les couloirs, envahis par leurs pensées m’exaspérait ! Le fait de les impliquer dans le projet permettait de travailler entre autres sur la dépendance au tabac ;  « T’as vu Romane, j’ai pas fumé de toute la matinée ! » me disaient certains gros fumeurs qui m’aidaient à jardiner. J’essayais aussi de proposer des animations collectives et individuelles adaptées aux capacités physiques et intellectuelles de chacun pour que le plus grand nombre de résidents participent au projet (herbier en intérieur, plantations de fraisiers, gros travaux…). Certains y venaient tout l’après-midi, d’autres passaient seulement observer…Je n’imposais rien.

On travaillait donc beaucoup sur l’anxiété (très présente chez les résidents), sur le lien social, la concentration… plusieurs fois j’ai pu observer des résidents s’entraider à porter des sacs de terreau, à pousser la brouette alors que dans l’enceinte du foyer ils ne s’adressaient jamais la parole ! Les résidents étaient vraiment autres au jardin et ça c’était formidable ! Certains ont surpris l’équipe pendant ces 10 mois, les réunions permettaient d’en parler.

Je ne dis pas que tout était rose tous les jours, il faut s’attendre à des réactions surprenantes de la part des résidents, à des moments de la journée qui font qu’ils sont moins ouverts, lunatiques, des moments où la maladie reprend le dessus. Il a fallu s’y adapter. C’était aussi leur apprendre à s’engager dans des tâches quotidiennes de jardinage (arrosage, désherbage,…) et à les pousser au-delà de leurs capacités qu’ils se délimitent. Les récoltes des premières salades, le fleurissement des massifs… Tout cela apportait de la satisfaction, du partage, du bonheur simple !

 Un jardin de soins pérenne

Pour la pérennité du projet, je fais confiance à l’équipe pour continuer à accompagner les résidents au jardin qui est un véritable support de soins, oui de soins ! Je me souviens au tout début d’une dame psychotique qui avait participé à la décoration du foyer avec des éléments de l’automne ramassés dans un bois lors d’une sortie ; le sourire que je n’avais jamais vu auparavant lorsqu’elle a vu les châtaignes était juste magique ! Pour vous donner un autre exemple, un résident plus jeune était toujours scotché au chauffage ou en train de déambuler dans les couloirs, très perturbé par sa maladie… Au bout de 3 mois de travaux dans le jardin, il est sorti me voir, m’a bombardée de questions sur les plantes, le jardinage, et m’a même aidée à passer le râteau dans le potager, une grande surprise de la part de ce résident ! Et puis c’était aussi simplement réapprendre à tenir un arrosoir pour certains…

Grâce à mon volontariat, j’ai pu aussi être lauréate de l’Institut de l’Engagement qui est une association aidant spécialement les Services Civiques à réaliser leur projet. Je vais être suivie pendant deux ans dans la création de mon entreprise. J’ai pu rencontrer beaucoup de jeunes ayant des différents projets. L’échange était riche lors du dernier regroupement qui était à Autrans (38) avec plus de 300 jeunes !

Le service civique a été une expérience très enrichissante, m’a permis de découvrir le monde de la psychiatrie et son quotidien, m’a fait connaître des professions, a permis de découvrir mes capacités à aménager un jardin pour un public spécifique et a confirmé mon envie de réaliser mon projet professionnel.

Je vous avouais au début que je n’étais pas motivée à m’engager en Service Civique et aujourd’hui je me dis : « heureusement que je me suis engagée ! » J’en retiens une expérience formidable et qui m’a sans doute grandement aidée à être acceptée à la licence que je convoitais à la sortie de mon BTSA. Je valoriserai forcément mon expérience à travers mon métier d’hortithérapeute et j’aurai l’expérience pour pouvoir accueillir, animer, appréhender la maladie dans de bonnes conditions.

