Pour des vétérans âgés : passer un bon moment et réduire le stress

Betsy Brown

Betsy Brown

Betsy Brown est devenue thérapeute horticole après une carrière dans la finance. Attirée par le jardinage, elle suit le programme « master gardener », une formation en horticulture intensive de 12 semaines en échange de laquelle les participants s’engagent à faire du bénévolat dans leur communauté. Dans le Michigan où elle vit, Betsy choisit de travailler dans un centre accueillant des personnes âgées souffrant de la maladie d’Alzheimer. De fil en aiguille, elle se rend à des conférences sur l’hortithérapie, lit beaucoup sur le sujet et devient « registered horticultural therapist ».

L’occasion de s’impliquer davantage se présente lorsqu’on lui propose de travailler dans une institution de santé mentale qui s’occupe de femmes placées par la justice pour passer une partie de leur peine à résoudre leur addiction à l’alcool ou à la drogue. Treize ans plus tard, Betsy travaille toujours dans cet établissement. « C’est une structure fermée où les femmes passent 90 jours avant de sortir en liberté conditionnelle ou de retourner en prison. Je travaille avec un groupe de 12 femmes dans le jardin une fois par semaine. En ce moment, nous travaillons à l’intérieur », explique Betsy. « En jardinant, nous apprenons des compétences de la vie quotidienne : retarder le sentiment de satisfaction qui est une part si importante de l’addiction, mais aussi faire pousser sa nourriture et avoir un hobby productif. Nous apprenons à célébrer sans alcool. » Betsy travaille par ailleurs dans un centre de séjour pour personnes âgées où elle voit chaque semaine un groupe différent selon les envies des résidents.

002_00ALe troisième lieu où intervient Betsy s’appelle Grand Rapids Home for Veterans. La plupart de ses patients sont d’anciens soldats qui sont âgés. Elle organise des séances de 75 minutes toutes les deux semaines dans 12 unités de cet établissement qui accueille 600 personnes (une unité de psychiatrie, deux unités Alzheimer et 9 unités générales). « Le but du programme est de leur offrir des expériences qui améliorent leur qualité de vie. Nous travaillons uniquement à l’intérieur car ils ne sont pas en mesure de sortir. Ils ont des problèmes physiques et émotionnels très variés et sont souvent en fin de vie. Beaucoup d’entre eux souffrent de dépression », résume Betsy. Pour visiter les différentes unités, elle a conçu un chariot grâce auquel elle transporte tout le matériel nécessaire.

« Dans chaque unité, un thérapeute récréologue (recreation therapist) qui connaît bien les antécédents médicaux de chaque participant travaille à mes côtés. Quand j’arrive, je mets toujours de la musique qui signale ma présence. Nous nous réunissons autour d’une table en essayant de mélanger des personnes plus ou moins capables. Un des objectifs est qu’ils demandent de l’aide s’ils en ont besoin. » Les activités consistent à propager des plantes, à les rempoter, à les nettoyer. « Ils adorent toucher le terreau. Il est plus frais que leur corps, c’est agréable. Toucher la terre réduit leur agitation. Même si nous ne finissons pas l’activité et qu’ils ne font que jouer dans le terreau, c’est ok. »

Au Grand Rapids Home for Veterans, Betsy travaille avec 12 unités différentes dans cet établissement qui accueille 600 résidents.

Au Grand Rapids Home for Veterans qui accueille 600 résidents, Betsy travaille avec 12 unités différentes.

L’objectif de Betsy est d’intéresser les participants, d’éveiller leur curiosité. Elle aime amener un légume intéressant (un cactus qui se mange, par exemple), une fleur inhabituelle pour lancer la conversation. Chaque séance doit être l’occasion d’apprendre quelque chose. « Avec la lavande, par exemple, nous parlons de ses vertus antiseptiques. Je montre des photos de champs de lavande en Provence, cela peut engager une conversation sur un voyage en France. Nous faisons une poudre avec un tiers de lavande, un tiers d’amande et un tiers de flocons d’avoine dans un mixer. Cette poudre rend les mains douces. »

« Il y a souvent des décès dans l’établissement. Nous parlons beaucoup et parfois nous plantons quelque chose à l’extérieur en leur mémoire. La Saint Valentin va être un moment délicat car beaucoup ont perdu leur épouse. Je vais parler de ce qui nous rend heureux, de ce que nous pouvons faire pour nous sentir bien. » Betsy insiste beaucoup sur le toucher et l’odorat bien que parfois les médicaments aient détruit le sens de l’odorat des participants. Elle finit toujours la séance par une histoire ou par une citation. Puis elle remet la musique pour boucler la boucle.

Une réflexion au sujet de « Pour des vétérans âgés : passer un bon moment et réduire le stress »

  1. Magnifique. On se sent en pays de connaissance: l’importance du »toucher la terre », des rituels observés dans chaque atelier, de la sérénité, de la tendresse, de l’empathie de la thérapeute. Mais je note que là bas les choses se font plus simplement,
    avec un accès ouvert au dossier de personnes concernées, ces fameux dossiers sur lesquels l’administration française impose un black out jaloux!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s