Des raisons d’espérer : place aux jeunes

Après avoir conclu 2020 avec un billet résolument orienté espoir et optimisme, je persiste et je signe pour inaugurer 2021. Au risque de passer pour une « Pollyanna », une personne excessivement optimiste, aveuglément enjouée ! Je ne délire pas, je sais que nous traversons des moments inédits de mémoire d’humain. Pourtant, les signes d’espoir sont là aussi. Cette fois, parlons des enfants, des adolescents, des jeunes adultes!

Des enfants de maternelle dehors

Au détour d’une conversation, ma cousine Sarah qui enseigne en maternelle dans une grande ville de Bretagne me racontait comment, depuis des années, elle délocalise sa classe à l’extérieur autant qu’elle le peut. Cela aide que la classe en question donne de plein pied vers dehors, un espace vert, des jeux et même pendant un temps un poulailler. Installés à l’extérieur, les enfants dessinent, font des expériences ou écoutent un conte. Ce pas de côté fait toute la différence.

Cela m’a ravigotée de l’entendre parler de ses pratiques qui, dans le cadre du possible, tendent vers le concept des Forest Schools encore très rares en France. Vous en trouverez une liste non exhaustive sur le site Ecole Alternative.

Des adolescents face à la vie et à la montagne

« Vertiges et adolescence: réflexion théorico-pratique sur l’escalade et la montagne comme médiations thérapeutiques à l’adolescence ». C’est la thèse d’exercice de médecine soutenue en octobre par Pauline Espi à l’université Claude Bernard Lyon 1 sous la direction du Professeur Nicolas Georgieff. 

« A la fin du 1er chapitre, nous avions déjà abordé l’intérêt des médiations thérapeutiques avec les adolescents, car nous avions vu en quoi la relation psychothérapeutique classique peut être chargée de menaces. D’autre part, certains des adolescents que nous accueillons dans nos dispositifs de soin se trouvent dans une difficulté d’élaboration psychique et n’ont que peu d’accès à leurs affects (que ce soit dans les troubles psychotiques, les pathologies états-limites ou les conduites addictives). C’est bien d’ailleurs toute la fonction des agirs et des passages à l’acte : traduire ce que la pensée n’arrive pas à élaborer et à adresser. D’autres adolescents ont justement développé un clivage corps-esprit très fonctionnel comme par exemple dans l’anorexie. » 

Présentant ensuite les idées d’Henri Wallon (« La fonction motrice comme première fonction de relation et comme prélude au langage) et le postulat de la psychomotricité (« C’est par le geste que nous rencontrons le monde »), la jeune pédopsychiatre pose les bases : « c’est l’action qui médiatise la rencontre en psychomotricité. Le soignant propose un engagement du corps autant que de l’esprit. Il ne s’agit pas de dire que le mouvement est thérapeutique en soi, car il ne serait alors que de l’agitation ; mais il s’agit de créer un espace où le sujet peut redevenir actif, dans sa double dimension corporelle et psychique. »

Prévenant que « ce découpage est forcément simplificateur, mais il a le mérite de pouvoir organiser les concepts », Pauline Espi met en relation les enjeux adolescents (corps et motricité, fonctions mentales et cognitives, fonction affective, fonction relationnelle) et les leviers thérapeutiques de l’escalade. Voici par exemple les liens qu’elle établit pour les relations affectives.

On apprend qu’une culture de l’escalade thérapeutique est déjà développée en Allemagne et en Autriche. L’Institute for Climbing Therapy s’est créé à Salzbourg en 2005 et des études qui démontrent l’efficacité de la « bouldering psychotherapy » sur les symptômes dépressifs ont été publiées à partir de 2015. Parmi les facteurs actifs, on fait l’hypothèse que l’exercice physique, le sentiment d’efficacité personnelle, la convivialité des échanges au sein du groupe et les exercices de méditation/mindfulness contribuent à l’efficacité de cette psychothérapie.

En tout cas, cette culture de l’escalade thérapeutique arrive doucement en France et aux Etats-Unis et la thèse de Pauline Espi contribue à la crédibiliser. Elle ouvre ainsi des voies de communication entre plusieurs champs du soin et envisage de nouveaux dispositifs soignants comme des groupes d’escalade parents-enfants pour travailler – justement – l’enjeu de la séparation d’avec les parents…

Une jeune adulte sur le Tour de France

Romane Glotain est bien connue des lecteurs et lectrices du Bonheur est dans le jardin depuis plusieurs années (iciici ou encore là). C’est aussi une membre très active de la Fédération Jardins Nature et Santé. Ce printemps, elle se lancera dans une aventure extraordinaire qu’elle racontait le 5 janvier dans l’émission Carnets de Campagne sur France Inter. Son tour de France des jardins thérapeutiques, « Le jardin des Maux’passants prend la poudre d’escampette » va mettre un formidable coup de projecteur sur les jardins thérapeutiques en France. L’itinéraire est quasiment calé autour d’une quarantaine d’étapes, le vélo électrique est trouvé…Vous pourrez la suivre sur Facebooksur YouTube et sur Instagram. Bon voyage, Romane.

2 réflexions au sujet de « Des raisons d’espérer : place aux jeunes »

  1. Oui des raisons d’espérer il y en a, et la crise ne coupe pas l’herbe sous le pied de l’inventivité et des beaux projets.
    Le Département des Hauts de Seine s’est lancé dans la rénovation des cours de collèges pour les faire devenir résilientes grâce à la désimperméabilisation des sols, du béton drainant pour laisser passer l’eau de pluie, des jardins potagers, des cours plantées pour donner de la fraicheur, des espaces extérieurs pour faire la classe dehors, des espaces recomposés pour devenir le plus possible non genrés, des mobiliers pour que les jeunes puissent s’assoir et causer (ils adorent cela nos ados!). Après trois collèges traités dès juillet 2020, le programme s’ouvre à d’autres collèges pour 2021.

Répondre à pougheon Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.