Je profite de ce témoignage pour remercier Gwenaëlle, ma tutrice qui m’a portée jusqu’au bout de ma mission et qui a rempli son rôle avec professionnalisme ! Merci au reste de l’équipe, aux collègues qui m’ont suivie et aidée pendant ces 10 mois et merci aux résidents pour leur énergie folle qui a permis de voir naître le jardin « Maux et merveilles » au foyer, mais aussi pour leur amabilité, sans oublier leur humour…J’espère autant qu’il pourra leur apporter sérénité et bonheur aussi longtemps que possible. Le jardin est un lieu formidable pour faire face aux difficultés du quotidien. Aujourd’hui il devient un véritable support d’accompagnement, un lieu d’apaisement, un lieu pour oublier la maladie tout simplement …

Prochaine étape, une licence en animation

Tourangelle depuis septembre, je suis les cours de l’université François Rabelais en licence professionnelle « Techniques d’intervention et d’animation psychosociales auprès des publics vulnérables » et… j’adore ! Après un BTS en Production Horticole, je souhaitais avoir une formation dans l’animation, le social pour mener à bien mon projet professionnel. Je vous avoue que ça me change des plantes et qu’il a fallu un peu d’adaptation mais j’en vois la complémentarité.

Je suis des cours de méthodes d’éducation actives, de psychologie, gérontologie (dépression, maltraitance), méthodes d’animation, évaluation, avec des professeurs et des intervenants extérieurs qui partagent leurs expériences très enrichissantes. Mon mémoire portera sur l’utilité des jardins de soins en psychiatrie et mon stage se déroulera auprès d’enfants handicapés moteurs au sein d’un IEM (Institut d’Éducation Motrice).

En plus des cours, j’ai pu acquérir depuis peu le statut d’étudiant-entrepreneur qui me permettra de bénéficier de formations dans la création d’entreprise et d’un accompagnement… en plus de l’aide de mon parrain et de ma chargée d’accompagnement de l’Institut de l’engagement. Je confirme aujourd’hui que l’accompagnement et le réseau sont des points essentiels à la création d’un projet ! En effet, le projet avance à grand pas ces temps-ci, même si je me laisse le temps de le monter… J’espère donc au prochain billet vous inviter à se rencontrer au jardin !

Pour joindre Romane Glotain, romane.glotain (at) gmail.com

 

Les jardins de soin comme objets d’étude

En France, des étudiants – de la licence à la thèse de doctorat – s’intéressent aux jardins de soin. En voici quatre exemples récents. Un bon signe, non ?

 

« L’hortithérapie, pratique thérapeutique non médicamenteuse, humaniste et innovante »

Sabrina Serres, par ailleurs lauréate du concours de la Fondation Truffaut cette année, a choisi le thème de l’hortithérapie pour son travail de fin d’études dans le cadre de la licence ABCD (Conseil et développement en agriculture biologique) qu’elle vient d’obtenir en septembre 2017. Voici son mémoire « L’hortithérapie, pratique thérapeutique non médicamenteuse, humaniste et innovante ». C’est un beau travail qui centralise énormément de rappels et de perspectives utiles pour ceux qui découvrent les jardins de soin et ceux qui sont convaincus de longue date. Bravo pour cette reprise d’étude. Et merci pour cet enthousiasme au service de cette pratique « qui nourrit le cœur et le corps » et qui permet « à des personnes en situation de fragilité de se sentir accompagnées par notre « Mère Nature », de se sentir entourées ou soutenues par elle », comme l’écrit Sabrina.

