Les Jardins de l’Humanité sortent de terre

petit-matin

Les Jardins de l’Humanité dans la brume

Dans les Landes, à l’entrée de la ville de Saint-Vincent de Tyrosse et à 10 minutes de l’Atlantique, Estelle Alquier est en train de réaliser un rêve. Après avoir acquis une prairie de deux hectares, elle y construit depuis un peu plus d’un an 12 jardins thématiques. Un vaste projet qu’elle a baptisé les Jardins de l’Humanité et qui attire déjà des bénévoles réguliers pour l’aider dans son immense tâche. Porté par son association « Terres Océanes, Culture d’Humanité », le projet s’est fixé parmi ses objectifs principaux de « participer à la sensibilisation, la connaissance et la préservation de la diversité végétale et animale et du patrimoine local et régional auprès d’une large public. » Mais aussi de mener « des actions et pratiques écologiques, thérapeutiques, solidaires et respectueuses des hommes et de leur environnement. » Le potager Bonnot va, par exemple, servir à démontrer que la permaculture peut fournir une famille en fruits et légumes toute l’année sans trop de travail.

estelle-alquier

Estelle Alquiler

Dans le jardin thérapeutique, il s’agira d’accueillir des enfants et des adultes. Déjà un premier projet avec le CCAS de Tyrosse pour permettre à une douzaine de bénéficiaires de venir jardiner régulièrement est en cours de montage. « J’aimerais organiser un pique-nique tous les trimestres pour qu’ils puissent faire visiter leur jardin à leur famille », explique Estelle qui propose par ailleurs des formations à l’hortithérapie aux personnels soignants en gérontologie, mais aussi auprès d’enfants et de jeunes. Autour du jardin thérapeutique, d’autres idées de partenariats sont à l’étude avec un EHPAD et une école primaire. Pour se familiariser avec l’expérience d’Estelle en matière de jardins thérapeutiques, direction son site dédié : après avoir suivi la formation à l’hortithérapie de Jean-Luc Sudres à l’université du Mirail à Toulouse en 2010, elle a déjà participé à la conception de plusieurs projets dont un jardin dans l’EHPAD « Notre Maison » à Biarritz.

Après avoir démarré le projet sur ses propres fonds et fait appel au financement participatif, Estelle est actuellement dans une phase de demandes de financements auprès de divers mécènes (la Fondation Yves Rocher Terre de femmes, Nature & Découvertes et d’autres). « Il reste encore quelques postes lourds comme le parking et les panneaux pédagogiques », confie cette ancienne journaliste, enseignante d’histoire-géographie et animatrice d’un centre sur l’environnement avec boutique bio et équitable. Mais aujourd’hui, les Jardins de l’Humanité sont devenus le projet qui donne un sens à sa vie. « Les bénévoles qui viennent régulièrement sont impressionnés. Moi, je trouve que cela n’avance pas assez vite. Ce projet est un aboutissement de mon parcours de vie depuis mes engagements à la fac. Mon côté militant est que les gens soient heureux. » Elle, elle le sait depuis qu’elle est enfant, être au jardin lui fait du bien. Les jeunes et les moins jeunes qu’elle accueille pour quelque temps viennent travailler sur son projet avec elle car ils cherchent leur voie et veulent essayer de nouvelles formes de solidarité.

Récemment, Sébastien Guéret de Formavert est venu visiter les Jardins de l’Humanité. Il a été bluffé par le souffle du projet et par la vision d’Estelle. On croise les doigts pour que l’inauguration se déroule, comme prévu, à la Saint-Jean en juin 2017. Pour contacter Estelle Alquier : terreoceane@yahoo.fr

plan

Le plan des Jardins

realisation-en-osier-separant-le-jardin-medieval-du-ruisseau-en-contrebas

Une structure en osier sépare le jardin médiéval du ruisseau en contrebas.

5 réflexions au sujet de « Les Jardins de l’Humanité sortent de terre »

  1. Un très beau projet, une belle énergie!Demande à Estelle: le « thérapeutique » pourrait il devenir »jardin de soin »?Plus cool!

    • Bonsoir Jean-Paul, Sébastien m’a déjà fait la remarque et je valide, disons que pour faire passer l’idée du jardin de soins, j’ai constaté que le terme thérapeutique fonctionnait mieux. Désormais, il s’appelle le Jardins des sens en (r)éveil. Peut-être provisoire également 🙂 Bonne soirée!

  2. magnifique exemple d’écologie intégrale, merci Isabelle, merci Estelle.
    Le jardin médiéval, il est où? (photo de la barrière en osier séparant deux espaces)

    • Bonsoir, Le jardin médiéval se trouve dans l' »enfilade » des jardins historiques, juste après le jardin thérapeutique ou jardin des sens en (r)éveil. Il s’étale sur une petite superficie présentant les plantes du capitulaire de Villis, les favorites d’Hildegarde de Bingen, les plantes tinctoriales, les plantes domestiques, les plantes à signatures, les simples, les jardins de Marie, le coin des sorcières et le jardin de l’amour courtois 🙂 . Si votre question concernait la ville, c’est à Saint-Vincent-de-Tyrosse (sud des Landes-, mais il n’est pas encore entièrement planté.

  3. Quel magnifique projet! bravo pour cette énergie déployée qui a déjà l’air de rencontrer un beau succès. Ici en région parisienne dans les Hauts-de-Seine, nous essayons aussi de sensibiliser les urbains aux bienfaits de la nature : parcs labellisés « espace vert écologique », refuge LPO, zéro phyto, ferme pédagogique, ateliers jardins pour adultes en situation de handicap. Partage d’expérience possible. Plus ces initiatives se développeront plus nos concitoyens prendront conscience de l’impératif besoin de préserver la Nature.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.