L’enseignement de l’hortithérapie aux New York Botanical Gardens

Suite et fin. Cette semaine, Tamara détaille les quatre volets de la formation. Elle sera de retour dans quelques semaines pour raconter son expérience au Rusk Institute for Rehabilitation. Merci, Tamara, pour ce récit très détaillé d’une des formations américaines les plus poussées (hortustherapy (at) gmail.com).

 

Aperçu de la bibliothèque de l'hortithérapeute

Aperçu de la bibliothèque de l’hortithérapeute

Le Horticultural Therapy Certificate dispensé au New York Botanical Gardens (NYBG), programme qui a maintenant plus de 30 ans, se met explicitement sous le patronage de l’«occupational therapy», l’ergothérapie. La plaquette de communication de la formation le souligne d’emblée. Il n’est pas anodin qu’une des fondatrices de l’enseignement à NYBG, Nancy Chambers, moteur de l’hortithérapie au Rusk Institute for Rehabilitation ait jumelé cette discipline au département d’ergothérapie. Pratiquer aux cotés des psychomotriciens et des kinésithérapeutes plutôt qu’en « recréational therapy »  (la ludothérapie où l’on trouve les loisirs créatifs mais souvent aussi des thérapies complémentaires créatives, comme l’art thérapie) n’est pas sans conséquence. Cliniquement, la différence est vaste. Le garder en tête permet de comprendre le type de cours dispensés, comme les lacunes que l’on peut ressentir ou deviner.

Passons en revue les quatre pôles d’enseignement évoqués dans la première partie de ce billet.  Pour rappel, le certificat à NYBG se veut une formation post licence (Bac +3/4) et se décline en 181 heures de cours théoriques, 8 heures de visites de sites et au minimum 100 heures de stage. Le tout premier module – que l’on peut prendre sans s’engager dans le certificat, Introduction to Horticultural Therapy – sert d’orientation. On y fait le lien entre le «hortus» et la thérapie, en abordant l’histoire des jardins de soin, pour en arriver aux hypothèses de la biophilia de Wilson, et la théorie de l’attention restaurée de Kaplan. Ce cours est obligatoire pour pouvoir se lancer dans les autres modules.

Sciences cliniques

Cette série de cours est axée sur une bonne compréhension des populations que l’on risque de côtoyer. Il y a quatre modules : Handicapés physiques, gériatrie, pédiatrie, approche de la santé mentale. Chaque module se penche sur les pathologies et déficiences les plus habituelles par type de population. Les symptômes, les limites et les difficultés qui en découlent, les dysfonctionnements et leurs expressions les plus probables. Par exemple, dans le cours de Horticultural Therapy for Physical Rehabilitation, on passe en revue les traumatismes crâniens et ceux de la colonne vertébrale, l’AVC, certaines pathologies congénitales, la sclérose en plaques ou les suites des interventions lourdes en cardiologie. Il s’agit de populations ayant à réapprendre à vivre avec des moyens parfois très diminués. L’hortithérapeute doit savoir proposer des interventions selon les besoins des patients (coordination bilatérale, endurance, exercice de la mémoire entre autres), interventions permettant de maintenir ou récupérer des gestes de la vie quotidienne et l’estime de soi.

En Horticultural Therapy for the Aging Population, on propose une approche de la maladie d’Alzheimer bien sûr mais aussi comment proposer des activités horticoles à des personnes souffrant des déficiences physiologiques et sensorielles les plus communes liées à l’âge. Pour les autres modules, Horticulture Therapy in Behavioral Health (santé mentale) ou Exceptional Youth (pédiatrie), une même approche : déconstruire les écueils et découvrir en quoi un traitement par une activité horticole peut apporter des modifications de comportement ou des bénéfices positifs sur le plan physique, cognitif, social et émotif.

Dans chaque module, on s’attèle à la mise en œuvre de plans de traitement suite à l’évaluation des patients. Il s’agit de peaufiner l’opérationnalisation d’un objectif (souvent hérité en amont des services médicaux) afin de les traduire en interventions horticoles porteuses de sens. On apprend donc à énoncer le comportement final, les conditions dans lesquels ce dernier sera exécuté, les critères de réussite. Ces modules cliniques sont aussi une ouverture sur la recherche actuelle dans le domaine des neurosciences, de la psychologie environnementale ou de l’écopsychologie. Certains des enseignants sont des auteurs publiés.

Sciences ergothérapeutiques

Accompagner les patients dans un processus de changement passe selon l’enseignement NYBG par l’appropriation de quelques approches thérapeutiques empruntées à l’ «occupational therapy». En ergothérapie, on œuvre pour l’amélioration et/ou le maintien de la qualité de vie quand une personne est en perte d’autonomie (ce qui implique  une bonne compréhension analytique des actes de la vie quotidienne). Dans le jargon des thérapies par l’action, on parle de « activity analysis ». Observer le patient ou le client, évaluer les besoins, proposer des activités de réhabilitation en rapport avec les difficultés à dépasser ou à contourner en déclinant chaque geste sur le plan moteur, cognitif, psychosocial. Si l’ergothérapeute doit savoir décortiquer les activités, c’est pour mieux imaginer comment le patient pourra s’adapter ou s’armer de stratégies de compensation.

