Symposium Jardins & Santé : 13-14 novembre 2017 à Paris

Les Américains ont le congrès de l’American Horticultural Therapy Association (il s’est tenu il y a quelques jours dans le Vermont). Les Français ont le symposium de Jardins & Santé. A ma connaissance, c’est la seule rencontre en France qui concentre autant de convaincus du jardin de soin, du jardin à visée thérapeutique, tout simplement de la nature comme médiation thérapeutique. Il n’existe pas d’autre forum où se retrouve cette discipline extrêmement dispersée en termes de géographie, de lieux d’intervention, de typologies de bénéficiaires et d’animateurs,…Une discipline qui peine toujours à jouir d’une pleine reconnaissance malgré un corpus impressionnant d’études sur l’efficacité et un engouement qui continue à monter en puissance depuis des années en France.

Le symposium se tient traditionnellement tous les deux ans. En 2016, il avait fallu en faire son deuil. Jardins & Santé n’avait pas pu organiser de symposium cette année-là, faute de ressources humaines suffisantes. Il faut dire que mettre sur pied un rendez-vous pour 170 participants et 40 intervenants français et étrangers (les chiffres de l’édition 2014) n’est pas une mince affaire. C’est donc avec une certaine impatience que j’attends la version 2017 qui se tiendra à Paris les 13 et 14 novembre. En toute transparence, je précise que j’ai été invitée à intervenir sur le thème de l’évaluation des jardins thérapeutiques.

Voici le programme.

Côté pratique, le coût de l’inscription est de 250 euros (possibilité d’inscription au titre de la formation continue – entreprise et administration), avec un certain nombre de places à 50 euros disponibles pour les étudiants.  Le symposium se tiendra au 6 rue Albert de Lapparent, dans le 7e arrondissement. Inscriptions en ligne.

 

 

Concours d’Avenir 2016 de la Fondation Truffaut : honneur aux jardins incarnés

Les lauréats des Prix Espoir et Excellence 2016

Les lauréats 2016  du Concours d’Avenir de la Fondation Truffaut, catégories Espoir, Excellence et Coups de coeur.

 

 

 

L’année dernière, la Fondation Truffaut avait inauguré une nouvelle formule pour ses prix initialement lancés en 2013. Il s’agissait de faire réfléchir les étudiants en horticulture au jardin thérapeutique (voir les lauréats nationaux du Concours d’Avenir 2015). En 2016, même concept avec une modification bienvenue, la création d’une catégorie Espoir (jusqu’au bac) et Excellence (BTS et licence) pour mieux refléter la maturité et l’expérience des candidats. Le mercredi 4 mai, les lauréats nationaux issus d’une sélection en régions, leurs professeurs et leurs supporters, un aéropage d’amoureux des jardins de soin et le « Grand Jury », dont je faisais partie, se sont réunis à Lisses (91) au siège paradisiaque de Truffaut pour un grand oral.

Rappelons les conditions fixées aux candidats.

« Le concours porte sur la réflexion d’une création d’un jardin à but thérapeutique avec toutes les spécificités qu’il comporte. Le projet peut être imaginé ou rattaché à une association agissant dans ce domaine. Il s’agit d’un projet individuel. La participation d’un groupe n’est pas possible.

Le participant prendra notamment en compte les éléments suivants :

  • Surface du jardin fixé à 200m² maximum ;
  • Liberté du choix du handicap visé (Alzheimer, Autisme, Psychiatrie, Polyhandicap,…) ;
  • Intégration de la stimulation des 5 sens ;
  • Adaptation du jardin aux besoins et contraintes des utilisateurs ;
  • Prise en compte du rythme des saisons ;
  • Choix des végétaux. »

 

Catégorie Espoir 

Laura Pioche1ère place: Laura Pioche

Laura est en dernière année de Bac Professionnel Aménagement Paysager au Lycée Agricole et Horticole de Saint-Germain-en-Laye (78). Son projet « Souvenir d’une vie » n’est pas rattaché à un lieu ou un établissement existant, mais a convaincu par sa cohérence : un jardin d’agrément avec une promenade, un kiosque central, un coin avec des tables de jeux et une pergola de roses conçue comme un cocon, mais aussi un potager. Dessiné avec des personnes âgées en tête, ce jardin propose sièges et bancs, zones d’ombre et lieux de contemplation ainsi que des activités. Un hybride entre les « healing gardens » et les « enabling gardens » décrits par Clare Cooper Marcus et Naomi Sachs.

