Rééducation au Craig Hospital de Denver

Susie Hall, hortithérapeute au Craig Hospital de Denver depuis 1994.

Susie Hall, hortithérapeute au Craig Hospital de Denver depuis 1994.

Le Craig Hospital de Denver est un hôpital spécialisé dans le traitement de patients qui ont souffert des lésions de la moelle épinière (spinal cord injuries) et des blessures traumatiques au cerveau (traumatic brain injuries). Depuis 1982, l’hôpital propose un programme de thérapie horticole parmi la panoplie d’activités de loisirs thérapeutiques offertes aux patients dans le cadre de leur rééducation. Depuis 1994, c’est Susie Hall qui a repris ce programme. Embauchée comme thérapeute récréologue (recreation therapist) dans l’établissement dès 1988, elle s’est formée à la thérapie horticole en suivant les cours de Rebecca Haller du HTI et un programme de Master Gardener.

Quelques infos utiles permettent de cerner les patients qui séjournent au Craig Hospital. Pour ceux qui ont souffert de lésions de la moelle épinière (environ 50 à 55 lits), leur moyenne d’âge est de 38 ans et 75% d’entre eux sont des hommes. Accidentés de la route à 50%, ils ont aussi été victimes de chutes ou d’accidents sportifs. Ils arrivent dans cet hôpital de rééducation en moyenne 28 jours après leur accident et restent entre deux et quatre mois. A l’issue de leur séjour, 90% rentrent chez eux et 40% sont de nouveau employés ou étudiants un an après leur accident. Les patients ayant souffert de blessures traumatiques au cerveau sont moins nombreux (entre 25 et 30 lits). Une cinquantaine de patients de jour fréquentent également l’hôpital.

L’activité horticole suit deux approches. « Une approche est de leur proposer un nouveau loisir qu’ils pourront pratiquer de retour chez eux avec leur famille ou de leur permettre de recommencer à jardiner avec des adaptations appropriées à leurs limitations physiques ou cognitives », explique Susie Hall. L’hôpital encourage l’implication des familles qui ont la possibilité d’être hébergées sur place pendant un mois (les patients viennent de tous les Etats-Unis et même de l’étranger). « Plus ils font de choses ensemble pendant que le patient est ici, plus la famille comprendra comment les aider de retour à la maison », explique Susie.

"Pour la Saint Valentin, nous avons fait des topiaires avec du lierre. Nous avons parlé de la plante, formé le fil en forme de cœur. C’est une bonne activité et ils pouvaient l’offrir à quelqu’un."

« Pour la Saint Valentin, nous avons fait des topiaires avec du lierre. Nous avons parlé de la plante, formé le fil en forme de cœur. C’est une bonne activité et ils pouvaient l’offrir à quelqu’un. »

« L’autre approche est thérapeutique et l’activité se fait en collaboration avec un kiné ou un ergothérapeute. Par exemple, pour une patiente souffrant d’une blessure traumatique au cerveau qui a des problèmes de vision, l’objectif peut être de l’encourager à balayer son environnement du regard. Dans la serre, nous positionnons les plantes sur la gauche et nous lui demandons de les déplacer jusqu’au point d’eau. » Autre exemple pour une patiente dont la kiné veut qu’elle améliore sa capacité à rester debout, une activité qui lui demande de rester debout à une table à rempoter des plantes lui permet de se concentrer et d’oublier sa douleur. « Dans une salle de kiné, rester debout n’aurait pas de but et serait ennuyeux. Là, l’activité a un sens et ses résultats s’améliorent ».

Juste après notre entretien, Susie doit aller travailler avec un patient et son orthophoniste. « La semaine dernière, il a fait une activité. Nous allons voir ce dont il se rappelle, s’il a besoin de se référer aux instructions. Nous lui demanderons de nous expliquer ce qu’il fait. » Quand un membre de l’équipe soignante sent qu’un patient est intéressé par le jardinage, Susie les accueille à bras ouverts pourvu qu’elle connaisse les objectifs de traitement de façon à créer « un environnement qui est positif et où ils peuvent réussir. »

Un patient joue de la flûte indienne dans la serre.

Un patient joue de la flûte indienne dans la serre.

En plus des séances individuelles, Susie et sa douzaine de bénévoles animent des groupes de jardinage tous les 15 jours. « C’est ouvert à tous les patients et aussi à leur famille qui peut ainsi voir de quoi ils sont capables et comment le transposer de retour à la maison. » Les activités du groupe s’inspirent de la saison et des fêtes du moment. « Pour la Saint Valentin, nous avons fait des topiaires avec du lierre. Nous avons parlé de la plante, former le fil en forme de cœur. C’est une bonne activité et ils pouvaient l’offrir à quelqu’un. Pour Pâques, nous planterons de l’agropyre (wheatgrass) qui pousse en une semaine et dont nous pouvons remplir un panier avant d’y mettre des fleurs dans des éprouvettes.”

Selon les patients, Susie peut montrer des instruments de jardinage adaptés à leurs limitations comme des ciseaux que peuvent manier des quadraplégiques qui ont un peu de mobilité et de force. Pour des patients souffrant de blessures traumatiques au cerveau moins sévères, le but est de se concentrer pendant une heure sur une activité et de travailler en groupe. Peu importe que l’activité consiste à planter dehors, à faire de la propagation, à arroser dans les serres ou à faire sécher des fleurs pour un futur projet.

Certains bénévoles amènent l’activité de jardinage jusqu’aux patients alités. « Nous travaillons avec eux dans leur chambre en apportant les plantes et la terre sur un chariot. Nous étendons des couvertures sur leur lit et ils peuvent travailler dans la terre », explique Susie. A l’autre extrémité du spectre, des patients fonctionnels sortent dans la ville et visitent des pépinières ou un jardin botanique où ils peuvent pratiquer leurs déplacements en fauteuil roulant ou avec leur cane.

Une activité de topiaire en lierre pour la Saint Valentin

Une activité de topiaire en lierre pour la Saint Valentin

Susie résume l’intérêt de ces activités centrées sur les plantes pour les patients en rééducation au Craig Hospital. « L’objectif est de travailler sur leur force et leurs capacités cognitives. L’intérêt de la thérapie horticole est de procurer une activité pleine de sens. Plus ils sont intéressés, plus ils participent longtemps et plus les résultats physiques et cognitifs sont bons. Quand on met une plante devant quelqu’un, ils tendent la main pour la toucher. Un géranium avec son odeur forte leur fait faire une grimace, il y a une réponse. Au lieu de travailler avec des cubes qui n’ont pas de sens, on les fait arracher des fleurs mortes sur une plante. Ils travaillent la motricité fine tout pareil. Plus on est créatif, plus on améliore les résultats. »

« Ils ont beaucoup de besoins médicaux. Ce qui leur manque, c’est de s’occuper et de soigner quelque chose. Les plantes s’épanouissent quand on s’occupe d’elles et elles ne jugent pas. Nous avons tous besoin de donner de nous-mêmes. Quand nous pouvons nous occuper de quelque chose, nous nous sentons mieux », conclut Susie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s