Une formation à Paris en juin + les bains de forêt à la mode

ANFE.FORM.JUIN.15.STAG

Formation à l’ANFE (Martine Brulé, 3e en partant de la gauche)

 

Martine Brulé dont on suit les travaux depuis très longtemps (il suffit de taper son nom dans l’outil de recherche du blog en haut à droite), Martine donc animera une formation au siège de l’Association Nationale Française des Ergothérapeutes à Paris les 18, 19 et 20 juin 2018 comme elle le fait régulièrement depuis plusieurs années. En écho au dernier billet sur la formation (article sur les formations aux jardins de soin) et à la remarque de quelqu’un qui disait récemment qu’il n’y avait pas de formation à l’hortithérapie en France, voici un démenti. Certes, on ne peut pas encore être diplômé en hortithérapie dans ce pays, mais on peut s’y former.

Pour revenir à la formation proposée par Martine, le thème est « Elaboration d’un projet de jardin de soutien thérapeutique et sensibilisation à l’hortithérapie – Bases théoriques et pratiques pour un aménagement adapté ». Pas besoin d’être ergothérapeute pour s’inscrire au cas où vous poseriez la question. Pour s’inscrire, direction le site de l’ANFE ou par email à sfc.secretariat@anfe.fr.

 

Et pendant ce temps dans la forêt…

Capture d_écran 2018-04-12 à 15.35.00

Alex Gesse, un guide formé par l’Association of Nature and Forest Therapy, avec un groupe en forêt.

 

Des enfants moins stressés en Californie. Dans la région de San Francisco, des pédiatres qui prescrivent des promenades dans des parcs naturels et des enfants qui sont moins stressés. C’est une étude du Center for Nature and Health de l’Université de Californie San Francisco (UCSF) qui le dit. On traverse le Pacifique pour découvrir le Shinrin Yoku…

Des bains de forêts importés du Japon. Ce qui nous amène directement à la publication de « Shinrin Yoku, L’art et la science du bain de forêt » par le professeur japonais Qing Li chez First il y a quelques semaines. Ce médecin immunologiste de l’Université de Médecine de Tokyo a fondé la société japonaise de sylvothérapie et dirige des recherches sur le sujet depuis plus de 10 ans. Parmi les effets qu’il constate : la réduction de la pression artérielle, la réduction du stress (encore lui), l’amélioration de la santé cardiovasculaire et métabolique, la baisse du taux de glycémie, l’amélioration de la concentration et de la mémoire, l’augmentation des seuils de douleur, l’augmentation de l’énergie et le renforcement du système immunitaire. Avec des techniques très simples qui s’appuient sur les sens. Regarder la verdure et les sols, écouter les oiseaux et le vent, sentir les essences, toucher le tronc d’un arbre ou marcher pieds nus et goûter un thé d’écorce ou simplement l’air frais. Même si, au Japon, on a élaboré le bain de forêt avec des sentiers thérapeutiques particulièrement propices, les bienfaits de la forêt sont à la portée de tous.

La sortie de ce livre permet de signaler deux autres livres en français sur le même sujet. « Sylvothérapie : le pouvoir bienfaisant des arbres – Retrouver son énergie et se ressourcer » de Jean-Marie Defossez chez Jouvence sorti en janvier de cette année. Ainsi que « Un bain de forêt : le Shinrin Yoku à la française – Découvrir le pouvoir de la sylvothérapie », d’Eric Brisbare chez Marabout tout juste paru. Décidemment, les éditeurs ont flairé un filon…

Une association dédiée à la thérapie par la nature et la forêt. Où on découvre qu’il existe une Association of Nature and Forest Therapy Guides and Programs (ANFT) qui forme des guides et cherche à intégrer les thérapies par la nature et la forêt dans l’enseignement et la santé. Son représentant en Europe est Alex Gesse qui est basé en Espagne. Apparemment l’ANFT a formé une « cohorte » de guides en France en 2017, mais on ne trouve qu’un guide formé en France sur la carte de l’association. Un nombre amené à progresser sans aucun doute.

De la forêt au lit d’hôpital. Sur le site de l’ANFT encore, on trouve un témoignage intéressant qui fait le lien entre la recherche de Roger Ulrich en 1984 et une expérience vécue par l’auteure. Une photo de nature dans une chambre d’hôpital peut contribuer à donner de l’énergie et à réduire le stress (et oui , encore lui). Ce que cette étude hollandaise a montré en 2012.

