«Jardins, médecines et santé» à Port-Royal des Champs

Une vue de Port-Royal des Champs.

Une vue de Port-Royal des Champs.

Port-Royal des Champs, quelle découverte ! Je ne m’aventurerai pas à raconter les 800 ans d’histoire de cet endroit connu comme un haut lieu du jansénisme aujourd’hui transformé en musée national. Un lieu chargé d’histoire et noyé dans la verdure au cœur de la vallée de Chevreuse, un miracle presqu’inimaginable à 30 minutes de la Place de l’Etoile. De notre point de vue, il suffit de savoir que Port-Royal en tant qu’abbaye a une longue tradition de jardins et du soin de la personne par le jardin. Jardins de médecine considérés comme une « pharmacie à ciel ouvert », dès le Moyen-Age. « Au 17e siècle, c’est un lieu qui questionne et on y voit l’élaboration des modes de pensées actuelles. C’est un lieu qui participe à l’évolution de la pensée médicale et horticole », explique Sylvain Hilaire, historien affilié au Centre de ressources et d’interprétation du Musée et organisateur de ces rencontres. Sur le thème « Jardins, Médecines et santé », il avait assemblé le samedi 24 mai des intervenants qui ont fait le grand écart entre la médecine médiévale et la pratique contemporaine des jardins de soin.

Le pouvoir des plantes au Moyen-Age

Mandragore dans le Tacuinum Sanitatis, un manuel médiéval sur la santé basé sur un traité médical arabe.

La mandragore dans le Tacuinum Sanitatis, un manuel médiéval sur la santé basé sur un traité médical arabe.

Bernard Beck, professeur d’histoire de l’art à l’université de Caen, a débuté avec une présentation intitulée « L’herboriste, l’apothicaire et la sorcière », une exposition savante sur les abbayes en tant que centres de diffusion de savoir médical et botanique au Moyen-Age. Les plantes médicinales sont alors connues sous le nom de simples ou simples médecines. Il a par exemple évoqué Hildegarde de Bingen, religieuse bénédictine et médecin du 12e siècle, qui a recensé les utilisations de 300 plantes, indigènes et importées, en cuisine et en pharmacie. « Mettre la nature au service des hommes est un souci de Dieu qui donne la possibilité de soigner », explique-t-il. Mandragore, sauge, encolie, racine de lys, rue, fenouil, chaque plante a ses applications. La sauge est particulièrement versatile, d’ailleurs son nom ne vient-il pas du latin salvare (guérir, sauver) ?

« Les jardins thérapeutiques ne sont pas des machines à guérir »

Béatrice Saurel et Michel Racine

Béatrice Saurel et Michel Racine

Michel Racine et Béatrice Saurel ont pris la relève de l’historien. Michel Racine, architecte et urbaniste de formation, a déploré la vision mécaniste de la médecine qui a mené à « un urbanisme des lieux de soin oublieux de notre désir de contact avec la nature ». Pour expliquer son intérêt pour le jardin de soin, il relate plusieurs expériences personnelles : un réveil à l’hôpital après un coma, des cours d’urbanisme à des infirmières, un premier projet dans une maison de retraite qui n’aboutira pas, l’hospitalisation en psychiatrie d’un proche dans un établissement où le jardin a disparu sous un parking et enfin l’histoire de sa propre mère qui, à 100 ans, entretient encore des dizaines de plantes et ne songerait pas à abandonner sa garden party. « Ehpad et pas d’jardin », lance-t-il. Il décrit avec horreur ces ensembles de type hôtelier avec une pelouse, un grillage, un interphone, un parking et la télé. « Les Ehpad investissent 30 000 euros dans des salles de stimulation sensorielle sans compter la formation. A ce prix-là, on peut se payer des jardins et des jardiniers », ironise-t-il.

Lui aussi remonte plusieurs siècles dans le passé pour évoquer les hôpitaux et les hospices avec leurs vergers, leurs potagers et leurs élevages qui étaient cependant des antichambres de la mort où les patients vivaient dans des conditions effroyables. « Au 17e siècle, le regard sur le corps humain a changé avec les progrès des sciences et de la médecine. » Il cite Tenon et son mémoire sur les hôpitaux de Paris et l’ouvrage « Les machines à guérir, aux origines de l’hôpital moderne » de Foucault. Mais depuis les années 90, l’architecte perçoit une renaissance du jardin dans les établissements de santé aux Etats-Unis et en Angleterre (les healing gardens, « Cultivating Sacred Space : Gardening for the Soul » d’Elizabeth Murray, les travaux de Clare Marcus Cooper). Pourtant il prévient que les jardins de soin ne sont pas des outils, pas de nouvelles machines à guérir…

« Bien sûr nous devons concevoir des jardins adaptés aux handicaps, mais il faut se méfier des  termes de jardin « thérapeutique » ou « de soin ». Ces termes peuvent être utiles pour alerter sur la nécessité d’une prise en compte du soin, mais à l’intérieur d’une réflexion sur des espaces de vie, en évitant les dérives fonctionnalistes. On ne devrait les utiliser que pour souligner une dimension du jardin à prendre en compte à l’intérieur d’une réflexion sur le temps et l’espace des maisons de retraite et les établissements de santé », m’avait-il expliqué par email il y a quelques semaines, avant cette rencontre à Port-Royal.