Activity Analysis for Horticultural Therapy donc. Pièce clé du point de vue de l’école de formation en hortithérapie à NYBG. Quand on proposera une activité dans le jardin, il faudra s’appliquer à comprendre les propriétés physiques des éléments à manipuler, quels sens seront stimulés ; quelles demandes sociales ou émotionnelles sollicitées, le tempo d’une activité, le déroulement d’une séquence de gestes, quels outils intellectuels comme le fait de choisir ou de se rappeler, comprendre quelle partie du corps devra exécuter l’action. Le but n’est pas de tomber dans un cours d’anatomie. Au contraire, il faut toujours savoir se mettre à la disposition de l’équipe médicale, car il y a néanmoins une hiérarchie médicale et paramédicale dans les soins.  Mais il s’agit de permettre une prise de conscience et de sensibiliser l’hortitherapeute: les gestes du jardinier, les gestes horticoles doivent être réfléchis dans leur intégralité afin de proposer l’intervention.

Il est vrai que la formation à NYBG tend à préparer à ce cas extrême de pratique, au sein d’une institution médicale de réhabilitation en soins intensifs, où l’équipe médicale fixe des objectifs pertinents, mesurables, concrets aux patients et qui doivent figurer dans un dispositif de documentation très pointu. A ce titre, la communication fluide avec ses pairs demande un savoir-faire tout particulier. Les cours sont donc aussi un lieu d’initiation à la documentation médico-clinique des patients.

En dehors du monde purement médical, l’hortitherapeute peut avoir à encadrer des séances sans faire des analyses hautement structurées de l’activité. Beaucoup de programmes d’hortitherapie ne sont pas non plus bornés par le besoin d’interventions de soins individualisés avec documentation d’objectifs mesurables. Plus qu’en soins intensifs de réhabilitation, où le plan tend à être individuel, on aura recours à des techniques de thérapie de groupe (« group process »). Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’objectifs du tout : prisons, SDF, femmes battues, personnes âgées isolées, jeunesse à risque, écoles en zone éducatives prioritaires, toxicomanes.

L’hortithérapeute doit savoir naviguer cet autre registre avec bonne humeur, intelligence, flexibilité et spontanéité. Cela peut s’apparenter parfois à l’animation, à la pédagogie. Sauf que l’intentionnalité et l’alliance thérapeutiques y seront toujours de mise. L’engagement empathique et une dynamique relationnelle saine dans laquelle le patient ou le client peut se sentir en sécurité offrent l’occasion de l’amélioration de son estime de soi et plus généralement l’espace d’expression du rôle social des participants. Si les «counselling skills » sont utiles, ce n’est pas pour mettre à nu les participants. Il ne s’agit pas d’une psychothérapie de groupe. Au contraire, le processus de groupe permet aux participants d’interagir, de socialiser, de communiquer, de rompre leur isolement, de s’inspirer des autres. Ces techniques d’encadrement du groupe reviennent dans plusieurs modules.

Adaptation d'outils

Adaptation d’outils

Une fois les besoins et les limites de ceux en demande d’hortithérapie évaluées, quelles activités et avec quels outils, quelles plantes ou quels actes au jardin ? Car, au final, il faut pouvoir traduire les objectifs, les opérationnaliser en termes d’interventions horticoles. Horticultural Therapy Methods and Materials propose de se pencher sur les méthodes et les matériaux les plus utilisés par les hortithérapeutes. Le vivant comme l’art créatif, la plante tropicale comme la native. En tant que module à suivre dans un deuxième temps, cet enseignement est une invitation à la réflexion sur les succès et les difficultés liées à certaines activités. Recherche sur les qualités thérapeutiques des matériaux végétaux. Recherche autour des adaptations et aux outils (de jardin) selon les handicaps. Où les trouver pour s’en équiper ou comment en fabriquer si besoin à partir d’éléments disponibles.

Sciences et Arts horticoles et paysagères

Si le monde végétal peut être thérapeutique par sa matière, c’est aussi un lieu de savoir complet qui est toujours en évolution. Ces trois modules sont très théoriques et reposent sur les avancées en sciences de la vie. De ce fait , il y a une certaine transparence dans l’attente de l’apprentissage de beaucoup d’éléments et très vite. L’initiation à la Botanique (Plant Science) permet de mieux comprendre les structures, formes, adaptations, et l’histoire passionnelle de l’homme pour l’univers des plantes. Mais aussi les théories de l’évolution des familles, l’écologie, la systématique.