Bouclons la boucle avec Roger Ulrich. Le fameux auteur de l’étude la plus souvent citée (View through a window may influence recovery from surgery, 1984) a publié une nouvelle étude en 2017 sur l’impact d’un jardin dans une maternité.

Le score est sans appel : Nature 3 – Stress 0.

 

 

 

 

Le Jardin des Vents : un jardin pour plusieurs établissements

Le terrain nu avant les travaux de cette semaine

Le terrain nu avant les travaux de cette semaine

Voici plus de 10 ans que l’idée trotte dans la tête de John Riddel. Cette semaine, le réseau d’irrigation sera installé. La semaine prochaine, les jeunes résidents du foyer « Les Hirondelles » planteront…le Jardin des Vents sort enfin de terre. « On avait essayé il y a une dizaine d’années d’aménager ce terrain en friche derrière l’hôpital, sans même parler de jardin thérapeutique. C’était une époque où les hôpitaux de campagne étaient menacés de disparition. A l’époque, le directeur nous avait dit non. » Mais en 2010, John Riddel revient à l’attaque auprès du nouveau directeur avec le soutien du Lions Club doyen de Castelnaudary et la réponse change. Il faudra encore plusieurs années pour concevoir le jardin et récolter les fonds, soit la somme de 200 000 euros dont une partie a déjà permis de réaliser les chemins en sable compacté. Les fonds sont principalement venus d’EDF, d’AG2R, du Lions Club doyen de Castelnaudary, de la Caisse d’Epargne et de Jardins et Santé. Nous reviendrons dans un autre billet sur le financement de ce projet et d’autres initiatives car c’est un sujet à part entière.

Un patchwork de jardiniers

L’emplacement du terrain de 6 000 m2 est une aubaine puisqu’il est situé entre le Centre Hospitalier Jean-Pierre Cassabel, le foyer « Les Hirondelles » géré par l’AFDAIM (Association Familiale Départementale pour l’Aide aux Personnes Handicapées Mentales) et le foyer « Bel Oustal » de l’association départementale d’aide aux femmes et familles (l’ADAPE) sans parler de l’EHPAD « Le Castelou ». L’AFDAIM est devenu un partenaire important dans le projet : ce foyer héberge une soixantaine de jeunes travaillant en ESAT, dont certains dans des activités de jardinage. Ces résidents, qui ont d’ores et déjà investi les deux terrains de pétanque pour des parties effrénées, vont donc participer à la plantation la semaine prochaine avec l’aide de Bethsabée de Gunzbourg de Jardins & Santé, d’élèves du lycée agricole de Castelnaudary, d’une étudiante en architecture paysagiste de la Cités des Sciences Vertes de Toulouse et de bénévoles locaux.

Avant d’en arriver là, il y a eu tout un travail de conception. « Martine Brulé est venue faire deux jours de formation et a dessiné les jardins en grande partie. Mélanie Guesdon, une jeune paysagiste, aujourd’hui diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et du Paysage de Bordeaux, a passé trois mois sur le projet », explique John, le président de l’association du Jardin des Vents.

Le tour du propriétaire

Le plan du jardin

Le plan du jardin

Le jardin se compose de plusieurs parties : un jardin thérapeutique pour des personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer, un potager pour le foyer « Les Hirondelles », un parcours de santé créé avec le kiné de l’hôpital et adapté à la rééducation des patients en moyen et long séjour (le mobilier en bois massif et les agrès ont été achetés à l’ONF), le Jardin des Oiseaux conçu avec la LPO pour attirer les oiseaux qui se font de plus en plus rares et que les résidents des foyers seront chargés de compter et enfin la Place du Noyer qui sera un point central du jardin et accueillera sans doute de nombreux personnels des établissements. Sans compter les deux terrains de pétanque et la place pour un troisième.

« J’ai beaucoup appris en allant voir le jardin de Nancy du professeur Jonveaux et d’autres. Entre autres, j’ai appris que le personnel appréciait beaucoup le jardin, pour prendre son déjeuner par exemple. J’ai aussi appris que les chemins devaient être adaptés aux fauteuils avec moins de 6% de pente et 2 mètres de large pour se croiser. Une maison de retraite de Valence qui a fait un jardin avec des chemins trop étroits m’a dit que c’était une piste de Formule 1 où tout le monde doit aller dans le même sens…. », raconte John. D’où l’intérêt de se renseigner, de visiter d’autres jardins, de parler avec leurs concepteurs et leurs utilisateurs….Un emplacement a été ménagé pour une serre. Les fondations sont là, pas le financement. Là encore, des contacts lui donnent des idées. « Il y a un hôpital psychiatrique où un jeune Hollandais s’occupe de la serre. Des patients y sont envoyés par les médecins. Il dit qu’on peut comprendre l’état du patient en voyant l’état de sa plante. »

Un jardin pour quoi faire ?

