A la maison de retraite d’Onzain, les résidents s’approprient leur jardin

Paule Lebay (gauche) et Gisèle Rousseau au jardin.

Paule Lebay (gauche) et Gisèle Rousseau au jardin.

Infirmière coordinatrice de l’accueil de jour à la maison de retraite de La Treille à Onzain (Loir-et-Cher), Paule Lebay nourrit un projet de jardin depuis longtemps, deux ans au bas mot. Dans ce billet de mai 2013, elle racontait les débuts de l’association Graine de Jardins qu’elle a créée avec ses collègues Gisèle Rousseau qui est aide soignante (secrétaire de l’association) et Martine Carlet qui est aide médico-psychologique (trésorière) pour donner corps au projet de jardin. L’équipe s’est aussi étoffée d’une paysagiste, Fabienne Peyron, qui a apporté ses conseils. En mai 2014, Graines de jardin recevait le prix du jardin thérapeutique de la Fondation Truffaut qui a beaucoup soutenu le projet depuis le départ.

Travaux de terrassement, le chantier.

Travaux de terrassement, le chantier.

Dans le projet, le terrassement représentait un gros morceau pour rendre le terrain argileux propice au jardin. « J’ai demandé trois devis qui ont atteint 20 000 euros. Une difficulté était que les entreprises ne voulaient pas diviser le travail en deux lots : les bacs/le potager et la noue. Heureusement on a trouvé une entreprise du coin, l’entreprise Girard Paysage de Dame Marie, qui a proposé des tarifs plus abordables. » L’entrepreneur dont le père a été touché par la maladie d’Alzheimer a sans doute été sensible au projet. Il s’est aussi montré flexible dans le cas des fondations qui débloquent les aides sur présentation des factures acquittées, une difficulté supplémentaire pour une petite association sans trésorerie. Jusque là, Paule estime que le budget du jardin ne dépasse pas 8 000 euros, terrassement, équipements, mobilier compris. Elle aborde son premier bilan comptable avec sérénité grâce notamment aux sommes reçues par le Prix Truffaut (5 000 euros) et au prix des internautes de NotreTemps.com qui a beaucoup touché l’équipe (2 000 euros).

Un jardin ouvert dans un monde protégé

« Notre objectif était de ne pas crouler sous l’aspect sécurité. Avec Fabienne, on a voulu éviter les barrières. On a aussi choisi des plantes comme le chèvrefeuille et le muguet qui sont toxiques, mais qui sentent bon et que les résidents ne vont pas manger. Nous avons aussi des seringas, des lilas et des fleurs classiques pour des gens de cet âge, des dahlias, des glaïeuls, des capucines. Je voulais aussi des choses à picorer: framboises, cassis, groseilles, fraises. Céline du domaine de Chaumont nous a également orientés pour le choix des plantes qui parlent aux personnes âgées. »

En avril pendant la journée de plantation, rencontre entre les âges.

En avril pendant la journée de plantation, rencontre entre les âges.

Un beau samedi d’avril, les membres de l’association, des patients et des familles se sont retrouvés pour faire les plantations. Les familles sont très demandeuses et prêtes à aider car elles sont convaincues des bienfaits pour leurs proches. Les soignants sont plus réticents car ils pensent que le jardin représente un travail supplémentaire et ils ne voient pas toujours son intérêt. « Mais les choses changent. Une soignante me demande où est une résidente. Quand je lui dis qu’elle est avec nous au jardin, la soignante vient voir… », raconte Paule qui organise des réunions avec la psychologue et l’animatrice pour que chacun s’approprie le jardin.

Le jardin est un lieu de vie

Les jardiniers investissent leur espace.

Les jardiniers investissent leur espace.

Car les personnes de l’accueil de jour et les résidents de l’unité Alzheimer ont investi les lieux. D’ailleurs ouvrir la porte entre les deux espaces a incité les résidents de l’unité protégée à venir spontanément dans le jardin. Pour la lecture du journal le matin, pour le café après le déjeuner, pour le goûter, le jardin est devenu un réflexe. « On fait un tour, on arrose. Dans l’après-midi, on plante ou en rempote. On voit qu’ils sont plus détendus. » Du coup, Paule pense à la suite. « J’aimerais proposer des grandes jardinières devant les 30 chambres. Ce serait un espace d’expression libre qu’ils pourraient aménager comme ils le voudraient. A leur arrivée, ils recevraient un kit de jardinage avec chapeau, tablier et petits outils. J’ai chiffré le projet à 6 000 euros. Je cherche des sponsors et j’ai des rendez-vous. »

Paule énumère les aides, financières ou non, qui ont permis au projet d’avancer : la Fondation Truffaut, AGR2 La Mondiale, la caisse de retraite Ircem, Gamm Vert, Véolia et le regroupement de communes. Le projet a aussi une marraine à la dimension à la fois locale et nationale en la personne de Coline Serreau. Engagée en écologie, la réalisatrice a mis Paule en relation avec Philippe Desbrosses de la ferme de Sainte Marthe qui a fourni au jardin quelques-unes de ses graines bio. L’implication de Paule dans la formation sur les jardins de soin donnée deux fois par an à Chaumont-sur-Loire et animée par Anne et Jean-Paul Ribes est une source régulière d’enrichissement et de rencontres.

Elle a récemment reçu un collègue du CH de Brives qui se lance dans un projet de jardin thérapeutique et rencontré une infirmière-puéricultrice qui veut monter un projet dans une crèche en milieu hospitalier, histoire de leur faire profiter de son expérience et de répondre à leurs questions. Le journal local a écrit un article sur cette initiative locale récompensée par un prix national. Paule a aussi frappé à la porte de Maurice Leroy, élu local et ancien ministre. Elle attend une réponse de la Fondation Kronenbourg pour le mois de novembre….A Onzain, on se démène pour que les résidents puissent profiter des bienfaits du jardin. Au point de devenir une source d’inspiration pour d’autres projets dans toute la France.

Je vous dis à la rentrée pour de nouvelles découvertes. Pour les quelques semaines à venir, Le Bonheur est en vacance.

Jacqueline tient des étiquettes pour les plantes que l’association prépare et vend pour quelques centimes au sein de la maison de retraite.

Jacqueline tient des étiquettes pour les plantes que l’association prépare et vend pour quelques centimes au sein de la maison de retraite.

Guy, qui a choisi de venir vivre dans la maison de retraite, est l’aide jardinier le plus dédié.

Guy, qui a choisi de venir vivre dans la maison de retraite, est l’aide jardinier le plus dédié.

3 réflexions au sujet de « A la maison de retraite d’Onzain, les résidents s’approprient leur jardin »

  1. Merci Isabelle de ton soutien régulier !
    Un grand merci à Hervé Bertrix, responsable du centre de formation de Chaumont sur Loire, dont on parle peu. Il est certes très discret mais d’une efficacité remarquable. Il est extrêmement attentif et sans son intervention jamais ce jardin n’aurait pu voir le jour et tout du moins sous d’aussi bonnes conditions. C’est notre ange gardien. Alors un grand merci à lui.

  2. De rien, Paule. J’adore suivre les projets, c’est un luxe que je peux me permettre avec ce blog et qu’on n’a pas souvent dans mon métier. On papillonne d’un sujet à l’autre. Quant à Hervé Bertrix, je « plussoie ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s