Trois jardins de soin de l’équipe Racine-Saurel

Après la théorie, il laisse à Béatrice Saurel, une plasticienne qui est sa collaboratrice et sa compagne, le soin de parler de leurs réalisations communes. Il y a d’abord eu un premier projet, Le Jardin des 4 saisons à Auxonne, où la demande venait d’un animateur dans un foyer de vie. Grillages qui se font oublier derrière des éléments colorés, jardinières fabriquées avec les résidents, buttes et bosquets pour se réfugier, cabanes pour les oiseaux, espaces pour s’asseoir et converser ou au contraire être seul. Ce jardin qui veut changer le regard sur le handicap s’ouvre vers l’extérieur, en particulier grâce au parrainage des Jardins de Barbirey tout proches. C’est l’époque de Jardin, Art et Soin.

Le Jardin des Portes Vertes de Chailles (photo Béatrice Saurel)

Le Jardin des Portes Vertes de Chailles (photo Béatrice Saurel)

Depuis, les deux partenaires ont animé en juillet 2011 une formation à Chaumont sur Loire qui débouchera sur le Jardin des Portes Vertes de Chailles dont j’ai déjà parlé. Ils sont aujourd’hui engagés dans un nouveau projet, le Fruticetum à Saint Valery sur Somme. « C’est une extension de l’Herbarium, jardin créé par des retraités sur l’emplacement de l’ancien jardin de l’hôpital (classé jardin remarquable) », m’avait écrit Michel Racine il y a quelque temps. « Le Fruticetum comportera un espace spécifique pour le jardinage des personnes handicapées mais c’est la totalité de ce nouveau jardin, avec sa pergola, son cloître de verdure, ses arbres fruitiers bien sûr, sa « bâche » (un bassin évoquant les bassins de la Baie de Somme), ses différents coins abrités, qui sera à la fois le jardin des résidents de l’EHPAD et des convalescents de l’hôpital (situés de l’autre côté de la rue) et celui des visiteurs. Le jardin sera pour les résidents une occasion de sortir et de socialisation, deux objectifs essentiels, donc un jardin, à part entière, un vrai jardin. »

Anne et Jean-Paul Ribes me pardonneront de ne pas trop m’étendre sur leur présentation car de nombreux billets ont déjà relaté leur conception des jardins de soin, leurs réalisations de la Pitié-Salpétrière à la Maison des Aulnes, et leur formation à Chaumont. Je voudrais simplement dire que l’un des plaisirs de ces rencontres de Port-Royal a justement été d’assister à un véritable échange entre ces deux couples emblématiques dont les idées divergent parfois sur l’approche du jardin de soin.

Expériences locales : Marcel Rivière, Jardin de Cocagne et Centre Athena

Le jardin de l'Institut Marcel Rivière à Port-Royal des Champs.

Le jardin de l’Institut Marcel Rivière à Port-Royal des Champs.

Une table ronde finale a permis de raconter trois expériences locales. L’Institut Marcel Rivière à la Verrière (Yvelines) est un établissement psychiatrique fondé sur les principes de l’hôpital ouvert, de la thérapie active et de la psychothérapie institutionnelle. Dans le parc du château qui héberge l’Institut Marcel Rivière, il y a des jardins. Ce sont des soignants qui aiment jardiner (des ergothérapeutes, des sociothérapeutes,…) qui s’en occupent. Les patients circulent, rencontrent les jardiniers. Il y a une dizaine d’années, des patients de Marcel Rivière ont commencé à prendre leurs vélos pour traverser la forêt et venir à Port-Royal où, avec le concours de Sylvain Hilaire et des bénévoles de l’association les Amis du Dehors, ils jardinent. A partir d’un no-man’s land envahi d’orties et de ronces, un projet de carré clos avec quatre portes aux points cardinaux a été élaboré. « On construit un jardin pour se reconstruire. Ici, on travaille sur le symbolique. Le rapport aux bénévoles est moteur pour les patients », expliquent les représentantes de l’institut. Tous les ans, un nouveau groupe entretient le jardin et travaille sur un nouveau projet.

Alain Gérard est le directeur des Jardins de Cocagne de Saint-Quentin-Buloyer. On connaît le principe de ces jardins d’insertion. Il rappelle que les jardiniers des Jardins de Cocagne se heurtent à des blocages intérieurs. « Le jardin est un moyen car il ne juge pas. » Récemment, il a lancé une initiative avec des salariés (un grand labo français à essuyer les plâtres) qui se retrouvent au Jardin de Cocagne pour recréer de la cohésion entre eux, avec les jardiniers comme facilitateurs. Quant au Centre Athena, il propose à des jeunes en difficulté de Saint-Quentin-en-Yvelines un éveil à la citoyenneté. Depuis 2010, le centre a son jardin à Port-Royal, une activité pour découvrir la nature et s’ancrer. En pleine transformation, le jardin sera bientôt capable d’accueillir des fauteuils roulants et comprendra un jardin de plantes médicinales. La boucle est bouclée…

Le jardin des Amis du Dehors à Port-Royal des Champs. C'est une interprétation des jardins médiévaux, pas une reproduction. Mais on n'y trouve aucune plante postérieure au 17e siècle!

Dans les jardins entretenus par les Amis du Dehors à Port-Royal des Champs, aucune plante inconnue des résidents au 17e siècle!

En conclusion, Edith Heurgon, directrice du Centre culturel international de Cerisy, a fait un bilan de la journée. « Les jardins ont une capacité à soigner la société en apportant sérénité et équilibre. Ils sont aussi un facteur d’intégration sociale et de liens. Ce sont des oasis de décélération et une école de la patience. » Puis les participants ont fait un tour au jardin, sous le soleil enfin revenu, avant de se retrouver autour d’une tisane apaisante.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s