« Au début, nous avions le soutien de l’hôpital, mais sans aucun apport financier. Les médecins n’étaient pas intéressés. Mais le docteur Philippe Sol, gérontologue et responsable de l’unité de soins de longue durée, est devenu un passionné du projet. Nous avons une réunion prochainement pour proposer des journées de formation avec Martine Brûlé aux personnels de l’hôpital qui seront choisis comme responsables. Nous allons passer le relais. »

Il précise que le jardin sera ouvert à tous. « Quand on me demande comment on va gérer tout ce monde, je réponds que s’il y a des gens partout dans le jardin, c’est qu’on aura réussi », espère John Riddel. Une école primaire proche a déjà contacté l’association et aimerait amener les élèves pour jardiner avec les autres jardiniers, jeunes et moins jeunes. « Le docteur Sol nous a dit qu’il aimerait entendre des cris d’enfants sous les chambres de ses patients. » Un rêve qui va peut-être devenir réalité.

Mais comment a évolué le projet pour prendre une dimension thérapeutique ? « Au début, je voulais juste faire un jardin pour que cet espace ne devienne pas un parking. Puis on s’est rendu compte que le jardin pouvait servir un établissement de santé. J’ai lu le livre de Clare Cooper Marcus qui a déclenché l’envie. » Ces années de travail vont enfin aboutir et les premiers jardiniers occuper le terrain, en attendant une inauguration officielle prévue pour le printemps.

Pour découvrir le projet en détails, le voici en trois parties : Partie 1Partie 2 et Partie 3.

 

 

Portrait de Martine Brulé dans Le Lien Horticole

Martine Brulé avec un patient dans le jardin de l’Armillaire (unité de psychiatrie adulte de l’hôpital Pasteur - CHU de Nice)

Martine Brulé avec un patient dans le jardin de l’Armillaire (unité de psychiatrie adulte de l’hôpital Pasteur – CHU de Nice)

C’est un festival Martine Brulé en ce moment. Après son compte-rendu sur la conférence de l’AHTA la semaine dernière, elle est de retour sur Le bonheur est dans le jardin à travers un portrait consacré à cette pionnière de l’hortithérapie en France. Portrait publié dans Le Lien Horticole, l’hebdo des professionnels de l’horticulture ornementale, fin octobre. Pour lire l’article, cliquez sur le lien : Le Lien Horticole 22 octobre 2014.

La semaine prochaine, c’est le branle-bas de combat : la communauté française des jardins de soin, des jardins à but thérapeutique et de l’hortithérapie (choisissez votre expression) se réunit au symposium Jardins & Santé. Ca se passe les 17 et 18 novembre à Paris. En guise de billet, j’espère faire lundi prochain un compte-rendu à chaud de la première journée (voir le programme). J’ai hâte de retrouver Martine Brulé, Dominique Marboeuf, Anne et Jean-Paul Ribes, Paule Lebay, Stéphane Lanel, Denis Richard, Sébastien Guéret et bien d’autres. Mais aussi de rencontrer des personnes avec qui je n’ai échangé que par téléphone comme Carole Nahon et France Pringuey. Et bien d’autres que je ne connais pas encore. La perspective de se retrouver entre gens animés par la même passion est extrêmement vivifiante.

Conférence AHTA 2014 : Martine Brulé raconte

On ne présente plus Martine Brulé. Au sein de Viv’Harmonie, elle pratique l’hortithérapie depuis plus de 10 ans. Membre de longue date de l’AHTA (American Horticultural Therpay Association), elle s’est rendue à la conférence annuelle et nous fait le plaisir de partager son expérience. Pour une courte description de chaque présentation, je vous renvoie également sur le site de l’AHTA. Merci beaucoup à MartineAHTA. Et maintenant je lui laisse la parole…

« La conférence annuelle d’AHTA, l’Association Américaine d’Hortithérapie, a eu lieu les 11 et 12 octobre 2014 à Philadelphie ainsi qu’une journée pré-conférence qui a permis aux participants de visiter des établissements de santé offrant un programme d’hortithérapie :

  • Un centre de réhabilitation
  • Un centre pour personnes handicapées mentales
  • Un centre pour personnes handicapées moteurs
  • Le centre d’horticulture à Fairmount Park qui accueille des personnes en réinsertion

Des visites particulièrement intéressantes qui nous ont permis d’avoir un aperçu sur le contenu des différents programmes proposés et des espaces adaptés mis à disposition des patients.

