Calliope Correia, une hortithérapeute californienne derrière les barreaux

Calliope Correia

Calliope Correia travaille dans le département de sciences des plantes à l’université de Fresno State.

Il y a 7 ans, j’ai rencontré Calliope Correia dans les cours du Horticultural Therapy Institute que nous suivions toutes les deux à Walnut Creek en Californie. Depuis nous sommes restées en contact via Facebook et j’ai pu suivre ses projets dans le monde de l’hortithérapie, y compris sa dernière aventure avec le projet Insight Garden Program qui crée des jardins dans les prisons américaines. Il y a quelques jours, j’ai profité d’un rare moment où Calliope était tranquille chez elle – en train de récupérer d’une opération de la hanche – pour discuter avec elle. « J’ai l’impression d’avoir tellement de chance de faire ce travail d’hortithérapeute », dit-elle. Tour d’horizon des projets à travers lesquels Calliope partage son amour des plantes et de la nature.

Le job de Calliope grignoté par l’hortithérapie

Le travail à temps plein de Calliope consiste à gérer la pépinière du département de sciences des plantes à l’université de Fresno State dans le centre de la Californie. Pendant sa convalescence, être loin de ses plantes s’est révélé une torture pour elle. Depuis environ sept ans, elle s’occupe de HIP pour Horticulture Initiative Program. C’est un programme qu’elle a lancé dans le cadre de son master à Fresno State, un master interdisciplinaire mêlant « rehabilitation counseling » et « plant science » qu’elle a obtenu en 2015. « HIP est un cours d’horticulture pour des jeunes gens qui ont des troubles du développement et sont en train de faire la transition vers l’âge adulte. Les jeunes viennent à la pépinière qui se trouve à la ferme sur notre campus. Ils font pousser des fleurs et des légumes et ils acquièrent des compétences sociales et professionnelles, des compétences pour la vie ». Voici un portrait de Calliope dans le journal de Fresno State.

En parallèle, elle organise des « farm camps » pour les enfants pendant les vacances : les enfants découvrent les secrets des plantes sur la ferme de l’université au détour de nombreuses activités.

En parallèle, elle fait du bénévolat dans un jardin thérapeutique au Valley Children’s Hospital de Madera. « Le jardin thérapeutique sert aux patients qui suivent un programme de kiné ainsi que d’espace de répit pour les familles et le personnel dans un environnement souvent stressant », explique Calliope. « Ce sont des kinés et des ergothérapeutes qui gèrent le programme. Je viens avec des étudiants et d’autres bénévoles pour faire de l’entretien et pour construire des petits jardins de fées, des petites maisons miniatures cachées sous les feuilles. »

En parallèle, elle espère terminer cette année le stage qui lui permettra d’accoler trois petites lettres magiques à son nom, HTR pour Horticultural Therapy Registered. En plus, elle répond aux nombreux appels qu’elle reçoit pour parler de l’hortithérapie à l’université, dans des cours pour seniors, devant les groupes de « master gardeners » ou dans des manifestations diverses et variées autour de Fresno. « Beaucoup de gens en ont entendu parler, mais ne savent pas exactement de quoi il s’agit, ni qui le pratique. » Calliope leur explique.

 

Insight Garden Program : des plantes et des prisonniers

Toutes ces activités remplissent Calliope de joie. Mais quand elle parle d’Insight Garden Program, son regard s’illumine. Lancé il y a une quinzaine d’année dans la prison de San Quentin près de San Francisco, IGP est un programme qui combine jardinage et formation professionnelle pour permettre aux détenus de renouer avec eux-mêmes, la collectivité et le monde naturel (je l’avais rapidement évoqué en 2012). Depuis le programme a pris de l’ampleur : il est présent dans huit prisons en Californie, deux prisons dans l’Indiana et collabore avec deux programmes facilitant la sortie de prison dans l’état de New York.

« En juin, IGP a fait une présentation à Fresno State après avoir obtenu des fonds pour lancer des jardins dans des zones rurales où les prisonniers ont moins accès à des programmes proposés par des bénévoles. Ils cherchaient des personnes intéressées », se souvient Calliope. « Il s’agit d’un curriculum d’un an pour un groupe de 25 participants maximum, tous volontaires pour participer. Les plantes et le jardin sont une métaphore pour la croissance personnelle. » La fondatrice d’IGP, Beth Waitkus, affirme que le taux de récidive chez les participants à ses programmes est de 10% contre 70% dans le système pénitentiaire californien en général! « Et finalement, je fais ce travail parce que j’ai observé de mes propres yeux le pouvoir de transformation par la connexion au monde naturel. C’est ce qui m’a donné confiance dans la capacité humaine à changer, à maintes reprises », explique-t-elle sur son blog.

Quant à Calliope, elle n’hésite pas une seconde et s’implique immédiatement dans un programme qui démarre à Avenal State Prison à une centaine de kilomètres de chez elle. « Chaque séance de deux heures commence par une séance de méditation pour réduire le stress et par la lecture de poèmes, parfois écrits par les participants. Nous sommes en cercle et nous créons une atmosphère d’égalité. Une partie de la séance se fait à l’intérieur, nous parlons du cosmos, de la provenance de notre nourriture, de la croissance des plantes, de la biodiversité. C’est une approche holistique. Puis, les participants ont repéré le terrain et l’exposition au soleil. Ils ont dessiné les plans et choisi les plantes. L’installation va se faire ce mois-ci (en mars) », décrit Calliope qui se rend pour l’instant à Avenal une fois par mois, avant de passer à une fois par semaine à partir de mai. Car elle vient d’être chargée de commencer un deuxième jardin dans la même prison (seul le manager du programme est salarié, le reste de l’équipe est bénévole).

