Les vétérans atteints de stress post-traumatique décompressent au jardin

Johanna LeosThérapeute horticole depuis 1997, Johanna Leos a travaillé dans de nombreux cadres très différents. Avec la santé mentale comme fil conducteur. Sa première expérience a lieu auprès de femmes victimes de violence domestique avec qui elle avait cultivé du basilique et l’avait transformé en pesto que les femmes vendaient sur les marchés et dans les épiceries fines. « Nous avons tout juste atteint l’équilibre financier, mais l’expérience a remis de l’espoir dans leur vie. C’est ce qu’il y a de plus beau, donner de l’espoir aux gens. Car le désespoir est au cœur de la dépression. » A ce moment-là, Johanna est sur le point de commencer un master en agriculture et en éducation qu’elle complétera par un MBA « pour savoir gérer une entreprise ». Puis une formation qui la mènera à devenir une thérapeute horticole diplômée.

« J’ai travaillé dans des prisons avec des prisonniers qui avaient des troubles du développement, dans un hôpital psychiatrique, au Chicago Botanic Garden où je supervisais 18 sites à l’extérieur où nous offrions des programmes de thérapie horticoles », énumère Johanna. Voici environ quatre ans, elle est embauchée au Perry Point VA (Veteran Administration) Medical Center qui procure aux vétérans un éventail de services médicaux résidentiels et de jour. Dans un jardin composé de quatre serres et de platebandes extérieures (légumes, fleurs, herbes culinaires,…), elle accueillait tous les jours des vétérans auxquels les équipes soignantes avaient recommandé son programme. Elle vient de quitter le centre pour créer sa propre structure qui travaillera surtout avec des vétérans, mais nous explique le fonctionnement du programme de thérapie horticole à Perry Point.

« Les patients travaillaient en petits groupes. Tous les jours, je recevais deux groupes d’une heure et demie, un le matin et un l’après-midi. J’écrivais sur un tableau noir les tâches à accomplir et les vétérans pouvaient choisir. Il y a 4 ans, je recevais surtout des vétérans de la guerre du Vietnam. Mais à la fin, un tiers des participants revenaient d’Irak et d’Afghanistan, y compris plus de femmes. Ils souffrent d’une variété de problèmes : traumatisme crânien, accident vasculaire cérébrale, démence, diabète, arthrite, dépression, anxiété, schizophrénie et bien sûr PTSD (post-traumatic stress disorder). »

« Le PTSD est mon intérêt principal », explique Johanna. Les derniers chiffres du ministère de la défense américain montrent l’étendue du problème. Au 30 septembre 2012, les centres du Veteran Administration suivaient 273 351 soldats atteints de cette condition suite à des déploiements à l’étranger. Soit 30% des 834 463 vétérans des guerres d’Irak et d’Afghanistan. Voici une description de la situation en France où on compterait environ 550 cas de soldats suivis pour ce trouble.

« Je parlais avec chaque personne à son arrivée. Je leur demandais ce qu’ils aimeraient faire si une fée pouvait exaucer leurs vœux. En me basant sur cette interview et sur une évaluation constante de leur progrès, je recommandais des objectifs et des choses à faire pour les atteindre. Par exemple, un objectif fréquent est de réduire le stress. Les vétérans sont stressés, deviennent anxieux et peuvent exploser dans la violence. Un vétéran d’Afghanistan, grand et fort, a passé plusieurs jours à passer le motoculteur. Il m’a dit que c’était la première fois qu’il dormait une nuit entière sans cauchemar. » La concentration et la gestion du stress sont des compétences qu’ils acquièrent pour la vie. Un autre avantage du jardin est d’encourager la collaboration, une compétence forte chez les soldats. Parmi les vétérans qui sont passés par le jardin du centre médical Perry Point, trois ont décidé de poursuivre des études dans ce domaine.

Forte de son expérience avec les vétérans, Johanna est en train de lancer une structure à but non lucratif qu’elle a baptisée Eagle’s nest/Harvest of Hope. Un mot sur le nom d’abord : c’est un vétéran qui a suggéré la référence aux aigles, symbole américain par excellence, mais aussi une espèce qui était en danger dans la région et qui se porte désormais beaucoup mieux. « C’est un parallèle avec la vie des gens », explique-t-elle. Quant aux récoltes de l’espoir, Johanna estime que l’espoir est le fondement de la vie. Avec Eagle’s Nest/Harvest of Hope, elle a l’intention de fournir des programmes de thérapie horticole dans des associations qui s’occupent des vétérans, y compris des vétérans qui vivent dans la rue. Par ailleurs, elle dispensera aussi une formation à la thérapie horticole à des personnels soignants intéressés (ergothérapeutes, spécialistes de la santé mentale, éducateurs pour enfants handicapés, gérontologues,…). « Dans la thérapie horticole, ce n’est pas le produit fini qui compte. C’est ce qui se passe pour les gens au contact des plantes », conclut Johanna.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s