Une conférence sur le thème de la pratique et de la recherche

GROWING OUR FUTURE – Practice and Research

Une conférence de grande qualité de par les intervenants et le contenu de leurs sessions. Un grand nombre de participants : 175 participants venant de nombreux états des US et également de l’international : Suède, Danemark, Japon, Taïwan, Bermudes et France.

La qualité et aussi le caractère d’ouverture et de simplicité aussi bien de la part des organisateurs, des intervenants que des participants ont facilité les échanges amicaux et fraternels qui donnent à ces rencontres une dimension d’exception.

MaryAnne McMillan, HTR, Présidente d’AHTA a d’abord introduit le Dr Stephen R. Kellert, connu pour ses nombreux ouvrages et recherches sur les thèmes de l’homme et la nature : « Le rôle de la nature dans la santé, productivité et bien-être » Les principes de la Biophilie.

Des intervenants d’horizons divers : hortithérapeutes, docteurs en médecine, professeurs d’université, paysagistes, designers ont présenté, dans les diverses sessions qui se sont déroulées sur ces deux journées, leurs travaux, recherches et expériences.

Des présentations qui reflètent le développement, l’intérêt et la reconnaissance croissante des bienfaits de l’hortithérapie qui va bien au-delà, de « thérapie par l’horticulture », mais principalement de l’influence de la nature sur l’homme et de l’homme sur la nature. Deux entités qui ne font qu’UN.

Des actions développées auprès de groupes de personnes  atteintes de différentes pathologies, maladies et troubles divers dans les domaines de la psychiatrie, gériatrie. Un programme avec des enfants et adolescents en difficulté (une expérience internationale menée à Hawaï), des programmes également auprès de prisonniers dans des centres pénitenciers.

Les intervenants ont présenté leurs actions, toutes basées sur des programmes spécifiques liées aux techniques de l’hortithérapie. Des programmes à long terme, pour la plupart encadrés par des professionnels, hortithérapeutes et docteurs en médecine.

Le Dr Kenshi Nishino nous a parlé de sa pratique de l’hortithérapie auprès de ses patients âgés et des recherches qu’il développe dans ce domaine, dans son hôpital au Japon où il travaille avec son équipe de jeunes médecins.

La richesse des thèmes abordés, le professionnalisme et la dimension de recherche apportée par la majorité des intervenants ont fait l’évènement et la particularité de cette conférence.

« AHTA is GROWING ». AHTA grandit grâce à l’efficacité de ses dirigeants, à la diversité des actions mises en œuvre de la part des membres du bureau, à la croissance du nombre de membres participant qui viennent apporter leur soutien et leurs expériences professionnelles.

J’ai eu grand plaisir à retrouver Teresia HAZEN qui avait répondu à mon invitation pour visiter l’hôpital Bretonneau et rencontrer les responsables du pôle gériatrie en 2010.

Martine, Teresia Hazen et Douglas Airhart

Martine, Teresia Hazen et Douglas Airhart

Teresia Hazen a un rôle majeur dans le développement d’AHTA. Hortithérapeute et coordinatrice à Legacy Health Hospital à Portland – Oregon depuis quinze ans. Elle supervise de nombreux programmes. Teresia a reçu de nombreuses récompenses et reconnaissance pour son travail remarquable dans le domaine de l’hortithérapie. Elle est un défenseur infatigable de l’incorporation des plantes, des jardins et de la nature dans les établissements de santé. Elle dispense, tout au long de l’année des cours et séminaires aux États-Unis et sur invitation au Japon. (Elle a également contribué à l’ouvrage Therapeutic Landscapes de Clare Cooper Marcus et Noami Sachs, NDRL)

Martine Brulé et Patty Cassidy

Martine Brulé et Patty Cassidy

Une belle ascension pour Patty Cassidy, Hortithérapeute , membre du bureau d’AHTA et présidente du Friends of Portland Memory Garden. Patty est l’auteur de « Gardening for Seniors », maintenant traduit en français. Dans le cadre de la conférence, elle a animé la session « communities of care » où elle a invité les participants à réfléchir sur les moyens de collaborer efficacement et d’échanger les informations sur les actions professionnelles de chacun. Gerrie H. Schmidt, membre du bureau a pris en charge le dispositif et a ouvert l’invitation également aux participants étrangers dont je fais partie.