2ème : Joé Pinto

Joé étudie au lycée Horticole et Paysager Sainte-Jeanne d’Arc des Apprentis d’Auteuil, nouvellement déménagé à Loches (37). Son projet conçu autour de l’eau, de la terre et du ciel s’inscrit dans son établissement qui accueille une classe « Service à la personne en milieu rural » (SMR) . Dans cette classe, les élèves apprennent à aider des adultes et des enfants atteints de handicap. Joé a donc imaginé un jardin accueillant pour des personnes en fauteuil roulant ou en déambulateur. Son texte de présentation, le seul manuscrit, a séduit le jury par sa sincérité et sa réflexion sur le jardin. Le détail d’une fontaine d’eau potable est aussi un plus.

3ème : Milan Marcer

Milan est en Brevet Professionnel en Aménagement Paysagiste au CFPPA de Marseille-Valabre (13). Il s’est penché sur les besoins des usagers de son jardin en se mettant dans la peau d’une personne malade ou hospitalisée qui fait l’expérience de perturbations sur le plan physique, psychologique et social. Aux problèmes de repli sur soi, de communication et de mobilité, il propose un jardin d’ateliers et de contemplation.

 

Catégorie Excellence

Gilles Mollard, le nouveau PDG de Truffaut, Yves-Aubert Alonzeau et Romane Glotain, les deux lauréats 1er ex-aequo du Prix Excellence.

Gilles Mollard, le nouveau PDG de Truffaut, Yves-Aubert Alonzeau et Romane Glotain, les deux lauréats 1er ex-aequo de la catégorie Excellence.

1er ex-aequo : Romane Glotain et Yves-Aubert Alonzeau

Romane est en 2e année de BTSA Production Horticole au Lycée Le Fresne à Angers (49). Elle a imaginé un jardin pour des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer. Une entrée bien matérialisée avec une porte en fer forgé, une allée bordée de groseilliers et de cassissiers, un pommier trônant au milieu de l’allée avec une astucieuse grille pour ramasser les pommes sans se baisser, un bassin, des animaux, un potager,…..Pour l’instant, c’est un projet virtuel. Mais comme l’a expliqué Romane qui envisage de poursuivre en licence professionnelle (Technique d’intervention et d’animation psychosociale auprès des publics vulnérables ou bien Coordination handicap et vieillissement), son projet est de créer un jardin thérapeutique pour y accueillir un public allant des enfants aux personnes âgées et atteints de diverses pathologies. L’endroit est même déjà trouvé sur un terrain appartenant à son père. Une idée unique en son genre en France qui me fait penser au Ability Garden de Wilmington en Caroline du Nord…On en reparlera très certainement.

 

Yves-Aubert est en 2e année de BTS au Lycée des Métiers de l’Horticulture et du Paysage de Montreuil (93). Son projet est également fortement incarné puisqu’il se base sur un terrain à proximité de la résidence pour personnes âgées Les Beaux Monts et d’une aire de jeux pour enfants dans le quartier Bel Air de Montreuil. Yves-Aubert a déjà bien avancé dans la prise de contact et l’élaboration du projet avec ses partenaires. Il s’agit de créer un jardin thérapeutique dont les ateliers répondent pile poil à l’un des axes de l’établissement : accompagner et préserver l’autonomie des personnes âgées. Conçu comme « jardin à vivre, jardin plaisir, jardin de soins ou jardin au service de l’être humain », le projet s’articule autour d’un circulation circulaire, d’une aire de repos, de bancs, d’un abri de jardin, d’un composteur, de potagers en carré dont certains accessibles aux personnes à mobilité réduite,…On a hâte de voir le projet se concrétiser. En parallèle, son professeur Joël Dommanget travaille déjà à adapter le projet d’Yves-Aubert pour le transformer en support de cours pour les futures promotions.

3ème : Hubert Proffit

Hubert est étudiant à l’Institut Charles Quentin à Pierrefonds (60). Il s’est lui aussi rapproché d’une association, La Luciole, « association familiale de soutien aux parents et aux jeunes toxicomanes. » Une maison de campagne, conçue par l’association comme un lieu de vie plutôt qu’un lieu médicalisé, est le terrain choisi pour l’élaboration de son projet. Jardin de soin au milieu d’un plus vaste terrain, le projet d’Hubert verra aussi peut-être le jour. Il me fait penser au programme de l’hortithérapeute Gene Jones dans un programme résidentiel de désintoxication en Caroline du Nord.

