Des raisons d’espérer

Les jours raccourcissent. Le soleil se cache. Les mois de confinement, déconfinement, reconfinement font doucement leur travail de sape. Les fêtes de fin d’année s’annoncent comme un vrai casse-tête, voire une roulette russe, pour concilier envie de se retrouver en famille et précautions raisonnables contre la propagation de la Covid.

Même si je reviens d’une grande marche dans les bois en cette fin de dimanche après-midi, l’ambiance est un peu morose. Je ne me sens pas très inspirée devant la tâche de conclure l’année avec un billet énergisant, plein d’optimisme.

Voyons voir si on peut trouver de belles histoires qui nous redonnent de l’espoir face à toutes ces incertitudes.

La maison de retraite Simone Veil des Ulis jardine pendant la crise sanitaire

Cette maison de retraite en Essonne est toute neuve. L’objectif des activités de jardin thérapeutique était de proposer des cultures potagères prolongées par des ateliers de cuisine en commun, autour de 8 jardinières adaptées de la société Verdurable, société dont je vous avais parlé en 2014. L’animatrice de la maison de retraite, Sonia Chedri, avait déjà une expérience du jardin comme outil thérapeutique à l’hôpital gérontologique La Collégiale à Paris. 

« Avec les soignants, nous avons constaté que certains résidents regrettaient leurs anciennes activités comme le jardinage. Ce projet avait pour objectif de favoriser leur bien-être et de les aider à se sentir comme chez eux », explique-t-elle. Pour démarrer, le projet a reçu des financements du programme +de Vie de la Fondation Hôpitaux de Paris – Hôpitaux de France ainsi que de la Fondation Truffaut. 

« Le jardin nous a bien aidés pendant le confinement. Nous avions huit jardiniers, dont quatre du PASA (Pôles d’Activités et de Soins Adaptés) chaque matin. Ils arrosaient, ils aéraient la terre. Les repas thérapeutiques qu’ils préparaient de l’entrée au dessert leur permettaient de se sentir comme chez eux. Ils ont adoré et veulent continuer. Le jardin déstresse, apporte une bouffée d’air et de la gaité », constate Sonia Chedri qui reconnaît avoir beaucoup appris des résidents. « Pendant le premier confinement, c’était dur. On était épuisés. Ca remonte le moral de voir les résidents heureux au jardin. » Les soignants sont conquis, les familles aussi. Un jour peut-être, on n’envisagera pas de construire une nouvelle maison de retraite sans un jardin et sans des ateliers d’hortithérapie.

« A growing body of evidence » : le doute n’est plus permis

LUISA RIVERA FOR YALE ENVIRONMENT 360

On peut avoir des incertitudes sur beaucoup de choses en ce moment. C’est à mon sens un sentiment clé de cette année exceptionnelle. Mais s’il y a une chose dont on est tout à fait sûr, c’est que la nature nous fait du bien. C’est démontré, étude après étude. Pour les enfants et pour les personnes âgées, pour les urbains et pour les campagnards, pour les malades et pour les bien portants.

« Ecopsychology: How Immersion in Nature Benefits Your Health ». Cette sorte de « méta –analyse » de vulgarisation rapporte un tas de conclusions dont certaines ont déjà été évoquées ici comme l’étude de Matthew White qui a démontré, 20 000 personnes à l’appui, que passer deux heures par semaine dans la nature est bon pour notre santé et notre bien-être. Cet article inspirant, paru sur le site Yale Environment 360 de la Yale School of the Environment, date déjà de janvier 2020. Je l’avais laissé mûrir dans ma réserve de bonnes nouvelles, sans doute pour le présenter au moment opportun. 

 

Depuis janvier, de nouvelles études sont encore sorties comme celle-ci sur les « marcheurs émerveillés » de 60 à 90 ans. Dans l’ensemble, les « marcheurs émerveillés », ceux à qui on avait donné la consigne de prêter attention à leur environnement pendant leurs marches, se sentaient plus heureux, moins troublés et plus connectés socialement que les marcheurs « classiques » du groupe de contrôle. Ces derniers avaient tendance à ressasser leurs soucis pendant leur marche au lieu de laisser la nature les émerveiller. Merci à Jeannine Lafrenière de la Fondation Oublie pour un instant d’avoir déniché et partagé cet article.

 

Oui, mais comment ça marche ?

OK, la nature nous fait du bien. On le savait et les études le prouvent. Il reste une question de taille. Par quels mécanismes la nature agit-elle sur notre santé et notre bien-être ? Si vous voulez le savoir, cette revue de littérature avance plusieurs hypothèses. Elle nous vient du « Landscape and Human Health Laboratory » au « Department of Natural Resources and Environmental Sciences » de l’université d’Illinois à Urbana-Champaign. Voici quelques hypothèses probables :

Les conditions environnementales : les phytoncides (des composés organiques volatiles antimicrobiens), les ions négatifs de l’air, la bactérie Mycobacterium vaccae, des vues et des sons qui inhibent le système nerveux sympathique et activent le système nerveux parasympathique, la réduction des pollutions.

Des états psychologiques : expériences d’émerveillement, des sentiments de vitalité et la restauration de l’attention.

Des comportements et conditions qui contribuent à la santé comme l’activité physique, l’obésité, le sommeil et les liens sociaux.

Chacun de ces mécanismes joue un rôle, plus ou moins important. Cependant, l’auteur pense qu’un principe actif central est l’amélioration du système immunitaire, c’est-à-dire l’ensemble des mécanismes de défenses de l’organisme.

Wangari Maathai, Prix Nobel de la paix pour sa lutte contre la déforestation du Kenya

Wangari Maathai (1940-2011) a bravé bien des obstacles dans sa vie. D’abord pour recevoir une éducation en tant que fille et ensuite pour stopper la déforestation et l’érosion des sols grâce à son Mouvement de la ceinture verte qui a fédéré les femmes dans les villages kenyans. Son combat est une inspiration. Lisez cet article richement illustré sur Wangari Maathai dans ma newsletter préférée du dimanche matin, Brain Pickings, de Maria Popova. En passant, je vous conseille cette newsletter qui parle très souvent, très littérairement de notre lien avec la nature.

Wangari Maathai la femme qui plante des millions d’arbres de Franck Prévot et Aurélia Fronty

Finalement, toutes ces ondes positives m’ont fait du bien. A vous aussi, j’espère. Je vous souhaite de bonnes fêtes. Prenez soin de vous et de vos proches. 

2 réflexions au sujet de « Des raisons d’espérer »

  1. oui, cela fait du bien, ondes positives arrivées jusqu’à moi. (sauf les jardinièrers de verdurable ) Et belle découverte de Wangari Maathai, merci « le bonheur est dans le jardin »!

  2. Bonjour Isabelle, Bravo une fois de plus pour tout ce que vous faites. C’est magnifique d’encourager les initiatives. Mais je trouve qu’il y a dans le vocabulaire et les images quelque chose qui me gêne. Pourquoi toujours ce mot de « thérapeutique » qui pèse le poids d’un matériel médical. Et les bacs ont l’air d’être en plastique, c’est pratique, le temps est limité, d’accord, mais c’est moche. Il n’y a plus que la petite plante pour parler de nature. Mais là on dirait que le jardin ne parle plus du temps, du temps le miracle de suivre la plante pousser comme on a vu pousser ses enfants. Le mot de jardin est si beau. Bien à vous, Michel

    >

Répondre à Michel Racine Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.