Un projet de collaboration avec la France est en route, nous en reparlerons… »

Au CHU de Nice, un jardin thérapeutique ancré dans la double compétence

France Pringuey nettoie un bosquet de papyrus.

France Pringuey nettoie un bosquet de papyrus.

« Dr France Pringuey, Conceptrice, Consultante en jardins de soins auprès des professionnels et des particuliers ». C’est la signature de cette femme qui personnifie l’alliance de compétences dans le monde du soin et dans celui des plantes. Médecin généraliste pendant 25 ans, elle a eu envie d’une reconversion qui mêlerait tout ce qui l’avait motivée à devenir médecin (la rencontre et le potentiel thérapeutique, bien loin de la technicité de la médecine qu’elle trouve pesante) et une passion ancienne pour le jardin (« Quand j’étais étudiante, je n’avais pas de jardin, mais je lisais des revues de jardinage dans ma chambre de 10 m2 »). « Le jardin contribue à une atmosphère qui est bénéfique à la rencontre et une autre relation avec les patients », résume-t-elle. « La rencontre au jardin est suffisante en elle-même. C’est le retour à un monde commun qui permet la rencontre de deux êtres au niveau humain. Les bénéfices physiques, psychiques et sociaux sont l’expression d’un phénomène plus profond. Et la science nous le raconte. Dans les minutes qui suivent l’arrivée dans le jardin, le stress baisse. » Après avoir assisté au symposium de l’association Jardin & Santé en 2010, elle voit mieux le lien entre son passé et son futur potentiel. « J’ai mesuré l’étendu du problème entre le monde du paysagisme et celui de la santé qui ont une difficulté à se rencontrer par défaut de connaissances et de compétences. On manque aussi souvent de temps pour comprendre le monde de l’autre. Je défends que faire le lien entre ces deux mondes demande une double compétence. » Tentée par une formation à l’Ecole du Paysage de Versailles malheureusement difficilement compatible avec la vie de famille, elle choisit une formation de paysagiste dispensée à distance par Natura-Dis qu’elle vient de terminer. En parallèle, elle multiplie les expériences (le domaine du Rayol avec Gilles Clément et les jardins des Méditerranées, une formation à Chaumont-sur-Loire animée par Martine Brulé et Michel Racine, la rencontre de Claude Jeangirard, fondateur de la clinique psychiatrique en milieu ouvert de La Chesnaie,…).

L’histoire du jardin de l’Armillaire 

En germe depuis 2010, le projet qui deviendra le Jardin de l’Armillaire au sein d’une unité psychiatrique du CHU Pasteur de Nice commence à prendre forme et elle le présente à l’hôpital à l’été 2012. « Malgré la méfiance face à un médecin extérieur et au carcan administratif, le projet a séduit tout le monde et on m’a demandé des devis pour octobre. Je reste émerveillée que, malgré les difficultés, quelques personnes très motivées aient pu se rencontrer autour de ce projet », résume-t-elle aujourd’hui. Parmi ces rencontres, celle de Stéphane Piernet d’Unik TV qui lance une série documentaire pour suivre le jardin au fil de trois saisons. Le premier épisode est en ligne et c’est une expérience incroyable de voir le projet sortir de terre et les premiers patients planter des jacinthes. Le prochain épisode est annoncé pour bientôt.

Outre ses alliés dans l’hôpital, le docteur Pringuey travaille avec un paysagiste qu’elle connait pour réaliser le jardin. Aujourd’hui installée en autoentrepreneur comme consultante en jardins thérapeutiques, elle aimerait travailler avec les paysagistes pour faire ce lien qui fait tellement défaut. « Pour les gros paysagistes, on est vu comme concurrentiels. Ils pensent avoir les compétences pour comprendre le « client santé ». Du côté du monde de la santé, on s’intéresse au jardin, mais on n’a pas d’ouverture au monde du jardin. On se contente de faire des tomates et des salades », constate-t-elle. Conceptrice du jardin, France Pringuey s’est maintenant retirée et a passé le flambeau à Martine Brulé qui anime des ateliers hebdomadaires d’hortithérapie. « On fait des formations du personnel. J’ai expliqué au CHU que c’était bien de faire des jardins. Mais il faut quelqu’un pour accueillir. Il n’existe pas de jardinier thérapeute, ça reste une animation », continue-t-elle.