4ème : Perrine Di Ciaccio

Perrine est en 2e année d’un BTSA Aménagement Paysager au CFPPA Lycée des Calanques de Marseille (13), le même lycée que fréquente Milan. Elle a fait le choix original d’imaginer un jardin pour des participants souffrant d’obésité dans l’optique de l’éducation thérapeutique du patient. Elle appuie sa réflexion sur des expériences, notamment en Suisse, qui ont montré que « le jardin thérapeutique permet aux patients de gagner en motivation et en confiance en soi ». Elle pense que son jardin pourrait s’intégrer dans un établissement tel que le centre de l’obésité de l’hôpital privé Résidence du Par ou au sein de l’Unité Méditerranéenne de Nutrition à Marseille. Là encore, on ne peut qu’espérer que le projet se concrétise.

Félicitations à tous les lauréats du concours national et à tous les participants dans les concours régionaux qui, en tant qu’amoureux de la nature et futurs professionnels, ont pu découvrir une nouvelle facette du jardin. Bonne chance à eux pour la suite de leurs aventures.

Portrait de Martine Brulé dans Le Lien Horticole

Martine Brulé avec un patient dans le jardin de l’Armillaire (unité de psychiatrie adulte de l’hôpital Pasteur - CHU de Nice)

Martine Brulé avec un patient dans le jardin de l’Armillaire (unité de psychiatrie adulte de l’hôpital Pasteur – CHU de Nice)

C’est un festival Martine Brulé en ce moment. Après son compte-rendu sur la conférence de l’AHTA la semaine dernière, elle est de retour sur Le bonheur est dans le jardin à travers un portrait consacré à cette pionnière de l’hortithérapie en France. Portrait publié dans Le Lien Horticole, l’hebdo des professionnels de l’horticulture ornementale, fin octobre. Pour lire l’article, cliquez sur le lien : Le Lien Horticole 22 octobre 2014.

La semaine prochaine, c’est le branle-bas de combat : la communauté française des jardins de soin, des jardins à but thérapeutique et de l’hortithérapie (choisissez votre expression) se réunit au symposium Jardins & Santé. Ca se passe les 17 et 18 novembre à Paris. En guise de billet, j’espère faire lundi prochain un compte-rendu à chaud de la première journée (voir le programme). J’ai hâte de retrouver Martine Brulé, Dominique Marboeuf, Anne et Jean-Paul Ribes, Paule Lebay, Stéphane Lanel, Denis Richard, Sébastien Guéret et bien d’autres. Mais aussi de rencontrer des personnes avec qui je n’ai échangé que par téléphone comme Carole Nahon et France Pringuey. Et bien d’autres que je ne connais pas encore. La perspective de se retrouver entre gens animés par la même passion est extrêmement vivifiante.

Sébastien Guéret de Formavert : la nature à l’état brut

Sébastien Guéret (en orange) pendant une formation.

Sébastien Guéret (en orange) pendant une formation.

La semaine de Sébastien Guéret a commencé par un coup de colère. « Je viens de voir un appel d’offre pour la réalisation d’un jardin thérapeutique dans un EHPAD en Bretagne. Le projet comprend du gazon synthétique et un parcours du combattant ! », s’énerve le jardinier et formateur. « Je vois beaucoup de jardins dits thérapeutiques qui vont à l’encontre de ce qui est bon au jardin. Beaucoup de projets léchés où il ne reste rien à faire pour le résident. On continue à avoir une vision de la nature à domestiquer, à maitriser. » Il n’a fait ni une, ni deux. Pour partager le fond de sa pensée, il a immédiatement écrit au directeur de l’établissement.

Technicien supérieur du paysage, Sébastien a travaillé dans des entreprises de paysagisme avant de se frotter à la formation à la Fondation d’Auteuil où il a enseigné l’horticulture à des jeunes en difficulté pendant une dizaine d’années. « Pendant des années, j’ai taillé des haies comme un maçon monte un mur en parpaings, sans prendre en compte le végétal. A la Fondation d’Auteuil, j’ai continué à utiliser le support de manière inconsciente sans soupçonner son potentiel. » Tout bascule pour lui alors qu’il prépare une licence en ressources humaines. Mais surtout peut-être quand sa grand-mère entre en maison de retraite.

