L’Australie pratique l’horticulture thérapeutique

Quand j’ai commencé à explorer l’hortithérapie en Australie, j’avais bon espoir de trouver des pistes intéressantes. Assez vite, la Therapeutic Horticulture Association (THA) est apparue sur les radars (pour la suivre sur LinkedIn). Sa mission est clairement énoncée : « Nous sommes une association nationale de membres représentant l’horticulture thérapeutique en Australie. Nous soutenons les personnes et les organisations dans l’utilisation de l’horticulture pour la santé et le bien-être à travers des réseaux, la formation, l’éducation et la recherche. »

Pendant la conférence annuelle de THA à Melbourne en octobre 2022

C’est avec Leigh McGaghey, vice-présidente de THA, que j’ai eu le plaisir d’échanger pour vous faire découvrir ce qui se passe « down under ». Voici comment Leigh se présente en ligne. « Elle vit et travaille à Sydney où elle conçoit des jardins réparateurs pour des clients privés, en même temps qu’elle consulte pour des services de thérapie horticole dans des maisons de retraite, des logements multi-résidentiels et à travers la communauté. Leigh et son mari psychologue ont créé Wired for Nature en 2018 pour compléter les stratégies traditionnelles de conseil psychologique par des pratiques d’hortithérapie et d’autres activités d’engagement dans la nature.

Les stratégies qu’ils conçoivent sont fondées sur des preuves neurologiques, issues d’une compréhension de la façon dont nos cerveaux sont « câblés » pour répondre à la nature. Diplômée en architecture paysagère, en éducation des adultes et en thérapie récréative, Leigh a pu combiner ces disciplines pour étayer son travail et s’intéresse particulièrement à la promotion de l’horticulture thérapeutique en tant que profession identifiée, ainsi qu’à la promotion de l’éducation et des voies de formation pour les praticiens. L’amour de la science, des jardins, de l’écologie et de la perte dans son propre jardin désordonné signifie que la vie est en constante évolution et que les personnes qu’elle rencontre dans le cadre de son travail et de ses activités de bénévolat sont une source d’inspiration [et de fun]. »

Leigh McGaghey, vice-présidente de Therapeutic Horticulture Association (THA)

Quel est le parcours qui vous a amenée à l’horticulture thérapeutique ?

Ma première carrière dans la finance était devenue insatisfaisante et le monde naturel m’attirait. Dans les années 1980-1990, je me suis tournée vers le métier d’architecte paysagiste même si ce n’était pas un choix idéal. C’était un milieu très misogyne. De plus j’avais un jeune enfant et cela n’a pas été facile de finir mes études. Cependant, j’y suis parvenue. Après quelques années, j’ai commencé à enseigner l’horticulture dans un programme de formation professionnelle. Il se trouve qu’il y avait là un bâtiment dédié à l’horticulture pour des jeunes porteurs de handicaps avec des ergothérapeutes, des kinés, des assistants sociaux qui travaillaient avec eux. Ce fut mon premier aperçu. Je me suis dit que ça avait l’air sympa.

Quels types de projets poursuivez-vous actuellement ?

Mon mari est psychologue et nous partageons un bureau. Il ne me demandait pas mon avis, mais j’ai commencé à suggérer que les patients pourraient bénéficier de visites dans un jardin. Il était d’accord car il lui semblait qu’il y avait souvent une déconnexion, quelque chose qui manquait pour ses patients. A partir de 2018, nous avons combiné son expérience de psychologue et mon expérience avec les plantes et la création d’environnements biophiliques. Je dois dire qu’en Australie, la psychologie est plutôt conservatrice. Par exemple, la psychologie environnementale n’est pas reconnue! En tant que psychologue, il doit se battre.

Grâce notamment aux réseaux sociaux, ce qui est assez peu conventionnel, nous avons commencé à travailler avec des jeunes qui connaissaient des problèmes de santé mentale en les guidant vers une compréhension des neurosciences tout en les aidant à mettre les mains dans la terre. Nous ne parlions pas directement de problèmes psychologiques. Personne d’autre ne faisait cela. Puis d’autres personnes travaillant dans des structures qui hébergent des personnes âgées ont commencé à me contacter. Mais c’est alors que le Covid a frappé. Nous avons fonctionné sous forme de clubs de jardinage en ligne, de manière informelle.

Pouvez-vous expliquer pourquoi en Australie vous utilisez le terme d’horticulture thérapeutique plutôt que d’hortithérapie ?