Quant à la sempiternelle question de l’évaluation, elle espère que le service sera assez motivé pour travailler sur des évaluations, dans un cadre publiable, au moyen d’échelles des émotions et de qualité de vie. Côté financement, la création du jardin et les ateliers ont été soutenus par la Fondation S. Niarchos, l’association « Jardin et Santé », la CPAM des Alpes-Maritimes et le fonds de dotation AVENI du CHU. Cette brochure, Le Jardin de l’Armillaire, donne beaucoup d’informations sur le projet et la démarche. Apprenez de plus le sens du nom donné au jardin lié au lieu historique qui l’héberge : « L’esprit du lieu est renforcé par la présence d’une sphère armillaire. Symbole de la connaissance et de la sagesse jusqu’à la renaissance, son histoire évoque celle de l’abbaye Saint Pons, haut lieu culturel et historique qui connaît son apogée au XVe siècle. La modélisation de la sphère céleste est aussi un outil pédagogique pour expliquer, en fonction des saisons les mouvements du Soleil et de la Lune dans le ciel.»

Phyto-résonance : une relation intime aux plantes

Mystère-spatialité existentielle

Mystère-spatialité existentielle

France Pringuey s’intéresse en parallèle à la phyto-résonance, la réaction des humains aux plantes. « Quand je regarde cet espace très structuré du jardin (voir photo), je suis immédiatement saisie par l’atmosphère de mystère qui s’en dégage, par l’harmonie et la beauté de l’œuvre…Cette prise de connaissance intuitive de l’essence est fondatrice de l’être. Son domaine s’étend bien au-delà du monde de la perception sensorielle et de ses expressions qu’elles soient biologiques ou psychologiques. Il raconte le lien originaire de l’être au monde. Quant à l’équilibre des perspectives et l’analyse de l’espace géométrique objectif, mon être résonne avec la forme dynamique de la scène même si je fais abstraction de son contenu. Je suis pénétrée par l’équilibre et l’harmonie. C’est en cela que la co-relation au végétal peut être bénéfique et qu’elle ne peut être réduite à « la stimulation des cinq sens » et de la mémoire. C’est une relation de vitalité et de créativité essentielle pour l’homme. »

La nécessaire formation

« On ne peut pas être qualifié d’hortithérapeute sans compétence dans le monde de la santé (psychologue, ergothérapeute, infirmier,…). Il faut réellement aboutir à une formation en hortithérapie. En Allemagne, il y a les garden thérapeutes qui ont une double compétence, mais tout est en allemand…Il faudrait un diplôme universitaire (DU) qui fédére des enseignants compétents dans le soin et le jardin », avance France Pringuey qui dit réfléchir à la question avec son mari, professeur de psychiatrie.

Mise à jour (décembre 2014). Le CHU de Nice vient d’obtenir la labellisation 2014 « Droit des Usagers »de l’ARS au niveau national pour le projet Jardins de soins en Psychiatrie. Un dossier monté en septembre par France Pringuey qui espère que cette reconnaissance donnera envie à la direction de péréniser le projet…

Verdurable : jardinières et outils de jardinage adaptés

Les concepteurs et les utilisateurs à l'EHPAD Médicis.

Les concepteurs et les utilisateurs à l’EHPAD Médicis.

Verdurable est une jeune société qui commercialise une gamme de solutions pour jardiner à tout âge : une jardinière accessible en fauteuil et des outils de jardinage adaptés plus faciles à prendre en main. C’est pendant un stage dans le cadre de ses études à l’ENSAD (Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs) que Qi Wu se rend compte du besoin des personnes âgées qui veulent continuer à jardiner malgré une mobilité réduite et des difficultés physiques (fatigue, perte d’équilibre, mal au dos, aux poignets, aux genoux ,…). « C’était un grand regret pour ma grand-mère de ne plus pouvoir jardiner », ajoute Qi Wu sur une note personnelle. «Jardiner est une activité inter-générationnelle. Pour les 8-9 ans qui ne connaissent pas le jardinage, les personnes âgées ont quelque chose à partager. Cela favorise la convivialité entre les résidents et les enfants, mais aussi entre les résidents et le personnel », constate-t-il également.