« Jusqu’à l’âge de 10-12 ans, j’ai vécu en immeuble à Paris. Le jardin, c’était le jardin de ma grand-mère en Normandie. Quand elle est entrée en maison, elle a été privée de jardin et je me suis dit qu’il fallait que j’aille jardiner en maison de retraite. » Ses explorations l’amènent à découvrir Anne Ribes, Suzanne Ménézo, Jocelyne Escudero, les cours de Jean-Luc Sudres à l’université de Toulouse. C’était en 2006. Il articule sa pensée sur les bénéfices de l’hortithérapie au moment où il crée sa société de formation en horticulture, Formavert. « Je voulais mener de front deux activités : la formation professionnelle pour les paysagistes, les collectivités locales ou les vendeurs en jardinerie d’un côté et de l’autre des activités d’hortithérapie. Je n’ai pas peur de ce mot-là. »

Assez vite, il lance un atelier de jardinage dans un établissement qui reçoit des autistes et entre en pourparlers pour d’autres projets (une maison de retraite, un foyer pour jeunes filles en difficulté). Mais quelques mois après le lancement de Formavert, un accident de moto l’arrête dans son élan. Quand il est en mesure de repartir, son activité s’oriente vers la formation professionnelle, y compris des formations pour des adultes handicapés travaillant en ESAT (Etablissement et service d’aide par le travail). « L’enseignement porte sur des techniques classiques de réalisation et d’entretien des parcs et jardins, mais il est adapté au public. » Quant aux ateliers d’hortithérapie, ils passent au second plan car, si les établissements se montrent très intéressés, ils ont du mal à débloquer des fonds.

Lors d'une formation menée avec le Réseau des Jardins Solidaires Méditerranéens

Lors d’une formation menée avec le Réseau des Jardins Solidaires Méditerranéens

Mais jardiner pour améliorer le bien-être est une idée qu’il n’abandonne pas. Il rejoint le Réseau des Jardins Solidaires Méditerranéens et propose ses services en tant que bénévole et formateur. « On a développé plusieurs formations professionnelles. L’une s’appelle « Créer et Animer un Jardin en partage », l’autre « Découverte de l’Horticulture Thérapeutique » qui vient de tenir sa troisième session », explique Sébastien. Les participants, venus de toute la France, ont des parcours et des objectifs variés. « A la première session, ils avaient entendu parler de l’idée et avaient des projets. Pour cette session, la moitié des 15 participants animent déjà un jardin dans un hôpital, dans une structure médico-sociale ou dans l’éducation. »

Une éducatrice spécialisée propose des ateliers nature à des handicapés mentaux. Un aide médico-psychologique (AMP) a déjà créé un jardin dans son établissement et un autre dans sa commune pour fédérer plusieurs établissements. « Ils viennent confronter et conforter leurs idées. Ce qui est compliqué est de contenter tout le monde malgré les horizons différents. On est à cheval sur le milieu horticole et le milieu de la santé. » En plus de ces formations à travers le Réseau des Jardins Solidaires Méditerranéens, Sébastien anime toujours quelques formations intra-entreprises, parfois aux côtés d’Anne Ribes.

Sébastien est adepte des siestes dans les arbres (ici dans un érable japonais)

Sébastien est adepte des siestes dans les arbres (ici dans un érable japonais)

En tout cas, ses idées sur les bienfaits de l’hortithérapie – et les fausses routes à éviter – sont claires. « C’est jardiner, ou co-jardiner, qui fait tout l’intérêt. Si on crée un jardin pour sortir les résidents et qu’il n’y a rien à faire, où est l’intérêt ? C’est déjà bien de sortir, mais pas suffisant. Nous sommes coupés de la nature, notre environnement est une pièce carrée avec des sols lisses et javellisés. L’environnement de l’homme était la forêt il n’y a pas si longtemps. Mais c’est loin dans notre tête et dans notre cœur. Mon rôle d’animateur est d’aider les gens à retrouver le lien intime au jardin. »

Dans le jardin thérapeutique, les critères d’esthétisme ne doivent pas être déterminants.  C’est l’aspect pratique – la circulation, l’accessibilité, un coin de repos, un coin pour l’accueil – qui doit primer. « Il faut quelque chose de plus proche de la permaculture, une diversité aussi riche que possible », milite encore Sébastien. « Le jardinier au sens noble du terme est à l’écoute de son jardin. Il peut être un amateur, mais il est plus éclairé que je ne l’ai été pendant des années. Au jardin, on est tous des malades, on a tous des manques. »