La prison impose des contraintes particulières.  » Ce sont les surveillants qui décident au final. Ils sont très réceptifs à notre programme qui est très bien perçu grâce à l’implication de bénévoles extérieurs et au fait que ce soit une occupation qui crée un environnement agréable », constate-t-elle. « Mais il y des règles : il ne faut pas être trop près des clôtures, on ne peut pas utiliser de plantes toxiques et les plantes ne peuvent pas dépasser une certaine hauteur pour qu’on ne puisse pas se cacher derrière. A cause de la « fièvre de la vallée » causée par un champignon dans le sol qui attaque les poumons, on est obligé de cultiver dans des bacs. Nous allons utiliser des plantes indigènes de Californie qui résistent au gel et aux fortes températures, comme les salvia que les abeilles et les oiseaux-mouches adorent, la lavande, le romarin. »

10 ans sans voir et toucher de plantes

« Les gars sont incroyables. Créer de la beauté leur donne un sentiment de fierté et d’estime de soi. Beaucoup d’entre eux éprouvent de la nostalgie pour les plantes, les fleurs. Pour certains, cela fait 10 ans qu’ils n’ont pas vu et pas touché de plantes à part le gazon », continue Calliope qui est entourée d’autres bénévoles dont un professeur de criminologie de Fresno State et un ancien détenu qui, après 25 ans de prison, a repris un master pour devenir travailleur social.

« Avant de commencer, j’avais des doutes, des idées reçues, des jugements. Je me demandais si je serais en sécurité », avoue Calliope. « Mais la beauté de ce qui peut se passer avec les plantes est une expérience extraordinaire pour les gars et pour moi. C’est une expérience intense de rentrer dans la prison, avec les portes et la sécurité. Mais une fois à l’intérieur, on oublie presque où l’on est grâce à la connexion à travers les plantes. » Pour comprendre un peu mieux cette expérience, elle conseille de regarder la vidéo de Insight Garden Program tournée à San Quentin.

En lançant un appel pour des bénévoles pour le second jardin à Avenal State Prison, Calliope écrivait récemment : « Mon programme commence en mai. Nous allons concevoir et construire un jardin à partir de la case départ. Mais surtout, nous créerons un espace de croissance, de connexion et de changement dans l’un des environnements les plus hostiles. Je suis encore volontaire un samedi par mois sur le Ward D parce que je ne veux pas laisser tomber les gars là-bas, ils sont incroyables. Ça me prend beaucoup de temps? Oui, oui. Est-ce que ça vaut le coup? Absolument. »

 

(Ces photos sont fournies par le California Department of Corrections and Rehabilitation, les bénévoles et les responsables de projet ne pouvant pas faire de photos à l’intérieur des prisons où ils interviennent).

Garden Installation at Folsom Women_s Prison credit CDCR (California Department of Corrections and Rehabilitation)

Création du jardin à la Folsom’s Women Prison (la prison de Folsom rendue célèbre par Johnny Cash) (photo California Department of Corrections and Rehabilitation)

 

Planting sage at Garden Install CSP-Solano

Un participant plante une sauge à la prison de Solano  (photo California Department of Corrections and Rehabilitation)

 

Men Planting at Solano

Les participants collaborent dans le jardin de la prison de Solano (photo California Department of Corrections and Rehabilitation)

Class Shot(1)

L’équipe des participants à la prison de Los Angeles County, Yard B (photo California Department of Corrections and Rehabilitation)

 

Quelques pistes autour des jardins en prison

Les jardins dans les lieux de privation de liberté fleurissent, quelques exemples.

 

Connexion californienne à travers Calliope

En aparté, je vous donne des nouvelles d’une rencontre avec Ariel Schneider et sa sœur Aliyah la semaine dernière à Paris…grâce à Calliope qui avait fait les présentations en ligne. Ariel est « clinical social worker », une travailleuse sociale avec une pratique clinique et psychiatrique. Elle travaille au UCLA Resnick Neuropsychiatric Hospital à Los Angeles qui propose un jardin à des patients adultes hospitalisés en phase aiguë (retrouver un article qu’elle a écrit pour un magazine professionnel). Ariel suit en ce moment la formation du Horticultural Therapy Institute et, comme Calliope, a l’intention de devenir HTR (horticultural therapist registered) ce qui demande un stage de 480 heures sous la supervision d’une personne qui a le titre de HTR. Sa sœur Aliyah a travaillé à Prospect Meadow Farm dans le Massachusetts, une ferme gérée par un service de santé mentale. Toutes les deux ont envie de créer un espace dans la région de Los Angeles où des usagers pourraient venir pratiquer l’hortithérapie, des enfants aux adultes. Cela m’a fait penser au projet de Romane Glotain. En tout cas, très heureuse de renouer avec les racines californiennes de mon intérêt pour les jardins qui soignent. Quelle énergie, ces hortithérapeutes !

 

3 réflexions au sujet de « Calliope Correia, une hortithérapeute californienne derrière les barreaux »

  1. Merci tellement pour tes articles, chaque fois des petits baumes que je déguste, savoure qui stimule mon élan à aller de l’avant et me rappelle pourquoi j’aime tant le végétal, cet outil merveilleux pour rencontrer l’humain !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s