C’est une question de sémantique. En Australie, vous ne pouvez pas vous appeler thérapeute à moins d’avoir des diplômes spécifiques. C’est lié au système médical gratuit, les professions médicales et paramédicales sont subventionnées. Utiliser « horticulture thérapeutique » met plus l’accent sur l’horticulture et moins sur la thérapie. Il y a un mois, il y a eu un changement. Par exemple, vu mes diplômes, je ne peux plus me dire thérapeute. Qui a fait pression pour cela ? L’association des ergothérapeutes et d’autres personnes ayant des diplômes universitaires qui voulaient préserver leurs titres. Cela n’aide pas le public d’avoir cette confusion interne et cette complexité autour de notre nom.

Voici la définition de l’horticulture thérapeutique développée par la THA.

Parlez-nous de THA.

J’avais eu l’occasion de présenter notre travail en 2018 à la première conférence de THA. A partir de là, mon implication a grandi dans l’association et j’ai rejoint le CA il y a 10 mois. La difficulté est que chaque état australien avait son association. Par exemple en Nouvelle-Galles du Sud (New South Wales en anglais), l’association Cultivate représentait l’horticulture thérapeutique et sociale. Il y a eu un effort pour se rassembler afin de faciliter le développement et de favoriser la reconnaissance de notre discipline.

Nos membres viennent à 51% des professions médicales et alliées et à 49% des métiers de l’horticulture et du paysagisme. Environ 10% ont une double qualification et peuvent utiliser le terme hortithérapeutes. Nous avons environ 200 membres (il y a plusieurs types de membres, un peu comme dans la Fédération Française Jardins Nature et Santé). En octobre 2022, nous avons tenu notre conférence nationale avec une soixantaine de membres présents à l’Université de Melbourne. Nous sommes concentrés dans les principales villes : Sydney en Nouvelle-Galles du Sud, Melbourne dans l’état de Victoria et aussi Adelaïde en Australie du Sud.

Notre mission est d’encourager et de soutenir l’horticulture thérapeutique fondée sur des preuves, éthique et centrée sur la personne en Australie et de développer une industrie robuste, professionnelle et éthique qui soit largement reconnue, appréciée et utilisée.

Une session pendant la conférence annuelle de THA en octobre 2022

Où en êtes-vous en Australie dans l’acceptation et le développement de ces interventions justement?

Je pense que nous ne sommes pas aussi avancés chez nous qu’aux Etats-Unis ou en Europe. Nous travaillons sur la formation car ce n’est pas une profession reconnue officiellement. Elle n’entre pas dans les statistiques gouvernementales. Elle est encore mal définie. L’état actuel de l’éducation est très contesté. Les institutions ne sont pas convaincues qu’il existe un besoin suffisant. Avec 25 millions d’habitants en Australie, nous pensons qu’il y a une économie d’échelle.

Les principaux secteurs qui se sont développés sont le secteur du handicap avec beaucoup de foyers résidentiels qui ont des programmes d’horticulture thérapeutique, le domaine de l’aide sociale et du logement social avec des institutions publiques et des associations qui travaillent ensemble pour apporter le jardinage aux résidents ainsi que dans les prisons. De plus, des programmes ciblent les immigrants via l’action sociale (est-ce que cela vous rappelle l’Autriche ?). Par contre, l’horticulture thérapeutique n’est pas très représentée dans le domaine de la psychiatrie en Australie. (Comme dans d’autres pays, la pratique s’adresse aux personnes âgées souffrant de troubles cognitifs comme le décrit ce reportage.)

Vous avez un intérêt pour la recherche en Australie.

Oui par exemple, il existe un projet de recherche universitaire en cours sur la prescription nature (Nature Prescribing). L’hortithérapie fait partie des outils thérapeutiques de cet « engagement dans la nature » identifiés dans cette recherche.  C’est très intéressant car le projet a permis de créer un cadre pour la manière dont la prescription de nature peut fonctionner en Australie. Voici une mise à jour de l’université sur le projet.

Deux autres acteurs marquants

Tara Graham-Cochrane est présidente de THA. « Tara est une architecte paysagiste primée au niveau international, spécialisée dans la conception de paysages thérapeutiques et de guérison pour les secteurs des soins de santé, des soins aux personnes âgées, du handicap et de l’éducation en Australie. Tara est convaincue que les environnements physiques peuvent être conçus pour réduire le stress, améliorer la santé et favoriser le bien-être des personnes. »

Steven Wells est infirmier et pratique l’horticulture thérapeutique depuis 30 ans. Découvrez son profil sur LinkedIn, ce que son employeur Austin Health dit de son travail depuis 2005 et visitez son jardin personnel dans ce reportage d’octobre 2022.

Bonne découverte de nos consoeurs et confrères australiens et bien sûr bonne année 2023.

Steven Wells de Melbourne, Australia : « Coordinateur des jardins et espaces verts, thérapeute horticole, horticulteur thérapeutique du projet de bien-être du personnel et infirmier à Austin Health ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.