Dans le module d’Horticulture-Gardening, le jardinage est abordé par ses côtés théoriques, c’est-à-dire la science des sols, les besoins des plantes, les nuisances et parasites dans le jardin ou encore la taille. Enfin, un module avec travaux pratiques sera dédié à la propagation, très utilisée par les hortithérapeutes dans l’élaboration d’activités avec les patients et clients. Multiplier et bouturer diverses plantes, de la fougère aux grimpantes ligneux.

Dans Garden Design for Special Populations, il s’agit d’une initiation à « l’universal design », l’accès au jardin pour tous. Pratiquer le dessin et le design de projets porteurs dans des espaces intérieurs et extérieurs selon les besoins d’une population et les souhaits des établissements accueillant un jardin de soin. Un jardin destiné aux usagers souffrant de la maladie d’Alzheimer ne ressemble pas à au jardin destiné à des enfants dans des zones scolaires difficiles. Et même si cette initiation ne suggère pas de se passer des services d’un architecte paysagiste lorsque l’on en a besoin, on sera bien placé pour pouvoir entamer le dialogue si besoin pour le remaniement structurel d’un espace.

Développement professionnel

C’est l’heure de la confrontation avec le monde réel dans ces modules de fin de cycle. Dans Horticultural Therapy Program Management, on survole les types d’institutions et leurs logiques de gestion interne, point important pour comprendre comment leur présenter un projet, communiquer une vision, aborder une administration parfois encore réticente. Comment démarcher, quelles instances pour des financements, comment communiquer avec les administrateurs de telle ou telle institution sur le bien fondé des services que l’hortitherapeute peut apporter ? Quelle solution personnelle professionnelle : salarié, consultant, auto-entrepreneur, association, création d’entreprise, ou l’élaboration d’un projet collaboratif de jardins de soins avec un paysagiste?

Lors d'une visite de terrain

Lors d’une visite de terrain

En parallèle, on peut se lancer dans les « sites visits », des visites de programmes en hortitherapie qui doivent représenter un investissement de 8 heures. Les visites sont souvent en comité restreint sur une journée afin de voir la théorie prendre forme en situation réelle et en temps réel. On observe et puis on partage lors du débriefing. Certaines visites sont l’occasion d’un cours magistral, comme à Rusk, sur la physiatrie. D’autres visites sont des instants de confrontations avec des pathologies rares ou particulièrement débilitantes. A Térence Cardinal Cook, un « hospice residence », les enfants dont beaucoup souffrent de paralysie cérébrale sont sévèrement handicapés. Il y a également une unité de patients souffrant de chorée de Huntington, une maladie qui provoque une dégénérescence neurologique grave. Les visites peuvent être vécues comme une forme de voyeurisme pudique. Il n’est pas rare de repartir en état de choc. Car on quitte la théorie et le jardin pour découvrir des souffrances graves. Cérébro-lésés, handicapés mentaux et physiques, maladies rares du sang, cancers, greffés du cœur, diabétiques amputés. C’est le moment d’une mise en cause fondamentale mais nécessaire. Il faut du temps, jardiniers, on le savait déjà.

Le stage de 100 heures est entamé après l’accord de la directrice du département. Bien que réduit il y a quelques années à 100 heures pour ne pas effrayer les candidats, il ne s’agit que d’un aperçu car on est encore loin de la résidence clinique supervisée de longue durée (dont on aura l’occasion de reparler peut-être dans un autre billet) comme les 500 heures exigées par l‘AHTA, sans parler des 800 ou 1000 heures des professions de thérapies complémentaires annexes comme l’art thérapie. Mais c’est une opportunité d’asseoir enfin les acquis théoriques dans une pratique immédiate et de commencer à développer de réelles compétences. On teste ses aptitudes à l’observation et à l’intégration des protocoles de sécurité. On démontre que l’on a compris les risques liés aux populations fragiles, non seulement selon leur diagnostic mais dans le contexte où ils se trouvent. Ce n’est qu’en situation clinique que l’on apprendra que chaque personne vit de façon singulière son diagnostic et par extension les écueils. Sous une bonne supervision, on apprend à se faire assez confiance pour improviser des adaptations, car les activités de l’hortithérapie, même préparées à l’avance, ne sont pas des recettes de cuisine. Le stage c’est un début de déconstruction des grilles rigides pour se fier plus aux individualités des patients dans une situation in situ en perpétuelle mouvance.

Voilà un aperçu de la formation d’hortithérapie telle qu’elle se présente actuellement à NYBG. Comme elle ne cesse d’évoluer n’hésitez pas à visiter le site du jardin botanique ou à contacter les administrateurs pour de plus amples renseignements.

Tamara Singh

Une réflexion au sujet de « L’enseignement de l’hortithérapie aux New York Botanical Gardens »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s