Urban Adamah : la justice alimentaire en action à Berkeley

Salades en jardinières sur la ferme urbaine d’Urban Adamah

J’avoue que je n’avais jamais entendu parler de justice alimentaire en France (food justice en anglais). L’idée est de permettre à tous un accès équitable à une nourriture sûre, saine et cultivée dans des conditions durables. C’est l’idée que défend l’association Urban Adamah à Berkeley. Installée sur un pâté de maison le long de la très passagère San Pablo Avenue, cette association est « une ferme biologique pour la communauté et un centre juif sur l’éducation environnemental ». Adamah signifie terre en hébreu.

La mission d’Urban Adamah est clairement expliquée dès l’entrée.

En plus d’un personnel permanent, Urban Adamah compte sur une douzaine de « fellows », des stagiaires qui viennent apprendre l’art et la manière de promouvoir la justice  alimentaire, la justice sociale et l’autonomie. Nous avons rencontré Kimberly Tomicich qui vient de terminer des études environnementales à Loyola University à Los Angeles. Elle nous fait visiter la ferme et nous explique son fonctionnement.

« Les « fellows » s’engagent pour trois mois. Nous apprenons les techniques de la culture biologique en milieu urbain en travaillant sur la ferme. Nous suivons aussi des cours sur la justice alimentaire et la justice sociale, sur le leadership non-violent. » Le rythme n’est pas de tout repos. Les « fellows », qui partagent une maison non loin de la « ferme », travaillent de 7h00 à 21h00. Ils commencent la journée par un moment de méditation, prennent leurs repas ensemble et travaillent côte à côte à la ferme.

Kimberly Tomicich en plein travail

De plus, chacun passe une partie de la semaine dans une association « hors les murs ». Kimberly, elle, travaille avec Cooking Matters, une association qui enseigne aux familles fréquentant les banques alimentaires à cuisiner sainement. Pendant deux semaines à raison de deux heures par séance, ces familles apprennent à mieux se nourrir.

Tous les mercredis matins, Urban Adamah se transforme en un petit marché où tous ceux qui sont dans le besoin peuvent venir chercher des fruits et légumes produits sur place. « Il y a toujours des œufs de nos poules, des courgettes, des oignons, des haricots,…La boulangerie Acme nous donne aussi du pain », explique Kimberly. « Nous donnons aussi une partie de notre récolte à un centre médical juste à côté et certains patients prennent un cours hebdomadaire à la ferme pour apprendre à cultiver. »

Tout a été construit pour être démontable et transportable. Les jardinières sont fabriquées avec des matériaux légers et si possible recyclés.

Le rêve de Kimberly est de travailler pour une association qui contribue à rendre la communauté plus autonome à travers la culture de sa propre nourriture. « Il y a une joie qui vient du lien avec la terre et de culture de sa nourriture », dit-elle. Quand des communautés urbaines redécouvrent le bonheur de se nourrir, le jardinage prend une nouvelle dimension, une dimension éminemment thérapeutique dans les quartiers qu’on qualifie aux Etats-Unis de « food deserts » parce qu’il est impossible d’y acheter une alimentation saine. Ces initiatives nourrissent à la fois le corps et l’esprit, grâce au travail de la terre et la récolte produite.

Une réflexion au sujet de « Urban Adamah : la justice alimentaire en action à Berkeley »

  1. Ping : Le jardin bio de Michelle Obama à la Maison Blanche | lebonheurestdanslejardin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s