Il décide de dédier son projet de diplôme en design objet à une jardinière accessible aux personnes à mobilité réduite. En 2011, il s’associe à Luchun Chen, docteur en sociologie (Paris Descartes), pour créer la société Verdurable qui a depuis reçu plusieurs récompenses et soutiens pour continuer son travail dans le domaine porteur de la « Silver Economie » (Bourse de Recherche et d’Innovation Charles Foix, soutien du Centre Francilien de l’Innovation, lauréat des Trophées de Grand Age en 2012, soutien de l’hôpital Bretonneau à Paris pour le développement ergonomique,…). Le designer travaille aussi avec Martine Brulé qu’il a rencontrée à Bretonneau et avec qui il contibue à collaborer, notamment dans le cadre des formations qu’elle donne à travers Association Nationale Française des Ergothérapeutes.

Jardiner assis ou debout

Un atelier en intérieur

Un atelier en intérieur

La jardinière permet de jardiner assis, sur une chaise ou un fauteuil roulant, ou bien debout. Montée sur roulette, elle peut se déplacer entre l’intérieur et l’extérieur (le matériau, du PEHD rotomoulé, résiste aux UV et au feu). La gamme Classique est équipée d’un système élévateur pour régler le plan de travail entre 70 et 95 cm (700 euros TTC). La gamme Essentielle propose uniquement 5 hauteurs interchangeables (340 euros TTC). Modulable, la jardinière peut s’utiliser seule, par 2 ou par 4. Les deux profondeurs du bac permettent différentes cultures et une vidange est également prévue. La jardinière comporte aussi des casiers à portée de main pour ranger les outils de jardinage. Garden Age a livré le premier exemplaire en Franche-Comté en juillet 2013 et une vingtaine d’établissements, le plus loin en Guadeloupe, sont aujourd’hui équipés. « Pendant la conception, nous avons beaucoup travaillé sur l’horticulture et sur l’ergonomie. Des résidents ont testé la jardinière », explique Qi Wu. Outre l’utilisation en établissement, il imagine que des particuliers pourraient aussi s’équiper. Des recherches sont en cours pour trouver un matériau plus respectueux de l’environnement (résine de maïs, fibre de bambou,…).

« C’est un complément au jardin, ce n’est pas comme le jardin », résume Martine Brulé. « Mais pour des gens qui ont du mal à se baisser, c’est la possibilité de faire un petit potager avec des radis, des tomates, des salades, des plantes aromatiques. On peut aussi l’envisager comme un atelier, un préambule au jardin. L’important est que le patient soit actif et créatif. »

Un kit de jardinage ergonomique

Verdurable étend sa gamme avec un kit qui comprend un transplantoir, une griffe, un sécateur et un arrosoir. « Avec les ergothérapeutes, l’arrosoir a évolué. Il n’a pas un long bec car l’amplitude est trop difficile. Il est léger et on peut le tenir directement au corps », décrit le designer. Le kit devrait être disponible en juin (72 euros).

arrosoir-visuel2

transplantoir Verdurablegriffe Verdurable

 

secateur Verdurable

Formations : état des lieux, partie 1/3

Une formation à l’hôpital Montperrin à Aix animée par Martine Brulé (à droite)

Une formation à l’hôpital Montperrin à Aix animée par Martine Brulé (à droite)

« Où puis-je me former? » C’est la question que me posent le plus souvent les lecteurs qui me contactent. C’est une question centrale dans le développement du jardin thérapeutique en France où il n’existe pas encore de formation diplômante ou certifiante dans cette discipline. Je leur réponds dans la mesure de mes connaissances, mais il est temps de formaliser et de rassembler cette information pour le bénéfice de tous. Cette semaine, nous commençons avec les formations de Martine Brulé et de Jocelyne Escudero. Dans une 2e partie, on découvrira les formations de Sébastien Guéret et celles d’Anne et Jean-Paul Ribes, qui travaillent d’ailleurs souvent ensemble. Enfin, une 3e partie sera consacrée à quelques autres pistes évoquées par les précédents. Le champ est à la fois les formations ouvertes à tous et les formations en intra-entreprise. Merci à eux tous de m’avoir présenté leurs formations.

Martine Brulé : des formations avec l’ANFE, entre autres 

Pour le parcours de Martine Brulé, architecte paysagiste et praticienne en hortithérapie depuis environ 2003, je vous renvoie à ce portrait publié en octobre 2012. Aujourd’hui, elle propose des formations inscrites au catalogue de l’ANFE, l’Association Nationale Française des Ergothérapeutes et dispensées, en Intra dans des établissements de santé, EHPAD et CHU pour la plupart. Ces formations s’adressent au personnel soignant. Cette semaine, elle organise du 5 au 7 mai une formation en inter au siège de l’ANFE, pour un public qui souhaite s’inscrire à titre individuel.

