Des enfants maltraités aux personnes âgées fragilisées

Patty Cassidy

Patty Cassidy est venue à la thérapie horticole par le biais de l’éducation. D’abord enseignante en primaire et conseillère d’orientation dans une université, elle obtient une maitrise en thérapie (counseling) et devient conseillère d’éducation dans un lycée. Quand elle découvre la thérapie horticole, elle peut enfin fusionner ses multiples intérêts en une profession qui la comble.

Comme Anna Schopp que nous avons rencontrée la semaine dernière, Patty a suivi une formation au Legacy Health System à Portland où elle vit. Elle obtient son « certificate » en 2007, puis devient une « registered horticultural therapist » en 2009 sous la houlette de Teresia Hazen. Teresia est une des figures les plus connues et les respectées du mouvement de la thérapie horticole et des jardins thérapeutiques.

Depuis, Patty applique ses connaissances auprès de deux groupes de participants bien différents, des personnes âgées dans des maisons de retraite médicalisées et de très jeunes enfants maltraités. Des participants à deux extrêmes de la vie, mais qui trouvent tous des bénéfices à travailler avec la terre, à faire pousser des plantes et à récolter le fruit de leurs efforts.

Les personnes âgées sèment des graines, confortablement assises

« Les maisons de retraites embauchent des gens comme moi pour aider leurs résidents à jardiner. Dans les maisons où j’interviens, je travaille avec des résidents frêles, mais capables de travailler dans le jardin et je vois aussi des résidents dans des unités spécialisées dans la maladie d’Alzheimer et la démence », explique Patty qui, en tant que travailleuse indépendante, intervient dans plusieurs établissements.

« Avec les résidents dans l’unité mémoire, les activités sont à l’intérieur et sont programmées en fonction de la saison. A Noël par exemple, j’amène des paniers pleins de cônes. On discute des différences et des similarités entre les cônes. Cela encourage les souvenirs. L’été, je peux amener des légumes du marché. On parle de la façon dont ils préparaient ces légumes », explique la thérapeute. Les personnes âgées qui sont plus indépendantes travaillent dans le jardin dans des platebandes surélevées (raised beds). « Nous plantons et semons des légumes, des herbes et des fleurs. Pour les légumes, ce sont surtout des choses que nous pouvons manger crues comme des tomates, des radis. Avec des poivrons et des tomates, nous pouvons une salsa sans cuisson. »

Une activité avec des fleurs séchées en maison de retraite.

Les bénéfices pour les participants coulent de source. « Ils sont dehors et au soleil. L’activité les fait sortir de leur chambre et rompt l’isolement. Ils font quelque chose ensemble, ce n’est pas comme regarder la télé. Il est plus difficile de mesurer les bénéfices physiques. Ils ne font pas un travail très physique. Mais ils se passent des objets, ils ont les mains dans la terre », explique Patty.

Les enfants maltraités avec lesquels travaillait Patty Cassidy adorent le moment de la récolte.

Les enfants avec lesquels travaillait Patty une fois par semaine étaient très jeunes (ce programme est pour l’instant arrêté par manque de financement). Ils avaient entre 3 et 6 ans et vivaient souvent dans une famille d’accueil. Le programme dont lequel intervenait Patty fait partie d’une agence composée de thérapeutes, d’assistantes sociales et d’enseignants spécialisés qui fixent des objectifs thérapeutiques à chaque enfant.

« Beaucoup avaient peur de la nature, les insectes étaient des ennemis. Au début, j’avais beaucoup de mal à les empêcher d’essayer de tuer les araignées ou les papillons. Ils ont dû apprendre à venir se confier à un adulte s’ils avaient peur, parfois nous devions enlever la bestiole. » Une autre technique consistait à observer les insectes dans un bocal en verre avec une loupe, en toute sécurité. Patty expliquait aux enfants en quoi chaque insecte est bénéfique.

Chaque enfant avait un petit carré de terre où il plantait des tournesols, des radis, des baies (framboises, myrtilles, fraises). Des pommes de terre étaient plantées dans des grands containers. « Je leur apprenais à récolter sans arracher la plante. Ils aimaient plonger les mains dans la terre des containers et en retirer les pommes de terre. Ils étaient ravis. » Si un oiseau passait dans le ciel, il devenait un sujet de discussion. « Mon objectif était de les mettre à l’aise avec la nature, de les rendre plus observateurs. Je voulais qu’ils soient heureux dehors. Je voulais aussi mettre de la beauté dans leur vie. »

Les enfants plantaient des fleurs, des légumes, des fruits.

« Il fallait prendre quelques précautions. Tous les outils étaient en plastique car ils se tapaient parfois dessus. Il fallait toujours faire attention que la porte du jardin soit fermée. Les séances étaient souvent chaotiques et chaque enfant était différent en fonction de sa journée.»

Patty a assez à faire et ne cherche pas à essaimer ses programmes dans d’autres lieux. Elle est d’ailleurs aussi occupée par le projet Friends of the Portland Memory Garden qu’elle préside. Ce jardin ouvert au public a été conçu pour les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer et de démence. Avec ses fleurs et ses plantes des quatre saisons, il est propice à la stimulation des sens et des souvenirs. Les aidants sont aussi encouragés à venir s’y ressourcer. Elle a également écrit un livre intitulé Gardening for seniors. Pas étonnant qu’elle soit très occupée…

Une réflexion au sujet de « Des enfants maltraités aux personnes âgées fragilisées »

  1. Ping : Aux Bullington Gardens, des ados en difficulté se passionnent | Le bonheur est dans le jardin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s