« En travaillant dans le jardin, les prisonniers reprenaient espoir »

Jay Rice est un psychologue américain que j’ai rencontré pendant une formation du Horticultural Therapy Institute en 2012. Depuis plusieurs années, il intervient régulièrement aux côtés de Rebecca Haller, la fondatrice du HTI. Car pour sa dissertation en psychologie dans les années 1990, Jay a travaillé dans un jardin bio géré par la prison du comté de San Francisco pour des prisonniers dépendants de substances chimiques. Une expérience de jeunesse qui a laissé des marques profondes dans sa pratique de psychologue.

La semaine dernière, Jay était de passage à Paris et nous avons pu passer un peu de temps ensemble sur les bords de la Seine. Dans ces quatre vidéos, il nous raconte ce qu’il a découvert dans son expérience avec les prisonniers sous dépendance, comment il s’inspire de la nature pour aider ses patients et quelle est sa contribution aux formations du Horticultural Therapy Institute. En VO.

Moins de dépression, plus d’espoir

En résumé, Jay explique que pour des gens traumatisés très tôt dans la vie, comme l’étaient nombre de ces prisonniers, il est important de vivre une expérience où ils peuvent se former une image positive d’eux-mêmes. Dans la 2e vidéo, il affirme que son étude a montré que les participants quittaient la prison avec moins de problèmes : moins de dépression, moins d’anxiété. Et une voie pour le futur : plus d’espoir dans leur vie débouchant sur une envie de commencer un traitement.

 

Un psychologue enrichi par l’approche de la nature

Comme le raconte Jay dans cette vidéo, il utilise les cycles naturels de croissance pour aider les gens à envisager leur vie. Pour lui, la nature est un miroir qui nous explique où nous en sommes dans notre croissance. Comme un arbre qui semble mort en hiver, mais dont les racines travaillent sous la surface…

 

La formation des futurs hortithérapeutes

Jay veut que ces futurs soignants réfléchissent à la qualité de la relation avec les plantes. Pour lui simplement utiliser les plantes comme des outils pour aider les gens n’est pas suffisant. « Les plantes sont des êtres vivants qui cultivent les humains autant que les humains les cultivent….Les plantes ont leur propre enseignement à nous apporter sur le cycle de la vie…Quand nous pensons à notre vie en tant que cycle, les plantes peuvent nous apprendre comment vivre notre vie. »

Une réflexion au sujet de « « En travaillant dans le jardin, les prisonniers reprenaient espoir » »

  1. Génial, merci Isabelle pour ces vidéos « d’un américain à Paris ». Plein de belles choses très simples qui mettent en avant la contemplation de la nature, juste ça, pour se reconnecter au cycle de vie-mort-vie. Observation et contemplation des processus dans la nature pour revisiter notre vie et nous reconstruire…. La Nature est LE média le plus proche de l’être humain.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s