Le programme de la formation en intra

Le programme de la formation ouverte à tous (en espérant qu’elle soit de nouveau proposée en 2015)

« Je dispense une formation actuellement au CCAS de Toulon, dans le cadre d’un marché public. Une formation sera présentée également en mai, au CHU de Nice, service Psychiatrique, au bénéfice du personnel soignant de ce service. Ce personnel soignant accompagne les patients dans le cadre des ateliers d’hortithérapie que j’anime, depuis le début de l’année 2014 », explique Martine Brulé qui est basée à Grimaud dans le Var.

Contacter Martine Brulé :

http://vivharmonie.com

brule.martine@vivharmonie.com

 

Jocelyne Escudero : une palette de formations en établissements et pour tout public

Nous avions également eu l’occasion de faire connaissance avec Jocelyne Escudero en juin dernier. C’est à partir de 2001-2002 qu’elle commence à former des équipes à travers des interventions intra-établissements via son association Trace et Couleurs. En parallèle, elle œuvre pour la reconnaissance de l’hortithérapie par ses écrits (communication « Hortithérapie: spécificité d’une pratique et intérêt thérapeutique » aux journées de la Société Internationale de Psychopathologie de l’Expression et d’Art-thérapie en 2002, publiée dans l’ouvrage collectif « La personne âgée en art-thérapie », L’harmattan 2004 par exemple).

Trace et Couleurs, organisme de formation depuis 1998, organise des formations en Hortithérapie et Jardins thérapeutiques depuis 2001 pour accompagner à la méthodologie et au suivi de projets les établissements (EHPAD, Hôpitaux, Foyers, Associations …).

La formation en « Hortithérapie » en 3 modules (le module 1 peut être suivi indépendamment des modules 2 et 3) dont Jocelyne Escudero est l’auteure existe depuis 2001. Les formations incluent la méthodologie de projet, l’évaluation et la transmission des résultats.

  1. « Sensibilisation à l’hortithérapie » (module 1): Aspects généraux théoriques  et  pratiques de l’hortithérapie  a lieu les 17, 18, 19  et 20 juin 2014 à Figeac, 46.
  2. « Jardins de santé et hortithérapie » (module 2) : Approfondissement des pratiques (réservé exclusivement aux personnes ayant suivi le module 1) a lieu les 23, 24, 25 et 26 juin 2014, près de Figeac.
  3. « Jardins de santé, hortithérapie et créativité » (module 3): Approfondissement des pratiques (réservé exclusivement aux personnes ayant suivi le module 1& 2) a lieu les 9, 10, 11 et 12 septembre 2014, près de Figeac.

La formation aux « Jardins thérapeutiques » a lieu les 19, 20, 21 et 22 mai 2014 en banlieue toulousaine.

La formation au « Jardin médicinal »: le bien-être par les plantes a lieu les 27, 28, 29  septembre près de Figeac.

Les interventions de formations en intra-établissement sont réalisées à la demande, toute l’année. Elles sont adaptées au projet de l’établissement et des équipes. Ces formations sont ouvertes à tout public. Parmi les établissements avec lesquels Jocelyne Escudero a travaillé, l’Université de Toulouse Mirail (Centre Universitaire de Perfectionnement en Psychologie Appliquée), Hôpitaux, I.M.E., E.H.P.A.D, AMAPEI,  PREPS Corse,  Centre National de la Fonction Publique Territoriale, CEMEA …

Contacter Jocelyne Escudero :

http://hortitherapie.avenir.over-blog.com

http://traceetcouleurs.free.fr

traceetcouleurs@gmail.com

 

News flash : formation à l’IRTS de Franche-Comté du 19 au 23 mai

Présentée comme une nouvelle formation, elle s’intitule « Concevoir, utiliser, évaluer un jardin à visée thérapeutique : le projet d’une équipe ». Parmi les intervenants, le professeur Thérèse Jonveaux du CHU de Nancy qui y donnera une conférence publique. Voici la plaquette qui donne le contexte général et quelques détails sur le contenu de ces 5 jours qui se dérouleront en partie dans le cadre magique de la Saline royale d’Arc-et-Senans.

 Contacter Brigitte Griffon, responsable de la formation:

brigitte.griffon@irts-fc.fr