 

« Dans un jardin de soin, les patients cérébro-lésés cultivent-ils aussi des ressources psychologiques ? »

Voici un moment d’auto mise en avant un peu délicat. Dans le cadre de mon master 1 de psychologie, j’avais choisi de travailler à la Maison des Aulnes dont nous avons plusieurs fois visité le jardin sur ce blog, en particulier à travers l’expérience de son super animateur Stéphane Lanel. Ce mémoire de recherche s’intitule « Dans un jardin de soin, les patients cérébro-lésés cultivent-ils aussi des ressources psychologiques ? » Cette semaine, j’ai eu le plaisir d’aller présenter les résultats (qui n’ont pas nécessairement validé mes hypothèses) aux résidents, à l’équipe soignante et à quelques invités qui entretiennent des liens étroits avec le jardin. Deux choses m’encouragent : les réactions des résidents qui comprennent si bien le jardin et son intérêt, mais aussi Stéphane qui pense que le projet « aura, sans aucun doute, lancé une réflexion au sein de l’établissement sur la nécessité d’aller plus loin dans l’évaluation des bienfaits du jardin pour les résidents ». Allez-y, foncez !

 

« Intégration d’un jardin thérapeutique en établissement accueillant des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer et troubles apparentés »

Il y a un an exactement, je vous parlais du mémoire de Master 1 en Promotion et Gestion de la Santé soutenu par Arnaud Kowalczyk à l’Université de Tours en juin 2016. Vous pouvez le lire ici. Le rôle de l’institution reste indispensable pour faire avancer les choses.

 

« Les jardins thérapeutiques »

Un titre tout simple. Fin 2016, Romain Pommier a soutenu sa thèse « Les jardins thérapeutiques ». Interne en psychiatrie, il a initié le « Jardin des Mélisses » au CHU de Saint-Etienne dont il nous avait parlé lors de son inauguration. Le Jardin des Mélisses continue à vivre sa vie, y compris en hiver grâce à une toute nouvelle serre, et France Pringuey continue à y donner des formations aux équipes déjà très mobilisées. Voici un nouveau psychiatre absolument convaincu de l’intérêt des jardins thérapeutiques ! Sa thèse n’est pas disponible en ligne. Mais une publication résumant ses travaux doit paraitre très prochainement dans la revue psychiatrique Annales Médico-psychologiques… J’essaierai de partager la publication le moment venu.

 

« Port-Royal des Champs, haut lieu de mémoire : étude des jardins et des paysages culturels »

C’est un bonus. Cette autre thèse de doctorat d’histoire ne parle pas de jardins de soin proprement dit. Mais pour qui a déjà visité Port-Royal des Champs et eu le plaisir de converser avec Sylvain Hilaire, quel cadeau. Félicitations à Sylvain qui a soutenu sa thèse brillamment la semaine dernière, thèse entre les Universités Paris XIII/Sorbonne Paris Cité et Versailles St-Quentin/ Paris-Saclay, sous la direction de Marie-José Michel et Grégory Quenet. En voici le résumé.

Signalons aussi son « Etude-Bilan sur les expériences des jardins d’Utilités de Port-Royal des Champs » réalisée pour la Fondation de France (Prix Déclics-Jeunes) en 2005. Parmi ses jardins d’utilités, les expériences de jardin-thérapie menées à Port-Royal des Champs (Nicole Brès nous en avait parlé).

 

Surmenage et nature : la Haute Filotière ouvre ses portes le 28 septembre

Nicole Brès nous avait présenté le projet de la Haute Filotière après une visite sur place à Meignanne-Longuenée en Anjou au début de l’année. L’association EcosSanté qui porte ce projet très original de centre de prévention du burn out à travers la médiation végétale invite à une visite des lieux le jeudi 28 septembre 2017 à 14h30. Cet événement sera aussi l’occasion pour la Fondation Truffaut d’officialiser son soutien financier au projet.

Outre l’axe du surmenage et du burn out, l’originalité de la Haute Filotière est de fédérer des chercheurs de l’Agrocampus-Ouest d’Angers et du Laboratoire de Psychologie des Pays de la Loire. On a hâte de voir comment la Haute Filotière pourra aider les personnes accueillies et quelles leçons utiles à tous les chercheurs tireront de ces expériences.

Tous les détails et les contacts dans ce document

Tous les détails et les contacts dans ce document

.