Nature en ville : le syndrome du manque de nature

Cette semaine, la parole à Nicole Brès Laprade qui mérite le titre de jardinière-exploratrice tant elle aime partir à la découverte de nouveaux endroits, de nouvelles personnes qui participent au rapprochement des êtres humains et de la nature. Vous pouvez joindre Nicole (natureenvilletherapie (at) gmail.com).

 

 

Ce mois de juillet m’a permis de découvrir deux initiatives pour lutter contre le syndrome du manque de nature en région parisienne. Je vous en parle ?

Le Jardin du Monde de la Cité Internationale Universitaire de Paris

Début juillet, la sortie d’été avec mes résidents de Simon de Cyrène Vanves s’est faite à la Cité Internationale Universitaire de Paris (CIUP). Dans le parc du campus (34 hectares), à côté de nouvelles plantations, les étudiants ont créé un jardin partagé. Entièrement conçu et aménagé en 2015 par les étudiants de la Cité Internationale, il répond à un objectif principal : créer un nouveau lieu de rencontre comprenant une dimension environnementale et pédagogique.

Olivier nous en a ouvert la porte et fait la visite. Il habite à la CIUP et étudie à l’école d’AgroParisTech. En plus, Olivier a choisi de faire un Service Civique dans les écoles quelques heures par semaine. Envoyé dans le plus gros collège du centre de Paris, sa mission fût de sensibiliser les collégiens à la Nature. Ces enfants du béton et du web avaient peur d’une fourmi et ne voulaient pas toucher la terre. Patience et connaissances furent les outils d’Olivier. Dans la cour bétonnée, des jardinières ont été installées et, à la fin de l’année, certains collégiens parlaient de biodiversité et de plantes nourricières !

A la CIUP, le jardin est devenu un lieu de rencontre apprécié. Le compost regorge de nourriture apportée par les différentes maisons (la Cité Internationale compte 40 maisons et 5 800 chambres). Du houblon a été planté en collaboration avec Houblon de France. Le jardin semble coller parfaitement à l’esprit des lieux (« La Cité internationale poursuit le rêve utopiste de ses fondateurs et offre à ses résidents un espace d’échange qui favorise la tolérance et la réflexion », indique le site).

 

Into the woods

A la mi-juillet, j’ai découvert le site « intothewoods.fr ». J’ai flashé sur la proposition de Caroline Guy d’immersion dans la nature pour lutter contre le syndrome du manque de nature. Et je suis allée la voir à Pailly dans l’Oise. Autodidacte, elle se réjouit d’avoir aujourd’hui trouvé comment œuvrer pour « protéger l’innocence qui émane à la fois des enfants et de la Nature. » Cela passe par l’observation et l’écoute bienveillante.

Elle propose donc des semaines de « jeu libre et activités » avant de pouvoir ouvrir son jardin d’enfant. Ces temps de vacances sont l’occasion d’envoyer nos enfants « grandir en Nature » chez Caroline Guy. Elle accueille les enfants entre 6 et 10 ans dans la forêt à côté de chez elle à Pailly. C’est un immense terrain de jeu où les petits aventuriers sont accompagnés, mais pas guidés : Caroline les laisse s’imprégner du lieu à leur rythme, sans obligation mais avec beaucoup d’attention. La seule règle est : « Ici, tu vas où tu veux du moment que tu peux me voir. Si tu me vois, je te vois. »

Laisser nos enfants en liberté nous demande de vaincre nos peurs et d’avoir confiance en eux. Dans la Nature bienveillante, les enfants s’amusent et s’autonomisent. Caroline a accueilli un enfant très introverti qui n’avait jamais été en forêt : après une journée, ses parents ont vu un changement positif. C’est lui qui, depuis, les entraîne à sortir de leur logement.

Cédric Gratia, jardinier dans des écoles maternelles écrivait : « Personnellement, je suis d’avis que partir des enfants est un excellent moyen pour sensibiliser le plus grand nombre de personnes aux bienfaits d’un jardin et de la nature en général. » (Groupe Jardins de soin sur Facebook, 14 juin).

Savez-vous qu’en France il est plus facile d’ouvrir un jardin d’enfants qu’une école maternelle ? Les expériences de Caroline dans des écoles « normales» ont fortifié son envie de créer un jardin d’enfants dans la nature. Elle est inspirée par le travail de Céline Alvarez (« Les lois naturelles de l’enfant » ), par la méthode pédagogique Steiner- Waldorf et par le réseau « école et Nature ». Son travail évoque également celui de Richard Louv, l’auteur de « Last child in the woods : Saving Our Children From Nature-Deficit Disorder » (2005). Caroline a tissé son réseau de créateur d’école et construit petit à petit son projet. Nous lui souhaitons de le réaliser rapidement pour faire grandir en Nature plein de petits aventuriers des bois bien dans leur corps et dans leur tête…

Je vous souhaite un bel été, le cas échéant avec vos enfants et petits-enfants, et en compagnie de Dame Nature évidemment !

 

Je vous souhaite un bel été, le cas échéant avec vos enfants et petits-enfants, et en compagnie de Dame Nature évidemment !

Références :

https://www.facebook.com/jardin.du.monde.ciup/

http://allianceinternationale.org/cite-internationale-universitaire-de-paris/naissance-du-jardin-collectif-de-la-cite/

http://www.into-the-woods.fr/

https://www.celinealvarez.org/17-videos-pour-demarrer

http://reseauecoleetnature.org/system/files/le_syndrome_de_manque_de_nature-130925.pdf

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s