En milieu psychiatrique, des jeunes trouvent la paix dans le jardin

Mardie Hay dans le jardin du Cincinnati Children’s Hospital Medical Center (©Andrew Ward Photography)

Les jeunes qui séjournent dans le programme psychiatrique résidentiel du centre médical de l’Hôpital pour Enfants de Cincinnati (Cincinnati Children’s Hospital Medical Center) sont des enfants et des ados de 8 à 18 ans qui souffrent de problèmes psychiatriques aigus ou chroniques. Ils sont là entre trois et six mois pendant que l’équipe ajuste leur traitement et les aide à acquérir des compétences qui les aideront à leur sortie. Pendant leur séjour et par choix personnel, ils peuvent se joindre aux activités proposées dans le jardin par Mardie Hay.

 

L’anecdote de l’ananas a renforcé l’estime de soi des participants.

Imaginez ces jeunes installés dans le jardin, les yeux fermés, écoutant simplement leurs sens. « J’avais une impression de paix », expliquent-ils souvent. Dans cet univers sécurisé à l’intérieur de l’hôpital, ils ont l’impression de faire une pause. « Mon job est qu’ils réussissent. Je choisis des plantes faciles à bouturer et à propager », explique l’hortithérapeute. Elle aime raconter une anecdote qui en dit long. « Une fois, des enfants ont demandé si on pouvait planter des hauts d’ananas qui étaient sur la pile de composte. C’est ce que nous avons fait et, 18 mois plus tard, ils ont commencé à fleurir. Nous les avons récoltés. Le message pour eux est que rien n’est sans valeur. Beaucoup d’entre eux se sentent abandonnés à cause des circonstances dans leur vie et participer au programme de jardinage est une façon de construire leur estime de soi. »

Mardie Hay et deux patientes en pleine plantation.

En collaboration avec le récréothérapeute, Mardie contribue au projet de traitement de chaque résident. « Deux objectifs fréquents sont des interactions positives avec leurs pairs et l’apprentissage d’une activité de loisirs qui leur permettra de ne pas s’attirer d’ennuis plus tard. » Le reste de l’équipe est composée, selon les cas, d’un psychiatre ou psychologue, d’un assistant social, d’un spécialiste de la santé mentale, d’un orthophoniste et d’enseignants. L’équipe se réunit toutes les semaines pour discuter des patients et de leur prise en charge.

Un jeune patient travaille dans la serre.

Mardie règne sur un univers d’environ 4000 m2 qui comprend un jardin et une serre. Une nouvelle serre verra bientôt le jour. « J’ai entendu parler du projet et je me suis proposée parce que j’avais des compétences. J’ai ensuite suivi les cours du Horticultural Therapy Institute pour devenir certifiée en hortithérapie. La prochaine étape est de devenir une « registered horticultural therapist », mais pour cela je dois trouver un mentor. »

Un des challenges dans cet environnement est la sécurité. « La moitié de nos patients a essayé de se faire mal. Les objets tranchants sont dangereux, mais nous utilisons quand même de vrais outils. J’utilise uniquement des produits bios qui sont sous clé. Le psychiatrique était très appréhensif au début. Mais après quatre ans, nous n’avons eu aucun incident violent », rapporte Mardie.

Les jeunes patients expriment leur créativité.

L’autre difficulté est de donner des instructions compréhensibles par un groupe aux besoins divers. « Il y a quelques problèmes de déficience mentale légère, des handicaps de perception soit réceptive, soit expressive. Il y aussi des problèmes de déficit d’attention », énumère Mardie. «  J’utilise des cartes laminées avec des indications visuelles. Je fais beaucoup d’instruction individualisée et je fais une démonstration visuelle. » De plus, elle limite le groupe à six participants.

« Ce sont eux qui décident de venir. Mais une fois qu’ils se sont engagés, ils doivent continuer à venir pour apprendre la responsabilité. Après quelques séances, ils reçoivent leur propre plante. Ils peuvent avoir jusqu’à trois plantes qu’ils ramènent chez eux ou partagent avec le staff. Certains n’ont jamais rien possédé. L’idée est de créer une expérience du succès et de leur donner un loisir positif. »

Le jardin déborde d’énergie.

Le plaisir de la récolte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s