A Angers, une association milite pour l’hortithérapie

Nous avions fait la connaissance de Romane Glotain en mai 2016 lorsqu’elle avait remporté le Concours d’Avenir de la Fondation Truffaut. Nous en avions appris un peu plus sur cette jeune passionnée dans un texte qu’elle avait écrit sur son expérience. Aujourd’hui, elle reprend la plume pour nous présenter l’Association pour le Développement de l’Hortithérapie (A.D.H T) qui vient de se créer à Angers et sa fondatrice Béatrice Marteau.

 

Elle a grandi au rythme des crues du Louet dans le Maine et Loire, au son du chant du vent dans les peupliers et s’est nourrie des fruits et légumes que son père cultivait. La plupart des membres de sa famille ont travaillé dans le domaine agricole au sud d’Angers, dans un petit village qui se nomme Denée. Elle a longtemps hésité entre le métier d’horticultrice et celui d’infirmière. La curiosité de savoir comment l’Homme fonctionnait l’a emporté. Puis elle s’est installée en ville avec son époux qui ne se voyait pas vivre à la campagne…

Mais la nature l’a rattrapée à une période de sa vie où elle ne se sentait pas bien. Elle s’est souvenue de son enfance à la campagne qui la ressourçait et a compris que Dame nature était la docteure des maux : « J’ai fait des recherches sur l’impact des plantes sur la santé et découvert l’hortithérapie et le retard que la France avait sur les autres pays. »

En 2006, elle reprend le chemin de l’école et obtient son BTSA en production horticole. Elle se nourrit d’expériences comme son premier stage chez un horticulteur en bio « une encyclopédie vivante des plantes de santé et de bien-être ». Puis sept mois dans un GAEC sur l’île de Chalonnes-sur-Loire où elle découvre aussi la filière des plantes médicinales. Au final, l’effet boomerang la ramène dans la filière de la santé où elle a travaillé en gérontologie, à domicile dans un quartier dit  « difficile », en psychiatrie. Partout où elle est passée, elle a communiqué sur l’hortithérapie en émettant des idées et en proposant des projets avant de créer une auto-entreprise aujourd’hui fermée qui donnait des conseils sur les plantes. Elle a pu donner des cours au Centre National de Promotion Horticole à Angers, assistée à des conférences, des formations…

Aujourd’hui, Béatrice Marteau est infirmière en psychiatrie dans l’Anjou et a rétiré de son expérience deux certitudes :

  • Les êtres humains ont besoin des plantes (et de les cultiver) pour se sentir bien mais en parallèle, ils manquent cruellement d’informations
  • L’hortithérapie ne pourra émerger en France que si l’on se regroupe, que l’on travaille ensemble au sein d’une association.

Suite à cette prise conscience, Béatrice crée en octobre 2016 l’Association pour le Développement de l’Hortithérapie (A.D.H T) à Angers après ma rencontre. Elle souhaite la faire vivre à travers cinq pôles :

– la veille professionnelle

– l’expérimentation d’animations,

– l’accompagnement de projets,

– la mise en évidence des besoins

– la communication.

ADHT a pour ambition de faire connaitre l’hortithérapie et de lui donner une légitimité…

 

sandra-cosneau-beatrice-marteau-et-estelle-gallet

Sandra COSNEAU, Béatrice MARTEAU et Estelle GALLET d’ADHT. Sandra a une licence en psychologie et travaille comme assistante de direction. Estelle est cadre de santé SSR et co-fondatrice de l’association.

 

Aujourd’hui l’association débute mais regroupe déjà du monde. Des anciens de la formation de Chaumont-sur-Loire, des professionnels de santé, des ingénieurs en paysage, horticulture, mais aussi des passionnés, des personnes ayant des projets d’hortithérapie et d’autres. Nous recherchons aussi des fondations, associations qui souhaitent nous accompagner dans cette aventure. Truffaut en fait déjà partie !

Le concept de l’hortithérapie et des jardins de soins restera inconnu par la plupart si le regroupement ne se fait pas, il est très important pour faire passer le message, expliquer ; la communication sera très importante, y compris envers les écoles de santé et agricole.

Béatrice a un vœu, un rêve pour cette nouvelle année et les autres qui suivront : ne plus avoir à choisir entre le métier d’infirmière et celui d’horticultrice, mais de pouvoir lier les deux et de voir apparaître un jour sur sa feuille de paye : Hortithérapeute, pour moi, pour tout ceux qui suivront derrière moi, dans l’intérêt de chacun et de tous.

Vous pouvez suivre l’association ADTH d’où vous venez, en émettant des idées, en faisant partager vos expériences. N’hésitez pas à nous contacter (a.d.hortitherapie@gmail.com) en attendant la création d’un site internet.

MAJ : l’association ADTH vient d’ouvrir une page Facebook. Vous pouvez désormais suivre son actualité.

 

Une réflexion au sujet de « A Angers, une association milite pour l’hortithérapie »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s